Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Cinkance Burkina : La population demande la réouverture des frontières

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 15 juin 2021 à 22h59min
Cinkance Burkina : La population demande la réouverture des frontières

A Cinkance, tous les secteurs de l’économie sont touchés par la fermeture des frontières. Hommes et femmes de cette partie du Burkina disent ne plus comprendre cette mesure. Certains la qualifient d’une décision politique, d’autres n’écartent pas la nécessité de la maladie. Mais malgré l’interdiction, certaines personnes parviennent à entrer avec tous les risques possibles. Nous avons passé deux jours avec cette population et elle nous raconte son calvaire.

Il est 13h, nous sommes à la frontière du Togo avec le Burkina Faso. Elle est complètement fermée. Nous constatons des cars stationnés aux abords : » Pour accéder il faut des documents de l’UEMOA qui te donnent l’autorisation "nous lance un transporteur. Selon ce dernier, la mesure est bien respectée. A côté de ceux qui respectent, d’autres trouvent d’autres chemins. Un jeune menuisier venu de Ouargaye pour l’achat du matériel pour sa menuiserie, nous relate son parcours : " Je suis arrivé hier, et ce matin j’ai payé un triporteur qui m’a conduit frauduleusement sur une petite voix et nous sommes revenus.

J’ai pu avoir ce que je voulais et grâce à Dieu, on est revenu en bonne santé.
Le jeune reconnaît qu’il y a des risques : Lorsque des policiers de la frontière te prennent tu vas payer 1000F ou plus. Il y a des rackets de tout genre. Nombreux font des accidents sur cette petite route nous raconte le jeune homme.

Ceux qui forcent pour traverser prennent des risques

Il n’y a pas moins d’une semaine une femme a été frappée par la police, parce qu’elle a voulu traverser la frontière togolaise pour venir du côté du Burkina nous relate Oubda Mohazou.
Adama Diessongo, encore appelé le noir, un riche homme d’affaires de Cinkance Burkina martèle :" J’ai une entreprise de nettoyage à Cinkance Togo, j’ai des documents de l’UEMOA qui me permettent d’entrer mais nos compatriotes qui n’ont pas ces documents rencontrent d’énormes difficultés.

Il y a une augmentation des prix de tout et une diminution des recettes

Pour Niangané Issa transitaire à la douane, il y a une augmentation des prix dans plusieurs domaines liés au transport :
« Notre métier a pris un coup. Nous ne gagnons plus comme avant et cela est dû à la fermeture des frontières. »

Il continue : Le prix des taxis à Cinkance Burkina a fortement augmenté. Cela est dû au fait que les transporteurs n’ont plus de clients pour déposer au Togo.
Les artisans évoquent des difficultés d’acquisition du matériel : " L’artisanat souffre car les prix des matériels ont augmenté et ceux-ci sont difficiles à avoir, affirme Paul Minoungou le président de l’association Wendsongda des artisans de Yargatenga. Oubda Mohazou jeune commerçant pense que les étrangers qui venaient acheter leurs marchandises ne viennent plus.

Les entrepreneurs quant à eux crient au secours ’’ il nous arrive d’avoir des marchés mais il est difficile de payer les instruments de travail, martèle Adama Diessongo.

L’hôtellerie et la restauration subissent une rude épreuve.

Un comptable d’un hôtel de la place pense que la fermeture des frontières a fragilisé la fréquentation de leurs hôtels : " Avant on avait beaucoup de clients mais depuis l’instauration de la mesure nous peinons. Il ajoute : rien que la semaine dernière, on avait un marché de restauration avec les voisins mais c’était impossible.

Le souhait de la population c’est la réouverture des frontières

La fermeture des frontières est une mesure de trop, nous lance madame Ramatou Niangané formatrice des coiffeuses de Cinkance : le prix de nos matériels a augmenté, et nos clients s’impatientent. Nous demandons au gouvernement d’ouvrir les frontières. Même cri de cœur pour Madame Bonkoungou coordinatrice des femmes de Cinkance : Nous sollicitons la réouverture des frontières. La fermeture a tué l’économie et tout va mal.

Pour éviter le pire, les présidents des pays de la zone UEMOA sont interpellés.

Gérard BEOGO

Vos commentaires

  • Le 15 juin à 20:58, par Passakziri En réponse à : Cinkance Burkina : La population demande la réouverture des frontières

    Chers dirrigeants, reconaissons que maintenir les frontières terrestres fermées est innoportun et injuste puisque les frontières aériennes sont perméables pendant ce temps pour ceux qui en ont les moyens.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 23:30, par Moi En réponse à : Cinkance Burkina : La population demande la réouverture des frontières

    Le souci avec l’ouverture des frontières c’est que le flux de personnes entrant sur le territoire national ne sera plus contrôlé,il suffit que une seul personne infectée se trouve dans un car à destination du Burkina et ce car constitue un nouveau cluster,nos états n’ont pas non plus les moyens logiques de tester systématiquement tous les voyageurs qui viendront par voies terrrestres,nos systèmes de santé sont très fragiles je crois que nous devons attendre au préalable que la vaccination fasse ses effets avant d’ouvrir les frontières.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin à 08:49, par tao-tao En réponse à : Cinkance Burkina : La population demande la réouverture des frontières

    Souvent on se demande bien quelles sont les priorités de nos cher dirigeants : en tant que pays enclavé, en tant que pays ayant très peu de canaux pour accéder aux pays voisins mise à part la frontière terrestre, et faisant face à des terroriste (qui tuent plus que le corona virus) ; je ne comprends pas pourquoi il y a encore des mesures qui empêchent les citoyens de bouger, de chercher à survivre.
    ce fameux fermeture des frontières est un leurre ; Pourquoi nos autorités ont autant peu d’initiatives en ce qui concerne le bien-être de leurs citoyens ? pourquoi le suivisme à un degré d’autodestruction ? Même si nous savons que les autorités policières, les gardes des frontières mangent bien dedans, mais penser aussi que c’est bien un motif de soulèvement populaire et de discorde nationale. Pourquoi ne jamais penser à la masse mais toujours qu’à des fractions de population ? VOUS SAVEZ BIEN QUE TOUS ICI SE FOUTENT DE CETTE MALADIE. ALORS POURQUOI FAIRE SEMBLANT JUSTE POUR RESSEMBLER AUX AUTRES SACHANT BIEN QUE NOUS NE SOMMES PAS COMME LES AUTRES !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin à 09:30, par TANGA En réponse à : Cinkance Burkina : La population demande la réouverture des frontières

    A quelque chose malheur est bon. Cela pour demander à nos FDS de se confondre aux fraudeurs pour découvrir les pistes et autres parties utilisables. Ça peut et doit servir lors des traques de terroristes.
    D’autres parts, il est préférable d’ouvrir les frontières car CORONA dans nos pays n’a pas son point de passage les frontières ; c’est notre mode de vie.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin à 17:24, par Pircassou En réponse à : Cinkance Burkina : La population demande la réouverture des frontières

    Moi je ne pense pas que la fermeture des frontières c’est la solution parce que les gens arrivent a traversé les frontières d’une autre manière selon moi on ouvre les frontières comme Ya le vaccin sans carnet de vaccination sans traverse très rigoureux parce que les services de contrôle même on perdus le mouvement de la population pour le traverse

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le ministère en charge de la Réconciliation nationale rappelle qu’« il n’est pas en mesure d’accorder un quelconque soutien financier »
Guinée : L’ancien porte-parole du gouvernement arrêté par des hommes cagoulés
Coupe CAF : L’ASFA se qualifie aux 16e de finale en battant le FC San Pedro
GANZOURGOU : La journée marathon du ministre Bougouma
« Surveillance rapide de la mortalité au Burkina Faso » : près de 25 000 décès enregistrés en 2020 et 2021
Semaine nationale de l’information et de l’orientation post-baccalauréat : « Une belle opportunité d’échanges avec les nouveaux bacheliers sur la formation et le financement des études », selon Dr Lydia Rouamba
Communes à statut particulier : Des réflexions pour améliorer la législation
Kaya : SOS village d’enfants clôture son projet d’aide d’urgence
Burkina : L’ONU-HABITAT et ses partenaires renforcent les capacités des acteurs du Centre-nord sur la gouvernance foncière locale
Camp Ouezzin Coulibaly : Sortie de la 47e promotion des Sous-officiers de la gendarmerie
Maintien de la paix dans le monde : 147 policiers et gendarmes burkinabè prêts à servir
Journée mondiale de la sécurité des patients au Burkina : Les soins maternels et néonatals sans risque au cœur de la célébration
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés