Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Thèse de doctorat : Inoussa Ky reçoit la mention "Très honorable " pour sa recette pour la production d’aliments pour volaille

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET • samedi 15 mai 2021 à 11h00min
Thèse de doctorat : Inoussa Ky reçoit la mention

Pour l’obtention du grade de docteur en Sciences biologiques appliquées, spécialité Biochimie-technologie alimentaire, Inoussa Ky a présenté, ce vendredi 14 mai 2021, le fruit de ses recherches sur l’ « Optimisation de la production d’aliments pour volaille à partir de produits locaux par la méthodologie des plans d’expériences ». Après plus de trois heures de soutenance, le jury a validé son travail avec la mention « Très honorable »

Au Burkina Faso, l’élevage contribue à près de 20% au Produit intérieur Brut. Le pays compte plus de 44 millions de volailles dont 98% de races locales. Selon l’impétrant, Inoussa Ky, ces races locales de volaille sont très prisées par les consommateurs burkinabè et constituent une importante source de revenus pour les paysans. « Cependant, fait-il remarquer, elles sont confrontées à une faible productivité due principalement à l’insuffisance qualitative et quantitative d’aliments ».

Dans le cadre donc de ses travaux, le thésard a orienté ses recherches sur l’optimisation de la production d’aliments à partir des produits locaux par la méthodologie des plans d’expériences (MPE). Face à un jury de huit membres présidé par le Pr André Jules Ilboudo, l’impétrant a exposé, vendredi 14 mai, les résultats de cinq années de recherches.

Dr Inoussa Ky tenant sa thèse de 147 pages

Réduction de temps d’élevage et maximisation du bénéfice

La méthodologie utilisée par l’impétrant permet, à partir de modèles mathématiques, d’organiser les matières premières comme le maïs, les tourteaux de coton et de soja, le son de mil et de riz, la farine de poisson, la coquille d’huître, le sel pour aboutir à un aliment très nutritif et moins cher pour les éleveurs. La ferme « Les poulets du Faso » a participé à cette étude.

« Le poulet local se produit entre trois et six mois. Mais aujourd’hui avec la formulation que nous avons proposée, on peut produire cette volaille en deux mois ou en 75 jours. Le coût de l’aliment tourne entre 240 à 300 Fcfa/Kg sur le marché mais le coût de l’aliment que nous avons formulé est de 211 Fcfa le kilogramme, par exemple. C’est une réduction assez nette pour l’éleveur », a expliqué Inoussa Ky.

A l’en croire donc, les résultats auxquels il est parvenu permettront aux éleveurs du poulet local de « réduire considérablement le temps d’élevage, de minimiser le coût de revient de la production et d’augmenter leur marge bénéficiaire ».

Le jury de huit membres était présidé par le Pr André Jules Ilboudo

Recommandations

Dans sa thèse, l’impétrant a formulé des recommandations à l’endroit du ministère en charge des Ressources animales comme l’application de la règlementation sur la production, la transformation et la commercialisation des aliments pour bétail et volaille, adoptée en novembre 2020. Il lui a été recommandé également d’appuyer financièrement les initiatives de recherche-développement et de créer des élevages pilotes de démonstration et de formation des éleveurs.

Les fabricants d’aliments n’ont pas été oubliés par l’impétrant. Ce dernier leur recommande d’investir dans des experimentations pouvant améliorer la qualité de l’aliment et de travailler en étroite collaboration avec les universités et les structures de recherche.

Enfin, à l’endroit des aviculteurs, Inoussa Ky leur suggère de s’organiser davantage en société coopérative et d’assurer une veille d’assurance qualité des intrants de production mis à leur disposition.

La soutenance a duré près de quatre heures

Perspectives

Le thème de recherche d’Inoussa Ky ouvre la voie à plusieurs perspectives afin de consolider les résultats atteints. Selon l’impétrant, il serait important entre autres de continuer l’exploration sur les potentialités nutritives d’autres matières premières locales, d’analyser la qualité sanitaire et la digestibilité de l’aliment formulé, et de développer un outil de gestion et de décision pour la production avicole.

Dixième thèse pour le Pr Mamoudou Dicko

« Dans les débats au niveau de la sécurité alimentaire, la plupart des décideurs voient essentiellement la nutrition humaine. Alors que indirectement, il est important de penser à l’alimentation du bétail, de la volaille, etc. », a indiqué le directeur de thèse, le Pr Mamoudou Dicko. Il n’a pas manqué d’exprimer sa fierté d’avoir encadré de bout en bout l’impétrant et cette thèse qui est la dixième de sa carrière.

La thèse a été dirigée par le Pr Mamoudou Dicko et le directeur de recherche Bréhima Diawara

Satisfait des recherches menées, le codirecteur de thèse, Bréhima Diawara, fera remarquer à son tour que les résultats obtenus par Inoussa Ky « sont exploitables dans l’immédiat par des entreprises ».

Malgré les critiques faites, les autres membres du jury ont salué l’effort fourni par l’impétrant, et l’originalité et la pertinence du thème proposé. A l’unanimité, Inoussa Ky a été élevé au grade de Docteur en Sciences biologiques appliquées, spécialité Biochimie-technologie alimentaire avec la mention « Très honorable ».

Le nouveau docteur posant avec les membres du jury et sa petite famille

Un jury de huit membres

Rappelons qu’en plus du président du jury, du directeur et du co-directeur de thèse, le jury de soutenance était composé du Pr Anin Louise de l’université Nangui Abrogoua de la Côte d’Ivoire, du directeur de recherche, Amadou Traoré (rapporteur) de l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles du Burkina Faso (INERA), du maître de recherche, Fatoumata Ba/Hama (rapporteur) de l’institut de recherche en sciences appliquées et technologies (IRSAT), du maître de recherche, Isidore Gnanda de l’INERA, du maître de recherches, Charles Parkouda de l’IRSAT, absent pour des raisons familiales

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Aspects de l’insalubrité urbaine à Ouagadougou : Constat de réalité et nécessité d’actions concrètes
Open Space ou Espace de Travail Ouvert : Atouts et Inconvénients d’un modèle en vogue au Burkina Faso
La réconciliation nationale au Burkina Faso : les enjeux linguistiques
Pratique d’un bilinguisme informel au cours préparatoire dans les écoles primaires publiques classiques à Ouagadougou : constat et solutions
Les impacts environnementaux de la mise en œuvre des politiques du développement durable au Burkina Faso
Ethique et politique chez Aristote
Terrorisme et extrémisme violent : Mohamed Sana scrute la place des établissements pénitentiaires dans la lutte contre ces phénomènes
Soutenance de thèse : Séni Saré disserte sur la « philosophie tragique de Nietzsche » et propose une pédagogie alternative de la liberté
La question de la dynamisation de la commission nationale des langues burkinabè ; enjeux et perspective
Ubuntu : philosophie humaniste dans le contexte africain
Drépanocytaire et Coronavirus COVID-19
Master en psychologie : Stéphane Somda analyse la « perception du manager et le sentiment d’appartenance des agents à l’INSD »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés