Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Groupe Bolloré : Les ennuis judiciaires s’accumulent

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • vendredi 18 juin 2021 à 11h22min
Groupe Bolloré : Les ennuis judiciaires s’accumulent

Le groupe Bolloré n’en a pas fini avec la justice burkinabè. Après le procès contre l’homme d’affaires et politicien Eddie Komboïgo, c’est le service de communication de SOPAM-SA de Mohamed Sogli qui fait part d’un litige commercial avec le groupe Bolloré qu’il serait en passe de gagner. Depuis ses ennuis avec la justice de notre pays, Vincent Bolloré ne semble pas porter le président du Faso dans son cœur. Mais il devrait s’en prendre aussi à Macron car la justice française aussi lui cherche des poux sur la tête.

Selon un communiqué du service de communication du groupe SOPAM SA, depuis le 14 juin 2021, des comptes bancaires et des biens de filiales du groupe Bolloré ont été saisis au Burkina. Ce sont les sociétés Transport & Logistics Burkina Faso, Burkina Logistics & Minings Services (BLMS) et la Société nationale de transit du Burkina (SNTB). Cette saisie serait la conséquence d’une affaire en justice depuis 2010 concernant le retard accusé par le transport d’un groupe électrogène par la société SAGATRANS appartenant à Bolloré et aux dommages que le colis a eu au cours du transport.


Lire aussi Affaire « Centrale électrique de Komsilga » : SOPAM SA saisit les comptes bancaires et les biens du Groupe Bolloré dans cinq pays


Ce litige commercial, qui dure depuis 2010, aurait enfin abouti à une saisie des comptes du groupe Bolloré dans cinq pays, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Sénégal pour espérer le recouvrement de la somme de quatorze milliards six cent vingt-neuf millions trente-six mille quatre cent quatre-vingt-dix-sept (14 629 036 497) F CFA représentant le dédommagement lié aux avaries subies par le groupe électrique pendant son entreposage au port d’Abidjan ainsi qu’au retard accusé dans sa livraison à Ouagadougou.
Si ce montant est acquis, le groupe SOPAM passerait au second acte avec la justice pour réclamer des dommages et intérêts.

Le Burkina Faso commence à être une terre de feu et de combats judiciaires pour le groupe Bolloré. Ce groupe, il faut le rappeler, a déjà perdu un procès au "pays des hommes intègres" contre l’homme d’affaires et chef de file de l’opposition, Eddie Komboïgo, concernant un litige commercial sur la distribution des antennes Canalsat. Bolloré avait dépaysé l’affaire en Côte d’Ivoire, tout en déposant une nouvelle plainte en France cette fois-ci contre M. Komboïgo pour production et usage de faux.

Canalsat Burkina est une filiale de Canalsat Internationnal, elle-même filiale de Vivendi appartenant à Bolloré. L’affaire est en cours à la justice à Abidjan et à Nanterre, en France. SOPAM peut s’attendre à de pareils rebondissements pour sa victoire d’étape. Car le milliardaire en euros Vincent Bolloré est un procédurier, qui utilise la justice pour différer les paiements. Même quand il n’a rien à gagner, le groupe Bolloré va ester en justice contre des journalistes « crève de faim » pour l’exemple, pour faire taire les autres.

La Françafrique en justice

Il faut dire que le groupe Bolloré au Burkina toujours est dans la charrette des suspects dans l’affaire du charbon fin qui est en justice. Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que la gouvernance du groupe Bolloré est en cause et que son éthique dans les affaires est en jeu dans tous ces soupçons. Vincent Bolloré doit être un charmant monsieur, mais il est l’incarnation de la Françafrique au plan économique.

Après avoir perdu le procès à la Cour d’appel à Ouagadougou contre Prosat, la société d’Eddie Komboïgo, Bolloré aurait reproché au président Roch Marc Christian Kaboré de n’avoir pas protégé ses investissements au Burkina. Dans l’esprit du breton, le chef de l’État burkinabè ne se serait pas immiscé dans le procès pour le protéger. En "attaquant" la présidence du Faso pour ses ennuis judiciaires au Burkina Faso, l’homme d’affaires français montre comment il remporte les marchés en Afrique en agissant sur les locataires des palais présidentiels.

Pour sa manière de faire les affaires au Togo par exemple, il va être obligé de subir un procès en bonne et due forme, selon la décision du tribunal judiciaire de Paris du vendredi 26 février 2021. Il a reconnu les faits et avait décidé de plaider coupable, mais la justice n’a pas voulu de ses aveux qui ne seraient pas publics. La présidente du tribunal, Isabelle Prévost-Desprez, a signifié au grand patron français, demi-dieu de la Françafrique, que les infractions visées, en l’espèce la corruption active d’un agent public étranger et l’abus de confiance, seront jugées devant le tribunal correctionnel dans le cadre d’un procès ordinaire.

Pour les raisons suivantes : « président d’un groupe de réputation mondiale et représentant l’image de la France à l’étranger », les faits reprochés « portent gravement atteinte à l’ordre public économique » car ils ont « porté préjudice à la souveraineté de l’État togolais en altérant le fonctionnement régulier de ses institutions ». La présidente a par ailleurs souligné que les mis en cause avaient également « méconnu le principe fondamental d’égalité de traitement des candidats à la conclusion d’un contrat de marché public ou de délégation de service public », selon le Monde

Pour Bolloré les ennuis judiciaires volent en escadrille comme dirait Jacques Chirac.
C’est une belle et bonne chose que la Françafrique soit mise en accusation devant les tribunaux. Que les grands délinquants mondiaux aux cols blancs soient des justiciables comme les autres ne peut que faire du bien à l’humanité.

Sana Guy
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 juin à 10:25, par Paré le bon En réponse à : Groupe Bolloré : Les ennuis judiciaires s’accumulent

    Bonjour,
    un petit amalgame a eviter, le président français n’est pas la justice française. Sachez que les multinationales françaises rapportent grâce à la libre transférabilité du CFA beaucoup, beaucoup beaucoup. d’argent frais à la France. Pour cette raison ça m’étonnerait que le président puisse chercher des poux à Monsieur Bolloré.
    A bon attendeur, ....
    Mg

    Répondre à ce message

    • Le 18 juin à 17:59, par Simon En réponse à : Groupe Bolloré : Les ennuis judiciaires s’accumulent

      Sachez très chers africains ,
      Que l immense majorité des français condamné majoritairement fermement les agissements de ce monsieur ,
      il ne représente en rien le peuple français et nous inspire la honte d être encore indexé , du fait que ce soit un groupe francais , par la justice de votre pays
      Y en a marre qu’ aujourd hui des gens riches à milliards n en ont jamais assez et se fourvoient dans des agissements indignes de l exemplarité qu’ impose leur notoriété et la représentation de leur nation
      Dieu ne dort pas ............

      Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 10:40, par kwiliga En réponse à : Groupe Bolloré : Les ennuis judiciaires s’accumulent

    "C’est une belle et bonne chose que la Françafrique soit mise en accusation devant les tribunaux. Que les grands délinquants mondiaux aux cols blancs soient des justiciables comme les autres ne peut que faire du bien à l’humanité."
    Merci Monsieur Sana Guy.
    Enfin, on avance, je m’en réjouis.
    En espérant que notre justice frappe avec autant de force et d’impartialité au sein même de notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 11:09, par Paré le bon En réponse à : Groupe Bolloré : Les ennuis judiciaires s’accumulent

    Bonjour,
    un petit amalgame a eviter, le président français n’est pas la justice française. Sachez que les multinationales françaises rapportent grâce à la libre transférabilité du CFA beaucoup, beaucoup beaucoup. d’argent frais à la France. Pour cette raison ça m’étonnerait que le président puisse chercher des poux à Monsieur Bolloré.
    A bon attendeur, ....
    Mg

    Répondre à ce message

    • Le 18 juin à 14:52, par Le Vigilent En réponse à : Groupe Bolloré : Les ennuis judiciaires s’accumulent

      Pare le Bon, je pense que c’est plutot toi qui fais des amalgames. Sana n’a jamais dit que la justice francaise qui chercherait de poux surr le crane de Bollore et non pas le gouvernement francais. A moins que tu consideres, qu’en France, l’independance de la justice n’est que de facade !

      Répondre à ce message

      • Le 19 juin à 09:12, par Le Vigilent En réponse à : Groupe Bolloré : Les ennuis judiciaires s’accumulent

        Mon post ci-dessus est completement incomprehensible. Toutes mes excuses. En fait je voulais dire a Pare Le Bon que, selon l’auteur de l’article, "c’est la justice francaise et non pas le gouvernement francais qui chercherait des poux sur la tete de Bollore. Le reste sans chqngement

        Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 11:20, par Dieudonne Tamini En réponse à : Groupe Bolloré : Les ennuis judiciaires s’accumulent

    Cela fait 11 ans que Sogli est sur cette affaire avec Bollore, un des plus grands “ États” en Afrique francophone…un nouveau vent souffle sur la France-Afrique et nous espérons le meilleur pour notre continent qui a beaucoup souffert de la main basse française sur tout….nous soutenons le combat de Sogli…

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 17:34, par Moi MEME En réponse à : Groupe Bolloré : Les ennuis judiciaires s’accumulent

    Première bonne nuvelle de la journée.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 12:41, par Dedegueba Sanon En réponse à : Groupe Bolloré : Les ennuis judiciaires s’accumulent

    10 ou 11 ans de procès pour avoir une lueur d’espoir ? Encore que pour exécuter une décision de justice ce serait encore une autre galère ? On a largement le temps de mourir et de blanchir largement dans sa tombe. Pourtant ce même droit utilise le TGV pour certaines affaires. Je comprends pourquoi Tom Sank parlait de droit bourgeois. Pendant que nous y sommes et si on discutait du cas Sitarail ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Assurances au Burkina : LGA-A lance officiellement ses activités
« Shell FuelSave » : Le nouveau carburant de Shell lancé par Vivo Energy au Burkina
Expo-Yeelba : Pour une promotion du Faso Dan Fani au Burkina à l’international
2e CASEM 2021 du MINEFID : La gestion domaniale, foncière et cadastrale du Burkina sur la table de discussion
Financement du PNDES-II : Rendez-vous pris à Bruxelles les 2 et 3 décembre 2021
Bobo-Dioulasso : Le logo du label du Koko Dunda officiellement présenté
Vente de céréales au Burkina : Voici les prix maximum fixés pour le maïs, le mil et le Sorgho
Arrondissement N°2 de Bobo-Dioulasso : Le budget de 2022 s’élève à 120 millions de francs CFA
Fédération des chambres de commerce et d’industrie de l’Afrique de l’Ouest : La CCI-BF abrite la deuxième réunion de l’année 2021
Mobilité urbaine de la ville de Ouagadougou : Un financement de près de 64 milliards de francs CFA acté
Burkina : La CNAEI-BF, une nouvelle confédération qui entend stimuler le développement des acteurs de l’économie informelle
Lutte contre la corruption au Burkina : La plateforme numérique de l’ASCE prête à recevoir les déclarations d’intérêt et de patrimoine
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés