Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Réforme du « Code du travail » : Commençons par le commencement !

Accueil > Actualités > Opinions • LEFASO.NET • jeudi 22 avril 2021 à 21h28min
Réforme du « Code du travail » : Commençons par le commencement !

« S’il m’était donné d’être associé à quelque titre que ce soit — celui de citoyen burkinabè étant celui qui sied le mieux— au « projet » de réforme du Code du travail en cours en ce moment, la première proposition de réforme que j’aurais formulée, porterait d’abord et avant tout sur la dénomination dudit Code ». Hamid-Maghide Kaboré, auteur de la présente tribune.

Car, sa dénomination actuelle — fruit d’un « héritage » plus qu’autre chose — fait écho, qu’on le veuille ou non, au fait que nous nous inféodons continuellement aux réalités d’autres. Cette idée qui est, du reste, d’ordre factuel pour qui observe bien notre société, m’est insupportable. Et d’ailleurs, si nous étions en matière de dénomination commerciale — ce qui n’est pas le cas —, cette appellation, ainsi que bien d’autres que nous avons adoptées par facilité ou paresse intellectuelle (?), ne nous aurait été disponible que moyennant paiement d’une redevance d’usage.

Dans une optique de recouvrement et d’exercice de la souveraineté qui est nôtre — ici, il s’agit de celle juridico-rédactionnelle —, il me paraît fort utile, voire ardemment souhaitable, si tant est que nous pouvons nous montrer « jaloux » de cette souveraineté, d’« entamer » ce projet de réforme, en nous intéressant d’abord à la dénomination dudit Code.

Cette ambition rigoureuse de la réforme s’expliquerait non moins parce que la présente appellation est nécessairement problématique, mais proposer que ledit code s’appelle « désormais » : Code des relations de travail, ou Code du salariat. Si le but ultime de toute réforme est progrès.

N’étant pas à l’abri d’objections mal- ou bienveillantes, très souvent adressées à juste titre, aux « porteurs » de pensées différentes, je ne manquerai pas de me faire le plaisir d’émettre quelques propositions de dénomination.
Je lancerai entre autres : Code des relations de travail, Code de la salarisation, Code du salariat…

Ces appellations recèlent à mon sens — sans verser dans l’auto-congratulation inutile et injustifiée — au moins le mérite de la nouveauté et, pas que...

Aussi est-il regrettable que jusqu’ici (la réforme est quasiment à son terme, car les chances d’amendement (s) du texte par l’Assemblée nationale me semblent faible, pour les raisons que vous n’ignorez sans doute pas), des chercheurs du domaine n’aient pas été associés ou consultés, même si l’on peut se féliciter de l’approche quasi-inclusive adoptée.

Cette dénomination — pas nécessairement précitée —, peut être le symbole d’une nouvelle ère (…), celle de l’exercice de notre souveraineté juridico-rédaction. S’y refuser au nom d’un universalisme, dont nous n’avons que trop conscience serait faire montre encore une fois d’un suivisme dont on aurait pu s’en passer au grand dam des souverainistes.

L’éternel recommencement : le traquenard favori de Vincent Bolloré dans les palais présidentiels africains.

Hamid-Maghide KABORÉ
Citoyen africain

Vos commentaires

  • Le 23 avril à 08:41, par Claude En réponse à : Réforme du « Code du travail » : Commençons par le commencement !

    Cher Hamid-Maghide KABORÉ
    Citoyen africain

    La lecture de votre commentaire (fort bien écrit) me rappelle étrangement tous les articles publiés lors du pseudo projet de changement de monnaie.
    Des centaines voire des milliers de publications pour proposer un changement de nom, mais absolument rien sur le fond de cette problématique.
    C’est une parfaite illustration de la non efficacité à faire évoluer le pays.
    Suggérer un changement de nom pour le code du travail revient à la même situation.
    Vouloir employer de nos jours, une personne relève du parcours du combattant. Les agents de la CNSS en se retranchant derrière la jungle de leurs procédures conduisent les employeurs potentiels à rester dans le monde informel. Monde informel = précarité des salariés.
    Donc, vous pouvez toujours suggérer de changer de nom pour ce code avec une appellation pompeuse ou ronflante, rien ne changera dans les faits.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Effort de paix au Faso !
Médias et communication sur la situation sécuritaire nationale : Le jeu dangereux de la désinformation et de l’intoxication
Le patriotisme
Insécurité : Comment l’or du Mali finance les djihadistes
La réforme de l’éducation annoncée : Une chronique d’un échec programmé
Construction du vivre-ensemble : Se déprendre de la mystique de l’État occidental et renouer avec les fondements philosophiques négro-africains
Contestation des réformes et violences en milieu scolaire : Une dangereuse récréation qui doit nécessairement prendre fin
Tribune : Le risque est-il un bien ou un mal ?
Burkina Faso : Un citoyen dénonce « des injustices dans l’organisation des concours professionnels »
« De la pertinence de construire des latrines pour les ménages pauvres » : Le ministère en charge de l’Assainissement répond
Sahel : Quand braconnage et terrorisme font bon ménage
Retour sur l’incinération de fétiches à l’église Saint-Pierre de Gounghin : Cinq organisations de la société civile apportent un éclairage
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés