Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • dimanche 20 juin 2021 à 23h00min
Burkina :  L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

Ouvert le 17 juin 2021, le dialogue politique national a refermé les portes dans la soirée de ce samedi 19 juin 2021. Pour n’avoir pas pu épuiser toutes les préoccupations, les participants ont pris date pour le 3 juillet 2021.

Selon le co-président du dialogue politique, et chef de la délégation des partis de la majorité présidentielle, Simon Compaoré, d’autres sujets se sont invités, nécessitant plus d’informations avant la plénière. "L’idée étant que sur l’ensemble des points que le dialogue politique avait inscrits à l’ordre du jour, nous puissions arriver à des points consensuels. C’est cette préoccupation qui nous amène à différer par exemple l’examen de l’introduction du suffrage universel direct dans les élections locales", précise-t-il.

Pour ce qui est des points abordés, Simon Compaoré a inscrit en première place, la situation sécuritaire. Il a expliqué que les travaux ont permis d’entendre le ministre de la défense et des anciens combattants, celui de la sécurité et le Chef d’État-major général des Armées. Les deux délégations disent avoir reçu beaucoup d’informations sur la situation sécuritaire.

"Ce que nous avons retenu, c’est que des efforts ont été faits par l’État pour que la loi de programmation militaire soit bien exécutée ; ce qui a permis une dotation conséquente de nos Forces de défense et de sécurité. Deuxième point, c’est que malgré ces acquisitions qui ont permis de renforcer la position de nos Forces de défense et de sécurité en matériel, en armément, en matériel roulant, des besoins subsistent. Le dialogue politique a, à cette étape de nos débats, souhaité que le gouvernement garde une oreille attentive aux préoccupations restantes qui sont soulevées par les Forces de défense et de sécurité", restitue Simon Compaoré. Il précise ici que les participants ont tenu à féliciter les Forces de défense et de sécurité par rapport aux résultats enregistrés depuis le dernier dialogue politique national, tenu en juillet 2019.

Plus de réflexion sur l’idée de suffrage universel direct

Il est aussi ressorti du compte-rendu que la session a permis de constater que la recommandation de la mise en place d’un Fonds spécial (alimenté par les Burkinabè et l’État) pour appuyer et conforter les capacités d’acquisition de moyens en faveur des Forces de défense et de sécurité n’est pas très opérationnelle. D’où leur souhait qu’il y ait beaucoup plus de communication sur ce Fonds et que des dispositions soient prises pour qu’il soit alimenté de façon conséquente par les Burkinabè des villes et des campagnes.

Sur la question de la relecture du Code électoral à minima, et concernant l’introduction du suffrage universel direct dans la désignation des présidents des Conseils de collectivités (maires et présidents de Conseils régionaux), les participants disent avoir écouté le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation. Ils ont estimé qu’il y a un besoin complémentaire d’informations et d’échanges au niveau des partis politiques avant de revenir poursuivre les discussions sur ce point au dialogue politique.

Les autres points évoqués durant ces trois jours concernent la question des votes des Burkinabè dans les zones à forts défis sécuritaires, la révision des dispositions relatives à l’enrôlement des électeurs, les documents de votation, le nomadisme politique et le sujet de la campagne déguisée. "Sur tous ces points, nous avons échangé et nous en sommes venus à désigner quatre camarades qui vont retravailler sur ces questions, pour que nous ayions des positions définitives le 3 juillet prochain", informe M. Compaoré.

Il précise sur ce dernier élément qu’un point de consensus s’est dégagé de ces discussions, qui est de rééditer une décision prise au dernier dialogue de juillet 2019. En effet, au regard des difficultés à produire suffisamment des Cartes nationales d’identité pour l’ensemble des Burkinabè pour les élections passées, les participants ont souhaité que tous ceux qui sont détenteurs de la carte d’électeur puissent l’utiliser jusqu’au 31décembre 2022.

D’autres communications ont été données aux participants, notamment sur le projet de découpage du territoire national ; la relecture du Code général des collectivités territoriales ; l’état du processus de réconciliation nationale (avec pour certitude que la classe politique sera associée à toutes les étapes).

Résultat mitigé sur l’application de la loi portant quota-genre

Le dialogue politique a, en outre, jaugé l’application de la loi sur le quota-genre lors des élections passées. "Il y ressort que les résultats ne sont pas satisfaisants ; très peu de femmes ont été élues et siègent aujourd’hui à l’Assemblée ; seize femmes sur les 127 députés. Au départ, elles étaient neuf, mais compte-tenu du fait que des nominations ont eu lieu, notamment au niveau du gouvernement, ça a dégagé des postes pour des suppléants femmes et cela a amené à ce qu’on passe de neuf à seize", a dépeint Simon Compaoré.

Les femmes des deux délégations ont donc, poursuit-il, fait une déclaration pour que la prise en compte des femmes dans les instances décisionnelles soit améliorée pour les élections à venir. Le dialogue politique a pris la résolution de faire en sorte que l’application de la loi sur le quota-genre soit plus conséquente et améliorée.

Le co-président du dialogue politique national, par ailleurs chef de la délégation du Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF), Eddie Komboïgo a, pour sa part, ajouté que l’opposition a réitéré sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense (appel ancé suite à l’attaque de Solhan), prenant prétexte de la dégradation de la situation sécuritaire, des nombreuses morts et des milliers de déplacés que compte le pays.

M. Komboïgo a également confié que certaines dispositions du décret portant création des Forces spéciales ont fait l’objet de discussions (l’inquiétude étant qu’elles ne donnent libre cours à des dérives).

Le dialogue politique national a estimé qu’il y avait des insuffisances dans le texte (décret portant création) et qu’il faut les relire.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 juin à 21:24, par Le cdpbis En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    L’OPPOSITION n’a qu’à travailler pour arriver au pouvoir au lieu d’utiliser les Djihadistes pour y arriver. C’est lamentablement indigne ! Tant ce conglomérat d’opportunistes ne comprendra que le peuple Burkinabè dans sa souffrance a bien compris leur jeu macabre et ne se décidera pas à laisser le peuple tranquille, ils mordront la poussière à tous les coups. L’HISTOIRE ne ment pas et finit par mettre à nu ce que les hommes veulent cacher. Ainsi va la vie !

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 08:23, par DABRE Salam En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

      Quittez dans vos intrigues malfamées. Le pouvoir n’á Jamais pu apporter la moindre preuve de l’implication de l’opposition. Et si Edie, le nouveau venu peut battre RMCK, sur ce terrain, c’est qu’il n’á ríen à faire à Kossyam. Après pret de 30ans passé dans les rouage du pouvoir, j’ai honte, quelle incompétence ? Où est passée l’expérience de la gestion du pouvoir vendue au peuple à la présidentielle de 2015 ? Honte à vous et arrêtez d’acquiser les autres.

      Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 21:27, par HUG En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Nous n’attendons rien de vous car tous issus de l ecoke de blaise compaoré,Seul DIEU seul peut nous sauver.qui vit longtemps voit la danse de la colombe.

    Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 09:22, par AMADOU En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

      Oui mon cher Hug comment gérer un pays quand on peut pas gérer son parti. Au moins il faut s’opposer de façon intelligente. Féliciter les FDS et demander la démission du premier ministre et son Ministre défense répond à quelle logique ? Il faut sortir parler en opposant. C’est le règne de leur mentor qui nous a plongé dans l’abîme. On a tout compris. Des caïmans d’un même marigot

      Répondre à ce message

      • Le 22 juin à 14:12, par Kon N’doungtouly En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

        Je voyais le paradoxe vraiment , comment peut on féliciter les FDS et en même temps demander les démissions du premier ministre et du ministre de la défense ! Si on trouve raison de féliciter les FDS ,on ne peut pas dissocier les actions positives qui ont milité pour ces félicitations à celles du chef du gouvernement et de ministre. Allons dans les analyses impartiales pour trouver des solutions tenables face à ces forces du mal , pourquoi des brêches destructrices s’ouvrent chaque jour pour notre pays ? C’est parce que nous avons fait de l’hypocrisie notre cheval de bataille.

        Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 21:34, par SAWADOGO En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    A vous ecoutez,on sens votre desamour pour le faso.rien que des interèt personèl au detriment de l’interèt general.dans ce cas,je me reserve de placé un seul au risque de devancé l’igoine dans l’eau.rendevous le 03-07-21.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 22:06, par Bao-yam En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Demander la démission du Premier Ministre et du Ministre de la défense relève du bruit que l’opposition fait pour donner l’impression d’exister. En réalité, ces derniers ont été nommés à leurs postes par une autorité qui est comptable de leur bilan. Si cette autorité estime qu’ils n’ont pas réussi, c’est à elle de les faire partir. On ne demande pas de comptes à un subalterne pendant que son supérieur est là. Le subalterne ne peut pas mener une politique à l’encontre des instructions de son supérieur. Donc c’est au supérieur de rendre compte.
    La politique de défense du Burkina n’est pas élaborée à la primature mais à la Présidence. Si la Présidence a donné des instructions qui sont mal exécutée, c’est à elle de demander comptes. La situation du pays n’est la faute individuelle du PM ou du Ministre de la défense. La vision même qu’on a de la situation du pays est la source problème. Tant qu’on ne se dira pas que c’est une guerre nationale qui doit mobiliser tous les pans de la société, on ne réussira pas.
    Tant qu’on continuera à faire comme si ce n’est pas une guerre mais une "situation sécuritaire", ça pose problème. Tant qu’on ne devancera pas l’ennemi en stratégie et qu’on continue de réagir, en retard, ça posera problème.

    Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 07:35, par Nabayouga En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

      Bao-yam,je ne suis pas d’accord avec toi dans ton indistinction du ministre de la défense et le président du Faso. En effet en démocratie, le ministre de la défense, comme tous les autres ministres sont autonomes dans la gestion de leur ministère même si le président a un droit de regard. Ton idée serait valable s’il n y avait pas de séparation des pouvoirs,même si cette séparation est théorique.
      Chez nous en Afrique, les ministres ne savent pas ce que signifie démissionner quand on a échoué, et notre ministre de la défense a échoué. Cela donne a penser qu’il est là pour son estomac. Pour ma part je considère que suant on a échoué, l’honneur et la dignité voudraient que je laisse la place à d’autres compétences. Sans rancune Bao-yam.

      Répondre à ce message

      • Le 20 juin à 14:16, par Le Vigilent En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

        Nabayouga, dans quel pays as-tu vu un ministre, surtout de la defence, autonome comme tue le dis ? les ministres sont choisi et nommes avec des lettres de mission emanant du president et du premier ministre. Si ta conception de la gestion des departements ministeriels est celle de l’ANARCHIE, garde la pour toi et ne cherche a brouiller le debat sur des sujets importants la gestion du pouvoir d’etat..

        Répondre à ce message

      • Le 20 juin à 21:59, par Savadogo Daouda En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

        Mon frère , le ministre de la défense , celui de la sécurité , le CMGA ainsi que les chefs militaires dans les camps sont nommés par le chef de l’etat qui est par ailleurs le chef suprème des armées.
        Tu veux que qui soit interpelé et responsabilisé.?
        Nulle part au monde un ministre n’a été autonome sur les SUJETS GRAVES ET VITAUX d’un pays sans l’avis du président.
        Il peut décider sur les affaires courantes de son ministère , mais il ne peut décider lui seul sur une attaque comme celle de SOLHAN sans la direction du président.
        Sache que le président est ÉLU par le peuple et le ministre est NOMMÉ.
        Si quelqu’un doit rendre compte sur le millier de morts et le million de déplacés , c’est bien celui auquel le peuple a choisi, elu , et fait confiance..
        Les ministres eux on peut les changer si nécessaires parcequ’ils sont sous l’autorité de celui qui les a nommé .

        Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 10:34, par Yako En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

      @Bao-yam, Bjr tu as une idée très bizarre de la légitimité et par extension des institutions qui en sont issues.En effet, vous dites " la vision même qu’on a de la situation du pays est la source" Non,mon frère l’opposition bien qu’elle soit molle est dans son rôle j’ajouterai même qu’elle ne fait pas assez.Dans le contexte actuel du burkina Faso je trouve cette opposition minimaliste car dans un pays normal à défaut d’obtenir la tête du président,chef de l’exécutif, l’opposition l’obligerait à induire des législatives anticipées.La situation du pays l’exige d’autant plus que l’exécutif est fortement contesté dans le pays réel. Autrement dit,le dialogue en cours dit de politique n’est rien d’autre qu’une manœuvre dilatoire pour nous détourner de l’essentiel. Ben à toi. Yako

      Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 22:32, par DABRE Salam En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    C’est bien que vous ayez évoquer le cas de cette force spéciale car si ça devient comme l’autre, c’est vous qui allez etre trucider dans les rues de ouagadougou.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 04:02, par Jonassan En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    C’est indécent que ce soit le CDP patron aujourd’hui de l’opposition qui craint qu’il y’ait dérive de forces spéciales et qui n’a pas honte de le dire comme si l’histoire n’existe pas.

    Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 14:35, par Le Vigilent En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

      Jonassan, les types de l’opposition ont raison de s’inquieter puisque dans leur entendement le RSP tel qu’il agissait demeure la reference pour toute force speciale. D’ou toute Forxce Speciale doit se comporter comme le RSP du temps de Blaise Compaore, Gilbert Dieendere, Hyacinte Kafando, Marcel Kafando, Rambo, le TGaspar Some le Touaregue et autres siqueres, C’est ce qui leur fait dire que le RSP renait dans ses centres lorsqu’ils ont appris la creation des forces speciales.Qu’ils se rassurent, les FS n’auront pas pour taches d’intimider, de torturer, bruler et tuer d’honnetes citoyens burkinabe comme le faisait leur RSP.

      Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 04:51, par Papa En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Lors des campagnes passées Eddie Kombego disait que s’il accedait a Kossyam le pays n’entendra plus un coup de feu, s’il a l’amour pour son pays et sil a de la compation pour ces futures veuves et orphelins , de ces deplaces internes alors pourquoi ne pas mettre a contribution son savoir faire pour qu’il n’y ait plus un seul coup de fusil dans le pays. Si Eddie pouvait se taire une fois pour de bon il rendrait service a son parti parce qu’il se rend vulgaire avec ses declarations d’amateur politique .

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 07:27, par lepaysvamieux En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Aux élections passées Eddy KOMBOIGO était allé avec un objectif. Celui que le CDP revienne au pouvoir. Cet objectif est il atteint ? Est ce que les militants du CDP ont demandé sa démission ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 10:01, par Bao-yam En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    @Nabayouga, pas d’inquiétude. Tes idées sont les bienvenues naturellement pour alimenter le débat. Neanmoins je persiste à penser que bcp de gens font un raisonnement théorique sans tenir compte de comment les choses fonctionnent au Faso. Ce raisonnement théorique n’est même pas correct. Il y a des ministères regaliens comme la défense et les affaires étrangères qui répondent directement à la Présidence. Cela est vrai dans la plupart des pays.

    Les gens pensent qu’une guerre est localisée au ministère de la défense. Le succès ou l’échec d’une guerre dépend de tout le fonctionnement du pays. Donc c’est ceux qui ont une autorité sur tout le pays qui peuvent véritablement agir. Savez-vous qu’il y a des accords de défense, des stratégies de defense signées ou élaborées sans que les ministres eux-memes ne soient au courant ?

    On a déjà eu 2 ministres de la défense et 2 premiers ministres et rien n’a fondentalement changé. En rajouter changera-t-il quelque chose ? A ceux qui affichent des opinions sans arguments, vous n’ajoutez rien au débat. Demontrez en quoi vos idées sont correctes.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 10:29, par @@GOG En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Nous réclamons le suffrage universel direct, à corps et à cri.Inutile d’occulter la question si vous êtes honnêtes.Vous balbutiez là où il n’en fait pas .En l’adoptant ,vous le savez bien ,ceux qui seront élus par exemple aux postes de conseillers municipaux ,seront les vrais hommes voulus majoritairement par les électeurs locaux.En plus , la formule est susceptible de nous éviter beaucoup de conflits inutiles.Nous ne voulons plus voir les voleurs que vous nous imposer très souvent à la tête des communes .Vous le savez bien .Une équipe s’est déjà pencher sur la question et fait étalage de ses nombreux avantages .Dans tous les cas chacun payera de sa complicité.Hypocrisie ,tu nous fais du mal inutilement.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 12:57, par Jean MOULIN En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Trop d’incongruités au Burkina Faso.
    1- Il est dit dialogue politique mais les participants à cette sont les partis qui composent le CFOP (le CFOP qui est une institution) et les partis qui composent la majorité présidentielle (qui n’est pas une institution). Les autres partis qui ne sont ni du CFOP ni de la majorité présidentielle et sont reconnus par le Ministère en charge des libertés publiques ne participent pas à cette rencontre.
    DANS UNE MOINDRE MESURE CHANGEZ L’APPELLATION DE CETTE RENCONTRE.
    2- Au cours de cette rencontre, les participants qui ne sont ni exécutif ni législatif décident de créer un Fonds pour l’armée. QUID DE LA LOI DE PROGRAMMATION MILITAIRE ?
    3- Au cours de cette rencontre, les participants échangent sur la proposition d’élection des présidents de conseil de collectivité territoriale au suffrage indirect et n’ayant pas eu de consensus, ils décident de se retrouver le 3 juillet. QUID DU RÔLE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE ? Est ce à dire que lorsque le 3 juillet, il y’aura consensus, le projet de loi passera-t-il à l’Assemblée nationale comme une lettre ?

    Ressaisissons nous pendant qu’il est temps.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 15:34, par Le Vigilent En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Mon cher Cherif Sy,
    Le CDP, chef de file de l’opposition ne pardonnera « le crime abominable que tu as commis » en assumant dignement tes responsabilités, en tant que président du CNT, consistant à assurer la continuité du pouvoir d’Etat mis à mal, du fait de la tentative de putsch de septembre 2015 ; tentative ouvertement et fortement soutenue par les caciques du CDP et du Front Républicain. Et comble de malheur, le peuple burkinabè dans toutes ses composantes a entendu et répondu, promptement et très massivement, à ton appel à la résistance qui a permis de faire échec à la tentative de putsch. Ainsi donc le rêve des revanchards du CDP et d’autres aventuriers du Front Républicain de revenir au pouvoir s’est subitement transformé en un véritable cauchemar. Ces gens dont tu as brisé les rêves, auraient souhaité que tu n’aies même jamais existé sur cette terre, a plus forte raison être ministre, surtout pas de la défense, dans un gouvernement du Burkina Faso.
    Le crime de Christophe Marie Joseph Dabire a été d’avoir conduit un gouvernement qui a réussi à accélérer l’atteinte des objectifs du premier quinquennat du président Roch Marc Christian Kabore a la grande satisfaction de la grande majorité du peuple burkinabè qui, logiquement, lui a renouvelé sa confiance lors des élections de novembre 2020. Là, tout espoir est quasi définitivement perdu pour le CDP et ses amis politiques de reprendre le pouvoir perdu en 2014.
    On ne veut pas voir Christophe Dabire, même en dessin. D’où la demande insistante de son départ, avec des arguments fallacieux et comme si c’était lui le chef suprême des armées du Burkina.
    Le CFOP a été réduit à sa plus simple expression, avec à sa tête un véritable amateur politique qui confond avoir une fortune colossale et être un vrai leader politique. Son mentor s’était imposé par la terreur et lui il croit pouvoir s’imposer par sa fortune. Ça ne marche de cette façon.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 19:39, par KingBaabu En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Moi je ne comprends pas l’Opposition. Si vous voulez renvoyer le PM, c’est à l’Assemblée qu’il faut le faire par un vote. Pourquoi vouloir passer en force ? Quelle autorité avez-vous pour “exiger” la démission du PM ? Allez demander un vote à l’Assemblée. Et puis d’ailleurs, pourquoi démarrer un “dialogue politique “ maintenant ? Quelle urgence ? Alors que cette classe politique devrait être commise à 80 pour cent à trouver une solution à la guerre que les groupes islamistes nous font, voilà que ce sont les mêmes personnes qui sont là depuis Blaise Compaoré qui vont s’inviter à des réunions pour parler dans le vide et poser des revendications à la c*n. Pendant ce temps, les djihâdistes tuent nos parents pas très loin de Ouaga. C’est pas sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 06:45, par Lool En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Un peu de lucidité nous montre que pour gagner cette guerre contre les terroristes, il faut des équipements conséquents. Il faut surtout des avions de combat et de vrais véhicules blindés. Nos opposants qui sont au Burkina sont-ils conscients de cette donne ? Et puis, il faut se rappeler des bisbilles que le ministre Cherif Sy a eu avec la France, quand il a voulu un soutien internationaliste de la part de l’Afrique du Sud. Il y eu un holà des impérialistes par rapport à cette demande et aucun même pas nos opposants brouettes n’a soutenu Chérif Sy dans cette position et il a été obligé de rentrer sa queue entre les pattes. Il aura fallu un soutien conséquent de nos opposants par rapport à cette position du ministre qui voulait écraser du djihadisme avec l’aide de pays qui ont conquis leur liberté dans les combats et qui sont d’ailleurs de fabricants d’armes redoutables. L’opposition a intérêt à soutenir nos autorités pour avoir le courage leur permettant de s’assumer dans la diversification de la coopération militaire pour vaincre le terrorisme. Nos amis les français ne sont pas efficaces et n’ont pas d’armes vraiment redoutables pour nous sortir d’affaires.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 06:59, par Nabayouga En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Ah maintenant je comprends les prises de le vigilent, tu defends un homme plutôt que le pays. Ce qie le ministre de la défense actuel a posé comme act au moment de la résistance face au coup d’état de la maternelle est appréciable mais cela ne l’exonere pas de toute responsabilité aujourd’hui . Il a été bon à un moment donné de l’histoire du pays. Aujourd’hui il ne l’est plus et c’est la raison pour laquelle une démission le grandirait. Sans rancune le vigilent.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 19:01, par Le Vigilent En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

      Nabayouga, as-tu suivi les commentaires de certains internautes sur le niveau de responsabilité dans cette lutte contre le terrorisme ? Le CFOP a félicité les FDS pour les efforts faits et, paradoxalement, il demande la démission du ministre de La Défense de qui le CEMGA reçoit des instructions. Cela veut dire que le ministre a donné les bonnes instructions. Le ministre a reçu sa lettre de mission du président du Faso, chef suprême des armées.S’i le ministre a failli, il revient au président d’apprecier. A quel titre le CFOP va demander la démission de quelqu’un qui n’a aucun compte à lui rendre directement ? Si le CFOP a des griefs sur la façon dont la lutte contre le terrorisme se déroule, qu’il s’adresse au président qui prendra la décision appropriée. Mais le fait de tomber à bras raccourcis sur le ministre dénote d’une certaine haine contre l’interesse. Et cette haine est née et entretenue depuis que Shérif Sy a posé des actes salutaires qui ont fait échouer la tentative de putsch de septembre 2015. C’est humain !!!

      Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 08:58, par Patounizambo En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Nous nous étonnons que de plus en plus, l’Opposition et plus particulièrement son plus grand Parti (CDP) à travers son premier Responsable, manque vraiment d’idées pour parvenir au Poste par lui tant recherché, à savoir la Présidence du Faso. En effet, plutôt que de sa battre loyalement par les/des idées novatrices de Développement du pays ou encore d’acquisitions d’adeptes, sinon de membres, il passe tout son temps à parler des djihadistes pour lesquels, s’il est conscient et responsable, il sait et doit reconnaitre : i)-D’où et par qui le problème est arrivé au Burkina Faso ; ii)-il sait qui sont ces personnes (djihadistes) qui dans l’ombre sèment la mort partout dans notre pays ; iii)-Et enfin, sait par qui ce problème peut être résolu et ce définitivement. Alors pourquoi ne s’y met-il pas à trouver "Réponses" à tous ces problèmes aux fins de solutions. La démission d’un Ministre, d’un 1er Ministre suffirait-elle pour régler ce problème ? Cette guerre fabriquée, reste-t-elle le seul problème du Burkina Faso ? Vraiment, Honorable Komboigo, Président du plus grand Parti et pays et surtout du CFOP, ne pensez-vous pas qu’il soit temps pour vous de changer le rythme de la musique que vous nous servez tous les jours ? Pensez-y.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 09:50, par La Sagesse Africaine En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    ...Transformer la souffrance des populations impactées durement par la guerre imposée par les djihadistes en fonds de commerce politique est une honte pour l’opposition. Si elle a une solution miraculeuse, c’est le moment de la reverser à hui clos lors de ce "Dialogue politique national" qui va se poursuivre dans quelques jours sinon, il faut se taire définitivement sur cette question et trouver une autre stratégie de conquête du pouvoir. Les FDS ont des résultats tangibles sur le terrain, c’est pourquoi vous les félicitez et les encouragez, et en même temps vous demandez au PM et MD de démissionner, quelle incohérence qui ne peut s’expliquer que par des calculs politiciens, c’est malsain et éhonté... Aucun n’exécutif ne va dévoiler sa stratégie militaire, même devant les élus nationaux !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 10:04, par Wendmi En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Pourquoi en dehors d’Eddie et de Simon, tous les autres hommes ont le visage baissé. Cela voudrait signifier quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 10:16, par YAWOTO En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    La situation sécuritaire du Burkina ressemble au chasseur qui va en brousse avec son chien et revient bredouille. Pour l’opposition il faut tuer le chien.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 10:16, par L’ennemi du Burkina Faso est unique et il s’appelle les djiadistes En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Face à un ennemi de la nation, les patriotes devraient, regarder dans la même direction. Cela signifie qu’il faut que l’opposition et la majorité avoir les mêmes intérêts. Je trouve que l’opposition se trompe fondamentalement en demandant une quelconque démission de ministre.
    Joignez plutôt vos forces à celles de la majorité pour que le pays affirme sa souveraineté en achetant ce qu’il lui faut et avec qui il veut pour défendre son territoire contre le terrorisme.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 12:23, par Ka En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Comment je ne cesse de le répéter dans ce forum : Tant qu’on continuera à confondre l’opposition avec des ennemis de du Faso, il n’y aura pas de paix sociale, une opposition reste une opposition. Et ce qu’il faut, c’est qu’elle joue le jeu démocratique et acter une bonne fois pour toutes, qu’elle est opposition légitime, et qu’elle a le droit d’exister et de s’opposer en rectifiant les erreurs de la majorité.

    Mais ici, je vois que notre opposition sorte de sa légitimité : Demander la démission du PM et un des ministres qui fait de son mieux, ne rentre pas dans ses attributions. La question a 100 contrains est : Est-ce que cette opposition est capable de proposer des solutions efficaces, crédibles et réalisables, et d’être soi-même à la hauteur de les réaliser, que simplement de vengeance ? Pour moi dans une situation comme celle nous vivons actuellement, il faut apporter des vraie remèdes que de ce venger d’un ministre dont vous n’aimez pas, et pourtant fait son travail.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 23:24, par warzat En réponse à : Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense

    Si ces gens qui sont à l’origine de la pourriture morale dans notre pays arrivent par leur demande incongrue, à faire fléchir le président et son parti......alors, il est inutile d’encourager nos enfants et frères à l’extérieur du Burkina de revenir au pays. Il n’y aura pas d’avenir pour eux ici avec le retour en grande pompe du vol, de l’impunité et de la corruption dont le gouvernement actuel semble tenter vainement de combattre. Pour le moment une part des vivres arrive aux déplacés et sont détournés, mais avec ces gens les vivres seront revendus directement aux commerçants dans les magasins à Ouaga.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Crise au Mouvement Agir ensemble pour le Burkina : Kadré Désiré Ouédraogo pourra-t-il sauver les meubles ?
Commune de Kouka (Boucle du Mouhoun) : Les militants du CDP dénoncent une « dictature extrême » du maire
Organisation des élections au Burkina : Les membres de la CENI outillés sur les mécanismes de gestion
Burkina/Rencontre Etat-ONG-AD et fondations : L’équation de l’emploi des jeunes sur la table de réflexion
Burkina/politique : Des militants du "Mouvement agir ensemble pour le Burkina" exigent la démission du président du parti
Burkina/CDP : L’ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao rend sa démission
Assemblée nationale du Burkina Faso : Une nouvelle stratégie genre et son plan d’action pour la période 2021-2025
Politique au Burkina : Bluff de l’opposition ou hostilité de la majorité ?
Burkina/vie politique : Les militants de PS-Burkina décident de s’engager dans le MPP
Burkina Faso : « En plus des cadavres qui continuent de s’empiler, il y a le spectre de la famine », Eddie Komboïgo
Burkina : « Le spectre de la famine » plane « en plus des cadavres qui continuent de s’empiler », estime Eddie Komboigo
Burkina Faso : Une formation au profit des nouveaux députés
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés