Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Colloque national sur l’autonomisation des femmes : L’école et la famille au centre des échanges du deuxième jour des travaux

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 24 juin 2021 à 16h00min
Colloque national sur l’autonomisation des femmes : L’école et la famille au centre des échanges du deuxième jour des travaux

L’Institut Anselme Titianma Sanon (IATS) en collaboration avec l’ONG Voix de Femme et l’Institut Supérieur des Sciences de la Population (ISSP) de l’université Joseph Ki-Zerbo organisent pour 72 heures (du 23 au 25 juin 2021) à Bobo-Dioulasso, un colloque national sur l’autonomisation des femmes. Pour ce jeudi 24 juin 2021, deuxième jour des travaux, le thème principal abordé est « Relations parents-enfants, l’éducation des enfants et l’éducation parentale sur l’avenir des enfants ».

Le sociologue, entrepreneur et écrivain, Maxime Paloupouguini Ouoba, s’est intéressé au thème « Rôle de l’enseignant et responsabilité des parents dans l’éducation des enfants au 21e siècle ». Il part du constat que c’est la rupture entre le rôle des géniteurs et celui des enseignants qui a créé l’écart de conduite entre la génération passée et la présente génération « capricieuse et indocile ».

Maxime Paloupouguini Ouoba, sociologue, entrepreneur et écrivain

Il estime pour cela que l’enseignant doit retrouver son droit de paternité, conquérir son autorité, cultiver l’exemplarité intra et extra-muros (c’est-à-dire prendre la résolution d’être un modèle). Il a par ailleurs invité les parents ‘’à déchirer les lettres de démission’’ car aucune responsabilité professionnelle ne doit conduire à « l’irresponsabilité » parentale. Ils ne doivent pas non plus dénigrer les enseignants.


Lire aussi Burkina Faso : Un colloque national pour l’autonomisation de la femme


Sika Kaboré, épouse du chef de l’Etat, à l’extrême gauche, avec quelques personnalités

Maxime Paloupouguini Ouoba s’est également intéressé à la question « Comment trouver l’équilibre entre l’ambition professionnelle et la vie familiale en tant que femme ? ». A ce niveau, il a invité l’homme et la femme à cultiver la complicité et la confiance, motiver les ambitions de l’un et l’autre pour trouver un équilibre entre l’occupation professionnelle et la vie de foyer.
Implémenter l’alliance à plaisanterie en milieu scolaire

Alain Joseph Sissao, directeur de recherche à l’Institut des Sciences des Sociétés, a pour sa part abordé le thème « La promotion de l’alliance à plaisanterie en milieu scolaire au Burkina Faso comme alternative à une société burkinabè ». L’objectif de ce thème est de contribuer à la création et au maintien d’un environnement social apaisé par la promotion des alliances à plaisanterie chez les jeunes en milieu scolaire.

Alain Joseph Sissao, directeur de recherche à l’Institut des Sciences des Sociétés

Il a proposé comme solution une implication sociale forte du social, une implémentation de l’alliance à plaisanterie en milieu scolaire, la re-infrastructuration de la culture à travers l’alliance à plaisanterie.

Sika Kaboré, épouse du chef de l’Etat

Construction d’un Burkinabè nouveau

Quant à Aimé Desiré Hema, il a abordé le thème « Famille, école, communauté et Etat : quelle alchimie de valeurs sociétales pour un Burkinabè nouveau ». L’objectif est d’appréhender les responsabilités des différentes sphères à travers leurs actions en faveur d’une alchimie de valeurs sociétales et d’envisager des réajustements afin de contribuer à la construction d’un Burkinabè nouveau. Il estime qu’il faut envisager une synergie d’actions coordonnées qui s’inscrit dans une approche systémique où l’intervention n’est plus axée que sur l’enfant mais aussi sur la famille, l’école, la classe, l’enseignant et la communauté. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Doundoudougou/Centre-Est du Burkina : Le vivre ensemble menacé à Zamsé ?
Ouagadougou : Une étudiante de 19 ans tuée dans un braquage à main armée à Rimkièta
Insécurité au Burkina : Un "cyber escroc" mis aux arrêts par la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité
Grandes nuits des communautés de Dédougou : Les jeunes sensibilisés sur la culture de la paix
Clôture de la 11e édition du camp jeunesse de l’ODJ : Une apothéose sur fond de dénonciation de la mal gouvernance au Burkina
Association Burkinabè des sages femmes et maïeuticiens : Blanche Zoungrana succède à Mariam Nonguierma
Entrepreneuriat des jeunes au Burkina : Génération riche8 a un nouveau siège
Prolongement du congé de maternité à six mois : « Les plus grandes oppositions viennent de la gent féminine », selon Salif Ouédraogo
Burkina Faso : Siaka Niamba succède à Paulin Salembéré à la tête de l’ordre des avocats
Biennale de la sculpture de Ouagadougou : La 2e édition aura lieu du 8 octobre au 8 novembre 2021
Journée internationale des personnes âgées 2021 : Le réseau des personnes âgées des Hauts-Bassins se mobilise
« Le riz burkinabè peut concurrencer n’importe quel riz au monde », selon Idrissa Sawadogo, DG de « NaFaso industrie SA »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés