Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un homme doit être assez grand pour admettre ses erreurs, assez intelligent pour apprendre de celles-ci et assez fort pour les corriger.» John C. Maxwell

Centre de radiothérapie de Bogodogo : Une infrastructure de référence pour traiter sur place plusieurs cas de cancers

Accueil > Actualités > Société • Communiqué de presse • jeudi 8 avril 2021 à 13h50min
Centre de radiothérapie de Bogodogo : Une infrastructure de référence pour traiter sur place plusieurs cas de cancers

(Ouagadougou, 08 avril 2021). Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, procédera demain vendredi 9 avril 2021 à l’inauguration du Centre de radiothérapie de Bogodogo.

Avec une capacité de prise en charge de 1 500 patients par an, ce centre permettra de traiter sur place plusieurs cas de cancers, notamment les cancers du col de l’utérus, de la prostate, du poumon, du rectum, de l’œsophage et de l’estomac.

Le centre de radiothérapie est réalisé par l’Etat burkinabè avec l’appui de l’Emir du Qatar, à travers le Fonds qatari pour le développement, pour un coût total de 7 milliards 700 millions de francs CFA.

La réalisation du Centre va permettre de réduire la morbidité et la mortalité liées au cancer, dans notre pays. L’infrastructure est équipée d’un plateau répondant aux normes internationales.

Le Centre de radiothérapie de Bogodogo, qui traduit la volonté du président du Faso de doter le pays d’un système sanitaire performant, va contribuer à réduire les évacuations sanitaires à l’extérieur.

Direction de la communication de la présidence du Faso. Avec DCPM/ministère de la Santé.

Illustration / archives : le président du Faso sur le site du chantier, le 20 juin 2020.

Vos commentaires

  • Le 8 avril à 14:11, par TANGA En réponse à : Centre de radiothérapie de Bogodogo : Une infrastructure de référence pour traiter sur place plusieurs cas de cancers

    C’est bien !
    Rock, nous sommes combien de Burkinabè ? Rien que ceux qui vivent au Burkina ?
    Si on faisait cotas maximum 25 francs par personne pour ceux qui veulent, on pourra mieux outiller le personnel soignant et même trouver certains produits pour les urgences.
    Ça sera pour sauver notre système de santé donc les institutions bancaires qui devront recevoir les versements ne devront pas taxer cet argent. Mieux, celui qui va puiser dedans pour lui même devra être montré à tous les médiats pendant un mois puis renvoyer et envoyé en prison.
    Il y aura tellement d’argent que nos FDS pourront en bénéficier.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 15:19, par Ka En réponse à : Centre de radiothérapie de Bogodogo : Une infrastructure de référence pour traiter sur place plusieurs cas de cancers

    Bravo pour ce matériel de haute technologie pour venir au secours des personnes atteintes du cancer. Tout le peuple Burkinabé est témoins : On ne peut plus dire que notre pays n’est pas bien équipé pour soigner le cancer, et on ne peut plus en tant que prisonnier aller se la couler dans une clinique parisienne au frais du contribuable. Personne ne peut plus nier qu’on n’est pas équipé ! Bravo à notre équipe dirigeante pour cet effort très attendu depuis la nuit des temps. Avec ces équipements, je crois que chaque citoyen s’emploiera à enregistrer les magouilles de nos décideurs en direct avec les mobiles, et leur dire que le Centre de radiothérapie de Bogodogo a une infrastructure de référence pour traiter sur place plusieurs cas de cancers.

    Si je dis Bravo, c’est que pour un dignitaire Burkinabé, se soigner à l’étranger est également une énorme injustice envers le reste du Faso. On n’a vu en 2020, pendant que le peuple primaire est condamné à se rendre dans des structures de santé devenues des mouroirs, d’autres même étant des repris de justice, avec sans vergogne utilisent le denier public pour aller se soigner en Occident. Et ceux qui ne savent pas, sachent que par exemple, l’aller-retour d’un avion médicalisé pour acheminer à Paris un ministre africain malade coûte au minimum 150 000 euros, l’équivalent (au moins) d’une vingtaine de bourses d’études en médecine à Dakar ou Abidjan. La faute politique et l’injustice expliquent ensemble la colère d’une partie de l’opinion Burkinabé lorsqu’elle apprend que ses politiciens et leurs parents vont se faire opérer à Paris. Pour avoir fait le choix de négliger les structures sanitaires de notre pays depuis 60 ans d’indépendance, convaincus qu’ils pourront toujours être évacués vers les capitales occidentales. Et si on regarde, ce n’est pas seulement le Burkina, mais tous les dirigeants du continent africain ont mis le continent au sommet du palmarès mondial des présidents ou ministres décédés à l’étranger a ne citer les derniers cas, Salif Diallo, HAMBAK. Si on n’avait du matériel comme ce qu’on vient d’avoir, le cancer de foie d’HAMBAK aura été détecté très tôt et soigner.

    Encore une fois, ‘’’Bravo à notre équipe dirigeante a sa tête Roch Marc Christian Kaboré,’’’’ Infrastructure, équipement sanitaires : ça vous permettra de recevoir les premiers soins avant les évacuations, surtout vous sauvé la vie, au lieu de mourir dans des avions médicalisés vers d’autres cieux.
    1-

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 15:33, par Tengbiiga En réponse à : Centre de radiothérapie de Bogodogo : Une infrastructure de référence pour traiter sur place plusieurs cas de cancers

    Je partage la suggestion de Tanga. Mais comment faire pour que chacun donne 25 FCFA ? En ville, dans les communes, arrondissements, secteurs, villages etc.. Quelle méthode mettre en place pour faire cette collecte sans que quelques petits malins n’y voient une source d’enrichissement comme c’est souvent le cas dans notre pays ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 15:49, par Nabiiga 1er En réponse à : Centre de radiothérapie de Bogodogo : Une infrastructure de référence pour traiter sur place plusieurs cas de cancers

    Oui cest bien d’installer des infrastructures à coup de milliard mais il faut une bonne maintenance apres, des agents bien formés pour l’utilisation. Et surtout que ceux qui les ont installer au besoin puisse l’utiliser et leur proche aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 19:07, par Gongoni En réponse à : Centre de radiothérapie de Bogodogo : Une infrastructure de référence pour traiter sur place plusieurs cas de cancers

    Il se susurre beaucoup de rumeurs autour de cette réalisation quant à son statut . Certaines rumeurs dans les milieux de la santé font circuler que cette infrastructure a été réalisée pour le compte d’une certaine association d’une grande dame qui l’exploitera donc pour son compte mais implantée au sein d’un hôpital public qu’est le CHU BOGODOGO .
    Il serait donc souhaitable que le gouvernement à travers le nouveau ministre de la Santé que l’on sait un homme franc et direct puisse dire clairement quel est le statut réel de ce centre et les modalités financières d’accès pour couper court à d’éventuelles rumeurs malveillantes ou fondées . On a vu le cas de la clinique SUKA ici. On espère que ce ne sera pas le même genre .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Ramadan : La commission lune se réunira ce lundi 12 avril 2021
Jeûne musulman/Burkina : Ramadan market, une opportunité pour faire ses provisions à moindre coût
Agriculture : Un projet d’aménagement de la plaine de la Léraba pour améliorer la sécurité alimentaire dans les Cascades
Enfants en situation de rue : Une exposition-photo pour dire qu’une autre vie est possible
Lutte contre le cancer : Le Burkina Faso inaugure son premier centre de radiothérapie
Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba
Burkina : La commission épiscopale « Justice et paix » organise un forum national sur la problématique du foncier
Féminisme au Burkina : « Nous ne voulons pas d’un courant qui cautionne le fait que des femmes transforment leur physionomie pour devenir des hommes », clame Dr Nestorine Sangaré
Prévention et gestion des conflits : L’association IQRA outille les responsables de ses cadres de dialogue
Evénement : Un panel pour un soutien aux initiatives et pour un ajustement des stratégies et des pratiques éducatives parentales
Burkina Faso : Un colloque sur la vie et l’œuvre du Cardinal Paul Zoungrana
Utilisation du gaz butane dans les taxis : « L’essence est plus dangereuse que le gaz », se défend le président des jeunes taximen du Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés