Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un homme doit être assez grand pour admettre ses erreurs, assez intelligent pour apprendre de celles-ci et assez fort pour les corriger.» John C. Maxwell

Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 6 avril 2021 à 23h35min
Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

Ouvert officiellement à la circulation, le jeudi 15 novembre 2018, l’échangeur du Nord attirait de nombreux curieux pour faire des selfies ou juste pour faire la causette entre amis ou amoureux et admirer les routes serpentées et les lampadaires. Des artistes y ont même réalisé et continuent de réaliser leurs clips vidéos. Je faisais partie de ces personnes qui avaient refusé d’emprunter cet échangeur, les six mois après son inauguration, de peur de tomber sur des fissures sous un pont. Dieu merci, il n’y a rien eu de tout ça.

Je dois cependant vous avouer une chose. Mon cœur saigne. Il saigne quand je vois l’état dans lequel l’échangeur du Nord se trouve aujourd’hui. Et la question qui hante mon esprit quand j’y pense est « Où est donc passé notre PATRIOTISME, notre amour pour la préservation des biens publics ? ».

Le bitume est mal entretenu par endroits. Du sable, des herbes, des déchets plastiques aux abords des routes. Le pavé est décapé par des inconscients. Les fleurs et arbres plantés au moment de l’inauguration du joyau sont dans un piteux état. Les grilles de protection sont défoncées lors des accidents ou par des gens peu recommandables.

Grille détruite par ci et déchets plastiques aux abords de la chaussée

Ouaga, sale et désordonnée

Pire ! Les automobilistes ne se gênent pas de jeter par-dessus bord mouchoirs et sachets d’eau. D’ailleurs c’est comme sur toutes les routes de la capitale. La voie publique n’est pourtant pas une poubelle. Qu’est-ce que cela peut bien coûter de laisser ses sachets d’eau et mouchoirs dans son véhicule, et de les jeter dans une poubelle, une fois à destination ? Rien.

Le comble est que si jamais tu interpelles l’incivique, il te traite de tous les noms d’oiseau. Et dire que plus rien ne devait être comme avant. C’est Simon Compaoré qui avait raison lorsqu’il disait que « tout le monde n’est pas fait pour vivre en ville ».

Autrefois verdoyant ce rond-point situé sur la l’axe Tanghin - Tampouy n’est plus que l’ombre de lui même

Difficile de trouver une avenue digne de ce nom à faire visiter à un étranger de passage dans la capitale burkinabè. L’ex-Boulevard France-Afrique (aujourd’hui Boulevard de l’insurrection populaire) qui était si belle, il y a une dizaine d’années, est aujourd’hui méconnaissable avec des installations anarchiques, des kiosques qui dégradent même la beauté du Boulevard. Après tout l’on dira encore que chacun cherche sa pitance.

Comment les pays voisins font-ils pour avoir de si belles avenues, des espaces verts aménagés ? Je crois que tout est dans l’auto-discipline de leur peuple. Ici au Burkina Faso, les étalages et points de commerce poussent comme des champignons, juste après l’inauguration des voies.

Bordure pavée détruite. Mais, certains en profitent pour dérober les pavés

Un échangeur qui perd de sa beauté

Bref ! Revenons à notre échangeur du Nord. Il est dans un état lamentable. Des Burkinabè ont trouvé un moyen de s’enrichir en arrachant les grilles de protection des arbres plantés, pour donner fière allure à l’échangeur. Ici aussi, on me dira qu’il n’y a pas à manger et que c’est dur. Pourtant des gens ont vu ces personnes arracher ses grilles sans les dénoncer.

Les gens empruntent allègrement le sens interdit au vu et au su de tout le monde. On attend qu’un drame se produise avant que les riverains ne s’en prennent à l’automobiliste. A Ouagadougou, difficile d’avoir raison face à la foule quand on possède un véhicule impliqué dans un accident.

Ce motocycliste prend un raccourci en passant sur le terre-plein plutôt que de passer au niveau du rond-point

Un autre fait assez grave, ce sont les pavés qui sont démolies par des personnes. En venant du rond-point de la jeunesse (ex-rond-point de Tampouy) comme si l’on remontait en ville, il y a une petite bretelle à droite. Les pavés y ont été simplement enlevés. A quelle fin ? Je ne saurai vous le dire. Mais une chose est sûre, si rien n’est fait, toute cette bretelle sera complètement détruite.

Enfin, je n’étais pas au bout de mes surprises lorsque j’ai emprunté l’échangeur à partir de sa bretelle qui mène à Nonsin. Des riverains ont trouvé une facilité de prendre un raccourci en traversant la chaussée car ne voulant pas aller jusqu’à l’intersection.

Grille de protection détruite du fait des accidents de la circulation et cela profite aux usagers

Un accident mortel évité de justesse

Au niveau du marché de Baskuy, en allant vers Kologh-Naaba, des riverains chevauchent le terre-plein au vu et au su des passagers. Rien que le 25 mars dernier, un accident mortel a été évité de justesse. En voulant escalader le terre-plein central, un garçon a perdu l’équilibre et s’est écroulé sur le bitume juste devant un véhicule. L’enfant n’a fait que mimer ce que font les adultes sur cette route. Si une fois quelqu’un avait eu le courage de dire à ses personnes que cela est mal, je pense que les choses allaient changer.

Nous pouvons tous nous y mettre en faisant quelque chose. Chacun à sa façon. Afin que les choses bougent favorablement dans notre pays. Le silence n’a jamais changé les choses.

CANO

Vos commentaires

  • Le 6 avril à 22:01, par Kouka En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Tu perds ton temps frère. Observe et taies toi comme les autres. Rien de bon ne peut encore se réaliser dans ce pays. L’incivisme et la mal gouvernance sont devenus notre devise

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 22:16, par alex En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Dommage ! A quand la prise de soin du bien commun ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 22:24, par Yirmegna En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Belle article ! Je pleure et pleure pour mon beau pays ! Des prêts et on est même pas à mesure d’entretenir le peu qu’on a. Pourtant c’était simple, on créé une société qui devrait générer des bénéfices et en charge de cet édifice. Pour le passage de certains types de Véhicules ont imposent des taxes. Le passagers qui endommagent on impose des taxes de réparation.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 22:26, par jeunedame seret En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Vraiment déplorable. Et ça s’arrête toujours là. Car l’incivisme est un chef d’oeuvre au Faso. Sauf qu’il ne sert à rien de le regretter quand on n’a pas le courage du bon châtiment à temps. Et nous tous qui n’empêchons ce crime moral , nous passons alors notre temps à le favoriser. L’impunité, notre identité.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 22:28, par oh que non ! En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Les responsables de tout le désordre dans ce pays sont à rechercher parmi les membres de l’élite dirigeante !!!

    1. Ils ne respectent pas la loi ! Quand eux-mêmes ou un de leurs proches est fautif, il n’y a jamais de sanction. C’est donc une attitude de défiance qui poussent les autres Burkinabè, auparavant si respectueux, à se comporter comme s’il n’y avait plus rien à respecter dans ce pays. C’est l’expression d’une révolte, non encore structurée. Et on gagnerait à vite se ressaisir avant d’en perdre totalement le contrôle.

    2. Quand les membres de cette élite reçoivent ou quand ils veulent juste se déplacer ou se promener, on ferme la voie qu’ils vont emprunter ainsi que toutes les voies parallèles et/ou perpendiculaires. On crée ainsi un désordre monstre, plusieurs heures avant même leur passage ou celui de leurs hôtes (qui assez souvent ne sont que du menu fretin d’organismes régionaux ou internationaux). Le cortège est parfois juste constitué de deux voitures qu’encadrent deux motards. Mais toute la ville est mise sens dessus-dessous. Vous pouvez quitter Dassasgho en direction de la Patte-d’oie et vous retrouver à Kilwin.

    .
    .
    3. En fermant les voies, les FDS redirigent les usagers normaux vers les passages interdits. Ce qui petit à petit devient une norme. Le jour où il y a un léger embouteillage, les parties supposées interdites ne le sont plus. L’exemple type de ce phénomène, c’est l’avenue Naaba Wobgo. Dès qu’il y a un bouchon, les 4x4 et autres véhicules à 4 roues empruntent allègrement la voie réservée aux (moto-)cyclistes. Pourquoi ? Parce que c’est ce qu’on leur fait faire quand on barre la voie principale pour que d’illustres- parfois inconnus- personnages puissent bénéficier de sirènes et de toute la chaussée.

    Tant que ceux qui ont une parcelle de pouvoir ne vont pas donner l’exemple, il n’y aura plus de civisme dans ce pays, parce que les autres Burkinabè vont s’attribuer le pouvoir de faire la même chose que l’autorité incivique. Et quand je parle d’exemple, je ne fais pas référence à des actions populistes, calculées ou intéressées. Il devra s’agir d’actes francs, honnêtes et assumés.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 23:04, par LALAMPE ELIE PARE En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Je n’ai que mes yeux pour pleurer ! ma fierté pour cette route vient de tomber après avoir lu le cri de mon frère. Quant on fait un tel bien public, L’État doit prévoir des mesures sans faille pour son maintient. Dans un pays où les lois sont respectées par tout le monde, en commençant par les Autorités elles mêmes, les autres sont obligés de faire de même. Tout cela dérive de l’impunité. frappons fort quelque soit la faute, vous verrez que rien ne sera comme avant.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 05:57, par Tierkou En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Donc tu n’as pas eu le courage de dénoncer l’inaction de l’autorité municipale ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 06:58, par El Pistolero En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Très déplorable pour notre pays. C’est l’image d’un pays sans vision, sans lendemain. N’accusez surtout pas les citoyens, ils sont à l’image de leurs dirigeants. Qu’est-ce qui préoccupent nos dirigeants ? Ce sont leurs poches, leurs comptes banques.
    Avec cette même classe politique vieillissante sans aucune vision de développement économique, sociale, morale et j’en passe , notre pays n’a aucun avenir et nous nous dirigeons inexorablement vers le gouffre. Et c’est un chemin sans retour.
    La morale agonise au pays des hommes intègres et nous avons atteint le point culminant.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 07:21, par Quelqu’un En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    C’est interpellateur. Mais je te jure que rien ne pourra arrêter cette dégradation à cause de notre insouciance. C’est quel joyau le Faso a pu préserver ? Même les lieux de cultes sont vendus et lotis.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 07:30, par Tagrou En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Et si notre capitale, jadis reconnue comme l’une des villes les plus propres d’Afrique, était aujourd’hui à l’image de son maire ainsi que du Conseil municipal ?
    On regarde et on laisse faire. Comme si c’est normal ainsi.
    Bonnes gens, pensez-vous vraiment qu’il y a un bourgmestre à Ouaga ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 08:19, par Pathe Diallo En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    L’incivisme et le désordre sont les conséquences de l’impunité érigée en règle de gouvernance au Faso. Il y a des lois, des sanctions prévues mais chaque fois que des gens commettent des fautes, tant que ça ne touche pas le pouvoir d’Etat, au lieu d’appliquer les lois et sanctionner les fautifs, on parle de négocier sensibiliser faire prendre conscience, on n’oublie les lois. Cette pratique ne fonctionne pas et on l’a vu. Il faut la carotte et le bâton ! sensibiliser mais imposer le respect de la loi a tout le monde sans exception !

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 08:21, par KABORE En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Belle article,belle analyse,
    Le silence n’a jamais changé les choses.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 08:35, par Jonassan En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    L’autre jour j’empruntais la voie qui mène du GAB Ecobank de Pissy (en venant de Bobo sur la RN1 - Bobo-Ouaga) jusqu’au rond-point de Ouaga 2000 (mosquée Kanazoe) en passant par le château d’eau de Pissy.
    En observant le bitume qui se dégrade par les côtés (la terre qui s’en va, les étalages...) nous (automobilistes et motocyclistes) avions des difficultés à circuler, ce qui reste de route étant très très restreint. Je me suis dit que l’Etat (le ministère ou la mairie) est très riche à avoir tant investi et à laisser se détruire ce bitume pour le reprendre à des coûts exorbitants. J’ai pensé que peut-être l’entrepreneur a fait un deal avec le contrôleur pour accepter un tel ouvrage tellement le reste qui fait office de route est parsemé de nids de poule. J’ai pensé aussi que l’Etat n’a peut-être pas les moyens et ai été jusqu’à imaginer que si on prenait 1000 FCFA par moto, on pourrait palier cette insuffisance économiquement mortifère. J’ai aussi pensé que l’Etat se sucrait suffisamment sur les taxes sur le carburant pour éviter une taxe difficile à mettre en oeuvre parce que quasi incontrôlable. En toit cas, je me suis posé trop de questions...

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 08:58, par Bala Wenceslas SANOU En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    De l’incivilité de nos consciences à l’incivisme de nos rues

    Il est important de nous interpeller sur nos comportements quotidiens dans nos milieux de vie. En plus et au-delà des pratiques d’incivisme relevées, le contenu de cet article fait saigner mon cœur aussi et surtout du fait d’un "mépris de privilégiés" citadins à l’égard de nos concitoyens des villages. Nous devons veiller à vraiment entretenir nos villes propres ; il en est de même de nos villages. Quand on dit que tout le monde n’est pas appelé à vivre en ville, nous a-t-on dit où les autres devraient-ils vivre ? Derrière cette assertion se cache ce que je qualifie de mépris de privilégiés citadins.
    Il est indispensable de commencer par nettoyer les rues de nos consciences citoyennes, et de les éclairer par des lampes de respect citoyen à l’égard des populations rurales vivant dans les villages. C’est au prix du respect de tous et chacun dans son milieu d’existence que nous refonderons une citoyenneté inclusive, porteuse de développement durable où nous sommes tous et chacun/chacune appelés à participer.
    Gardons Ouagadougou propre, gardons toutes nos autres villes et tous nos villages propres.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 09:19, par Made En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Bien dit Kouka, expliquez pourquoi des gens sont capables d’aller construire en parpaings sur un domaine publique (je parle de la place du stade de Bobo) et ensuite demander la clémence de l’Etat ? Ces gens ne sont-ils pas encore plus voyous que les usagers de la route dont vous parler. Dans ce pays regarder et passer, vous ne pouvez pas changer ça. Des députés, ministres et autres autorités voient ça mais ils passent...., parce c’est leurs ristournes qui les préoccupent. Alors passons , passez....

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 09:29, par Passakziri En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Vraiment domage pour une ville qui était propre il y#a seulement 15-20 ans Avec les jardins initiés par le maire d’alors Simon Compaoré. Quand c’est bon c’est bon .
    Vraiment Ouaga la sale est une honte pour le Burkina, même si le reste du pays devient de plus en plus sale et laid aussi Avec la prolifération vertigineuse des sachets plastiques accentuée selon moi par l’arrivée des soit disant "eaux minerales en sachet", Quand tu parles on te dira que des gens vivent de ca, tout en oubliant que ca empêchera d’autres de vivre dans un Futur pas très lointain, quand les sachets plastiques nous émpêcheront de travailler dans nos chants.
    Certes les Citoyens - disons plutôt les habitants puisque des Citoyens ne ne comportent pas comme ca_sont très inciviques , mais l’autorité habilité ne joue aucunement son rôle. A ma connaissance il y’a une loi interdisant les sachets plastiques , mais où est son application ? Sanctionnez tout commercant qui enfreint à la reglementation et ca servira de lecon. Imposez une taxe conséquente sur tout sachet plastique et ca contraindra à les éviter. Bref, les solutions sont simples , mais nos politiques ont peur de dire la vérité aux populations.
    Quant à ceux qui détruisent les Oeuvres les sanctions devraient être des plus exemplaires.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 09:39, par ollo En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Un adage dit qu’on ne réinvente pas la roue. Le Burkina veut réinventer la roue en abandonnant la rigueur de la loi pour se réfugier derrière la « sensibilisation ». Du reste, depuis qu’on parle de sensibilisation, quels résultats a-t-on atteints ? La sensibilisation est bonne si elle est définie dans un temps et dans un espace donné, sinon elle devient un laxisme déguisé. Le laxisme est la ruine des nations.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 10:48, par ali baba En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    merci M le journaliste de nous dépeindre cette honteuse situation. A quoi servent les élus locaux, on dépense des milliards afin de soulager l’état central qui ne peut tout faire, résultat, les élus locaux ont d’autres choses a faire. Combien coûte un échangeur et on le laisse se dégrader aussi vite au vu et au su de tous !
    Ayez pitié du peuple qui compte sur vous pour son bien être présent et futur. Si vous n’êtes pas capables, quittez vos postes et plus courageux viendront gérer les choses.

    MERCI encore le journaliste

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 10:58, par Thién En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Tout ceci est vrai !
    Mais quand des gens ne peuvent même pas entretenir les six-mètres des quartiers où ils vivent au quotidien, il ne faut rien attendre d’eux sur des voies où ils passent seulement quelques fois !
    Le burkinabè cumule toutes les tares...indiscipline, saleté, incivisme,manque de savoir vivre...!
    Vouloir sensibiliser les gens en circulation peut vous amener à la mort car les gens sont devenus intolérables et violents dans ce pays !
    Tout cela est dû à la "pourriture" au sommet de l’Etat donc de nos dirigeants car le poisson pourrit toujours par la tête !

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 11:20, par HAAYA En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Ouaga avec tous ses maires d’arrondissement et le maire centrale. totalement invisibles en terme d’action. est ce à l’Etat centrale de s’occuper de l’embellissement de la ville ? déjà qu’il fait les goudrons les échangeurs et autres pour vous occupez vous cas même de l’entretien et de l’embellissement. Est ce que au temps de Simon Ouaga c’était ainsi ? si Ouaga DEPASSE BEOUINDE QU’IL LIBERE LE PLANCHE

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 11:50, par Beouco En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Quelques maux du Burkina
    1.Insecurite generale consecutive du terrorisme depuis Avril 2015.5% de la population burkinabe est deplacee.
    l etat a deserte des zones (absence de services sociaux de base)
    2.insecurite urbaine : braquages en vile,
    3.incivisme national :en circulation,surtout
    4.frauds financiers :charbon fin, Maire beouinde,
    5. affaire fespaco, affaire CHU yalgado, affaire liberation de terroristes contre accalmie, affaire infrastructure du 11 Decembre, piste airport de Ouagadougou
    6.injustice : dossier insurrection, dossier Zida
    7. libre a vous de completer
    hakuna matata

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 12:01, par Floda En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Et que dire des gens qui crachent et se mouchent sur la voie publique sans même prendre garde à ceux qui les suivent.C’est dommage qu’on ne puisse pas entretenir des ouvrages construit à coup de milliards

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 12:19, par Tokouma En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Sinistre constat entre autres.
    - Mais pour quelle raisons dépensons nous tant d’argent et tant d’énergie pour mettre en place les conseils municipaux ?

    - Quel est le rôle d’un conseiller municipal ?

    - Pourquoi les conseillers municipaux sont ci nombreux par arrondissement ou par commune et si INACTIFS ?

    - Avant d’être candidat, le conseiller municipal a t-il vraiment eu connaissance de ses devoirs ?

    - Peut-on me dire quelle est la lettre de mission des Maires d’arrondissement ?

    - Les cessions de ces élus qui font très souvent TROP de bruit, surtout quand il y a un enjeu politique ou pécuniaire, quel est souvent leur ordre du jour ?
    Bien sûr mis à part les problèmes de parcelles.

    Il y a certes tant et tant de questions qu’on pourrait continuer de se poser, peut-être INUTILEMENT. Mais on peut se permettre quand même une dernière :
    EST-IL VRAIMENT NECESSAIRE DE CONTINUER A GASPILLER TANT DE MOYENS POUR ÉLIRE DES GENS QUI NE VIENNENT QUE POUR S’ENRICHIR ???

    Pour ma part je pense que NON.

    Il faut :
    1. Diminuer leurs nombres par arrondissement.
    2. Les élire au suffrage Direct et nominatif (comme au temps des CDR).
    3. Les payer comme les députés.
    4. Les soumettre à la sanction POPULAIRE en cas de manquement à leur mission.
    5. Prévoir leur destitution avant terme en cas d’insuffisance criarde de résultats partiels.
    6. Envisager une organisation digne de ce nom qui permet de suivre leurs actions (exemple des SAMARIA au NIGER au temps du Général Séni KOUNTCHE et des "CDR" au GHANA au temps du Capitaine J. J. RAOLING).

    je pense que ce sera un PREMIER pas vers l’éradication de l’incivisme au BURKINA.

    Mais surtout, NE COMPTEZ PAS SUR NOS HOMMES POLITIQUES ACTUELS......
    COMPTEZ PLUTÔT SUR LA CLAIRE VOYANCE DE CERTAINS LEARDEURS qui ont la volonté de construire le pays plutôt que de s’enrichir.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 14:01, par Achille En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Veillez d’abord m’excuser car mon français est tres limiter. En lisant votre article je suis d’accord avec vous mais pas sur tous les points. Par exemple cet motocycliste qui prend un raccourci en passant sur le terre plein ou est la police en ce moment chaque matin j’enpreinte l’echangeure du Nord pour aller au travail et j’ai toujours vu des cas plus grave que ça. Pourquoi ne pas placer il se reste qu’un policier a chaque point de l’echangeure. C’est a nos a dirigeants de faire changer la mentalité de gens sinon rien ne changera

    Répondre à ce message

    • Le 7 avril à 14:56, par Ka En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

      Oui Achille je confirme : Je suis du quartier et mon cœur saigne en voyant cet ouvrage qui reste notre fierté, se dégrader de jour en jour sans que les responsables de la commune de Ouagadougou ne lèvent le doigt. Beaucoup qui donnent des commentaires sur cette analyse ne sont pas dans le pays et ne voient pas ce qui se passe réellement. Nous sommes, et nous voyons ce qui se passe dans le Ouaga profond. Quand la police sorte, c’est pour arnaquer les passager pour 1000 ou 2000 francs pour un phare de moto non allumé, mais ne contrôle pas les microbes qui dégradent les infrastructures et roulent n’importe comment. Et je dis que ce qui arrive est de l’entière responsabilité de la commune d’Ouagadougou et de sa police municipale qui voit de la corruption au lieu de veiller pour que ce qui a été construit demeure.

      Les Blancs parlent toujours de notre lâcheté : Quelle est la cause ? Pourquoi malgré toutes les richesses....non transformées, malgré une population jeune, malgré ceci et cela, nous sommes loin d’être capable de "survivre ?" C’est par ce que nous construisons, et ensuite nous détruisons pour après tendre la main aux blancs qui savent construire et entretenir comme les ponts et la Tour Effel a paris construits depuis des décennies et entretenus. Oui Achille, nous sommes comme "maudits" par la contrainte des responsables corrompus, n’ayant pas la conscience de la responsabilité de veiller ce qu’on n’a déjà construit, ou du bien-être des populations. La police municipale sorte que la nuit pour corrompre, pour que ça soit ni vu, ni entendu, le reste chacun fait ce qu’il veut.

      Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 14:32, par Regard En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Il serait bon de mettre un comité ou une équipe spécialisée et permanent pour l’entretien de ces genres d’infrastructures et c’est ce qui manque au Burkina Faso.
    Faire un tour sur les digues des barrages nr 2 et 3 et vous verrez comment les arbres et arbustes ont poussés avec pour conséquence la fragilisation des digues.
    C’est dommage et déplorable !!!!!!!!!
    Mais vivement que ces genres de reportages se multiplient. Félicitation au reporteur et à l’initiateur (CANO).

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 15:59, par Raso En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Comme là recemment dit le ministre Dabilgou, nous n’avons pas la culture de la maintenance. Si ces pavés ne sont pas rapidement reparés, tout le bloc sera parti à la saison des pluies, puis ça sera le tour du remblais. Cet échangeur a couté 70milliards qu’on va payer pour plusieurs décenies. Même pas 3 ans et c’est déjà dégradé à ce point. Ca fait mal à voir.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 17:15, par ssr@yahoo.fr En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    bonjour chers frères. vous cherchez trop loin la solution de ce désordre. c’est de trouver un bon Maire pour la ville de Ouagadougou. VOUS N’AVEZ PAS DE MAIRE DANS CETTE BELLE VILLE que était Ouagadougou. il y avait un certain SIMON COMPAORE qui mettait de l’ordre et les gens ne l’aimaient pas. En ce moment tout était beau. vous allez voir ce n’est que le début du commencement.
    merci !!

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 18:13, par Alexio En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Pourquoi cet incivisme a caractere ouvert ? Une defaillance d un esociete en perte de vitesse ? Pourquoi cette indifferance du Maire dela ville de Ouagadougou. Ce qui est alarmant pour la generation d aujourdhui, c est som manque du civisme. Apres tout, ils sont munis de tous les moyens tehniques et visuels pour se mettre a jour pour gerer comportement quotidien. Bref ! Le constant est elucide. C est une defaillance technique de l ouvrage et la competance d ingenerie du site. En ce temps moderne avec tous les components arequis pour effectuer un chef d oeuvre de cet acabit. L entreprise qui aeffectuer ses travaux doit etre poursuivi.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 18:57, par Airnsth Kouassi En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Je viens à la lecture de cette pathétique observation pleurer avec toi et te dire "Yako" parce que ton coeur saigne comme le mien de savoir que l’incivisme a pour origine l’Afrique noire. Je ne sais pas à quelle école irons nous pour notre propre bonheur. Yako Frère 👹

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 19:43, par Decimal En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    A ceux qui disent que c’est une perte de temps d’ en parler sont des irresponsables, vous etez les tard de la sociate Burkinabe. j’ imagine que vous ne pouviez meme pas condaner un movais act. le maque de bon sens nous tue

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 20:47, par noaga En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Le bas de la passerelle qui permet de traverser la rue à Kologh Naba est occupé par un dépôt de voitures pourries qui obstruent même la voie. La municipalité n’en pipe mot. Ce désordre est encouragé par ces maires et ses conseillers qui ne font rien pour mettre de l’ordre.
    Ces gens là ne méritent plus qu’on les voient à la tête des municipalités. Soyons vigilants pour les prochaines élections.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 21:02, par Ka En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Si je dis que mon cœur saigne, c’est que la population du Nord de la capitale y compris Ka, ont lutté pour que cet échangeur considéré comme un bijou de la sous-région sois une réalité. Je me suis battu contre des internautes qui voulaient donner sa paternité a un individué : Dont Lefaso.net m’a classé parmi les internautes de talent de leur site avec un titre d’analyse ‘’’’’Nos internautes ont du talent : Polémique sur la paternité de l’échangeur du nord.’’’’’ Que beaucoup peuvent relire cette analyse. En voyant ce qui se passe, je confirme qu’il nous faudra un maire a la trempe de Simon Compaoré d’une autre époque ou il se levait tous les jours à 4 heure du matin pour surveiller les balayeuses mais aussi la police municipale, aujourd’hui devenu un tranquillos. Ce qu’il y a je demande aux autorités de prendre des mesures drastiques contre ceux qui commettent ces actes, et surtout ne pas leur chercher des excuses pour les prendre dans le sens du poil. Ce sont des délinquants et méritent simplement la prison. Si la police en avait la volonté et faisait vraiment son travail, elle pouvait surprendre les fauteurs en flagrant délit et les neutraliser. Surtout ils viennent la nuit venu faire de la vitesse autour de l’échangeur.

    Répondre à ce message

    • Le 8 avril à 06:34, par caca En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

      Vieux Ka, quand on brûle une Assemble Nationale et des maisons pour arriver au pouvoir, on lègue l’incivisme à la jeunesse. Vieux Ka, on sait tous que l’échangeur du Nord revient de plein droit à l’œuvre du grand bâtisseur du Faso le président Blaise Compaoré que Dieu continue de bénir.

      Répondre à ce message

      • Le 9 avril à 11:00, par Ka En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

        Ici je voudrai particulièrement dire à un internaute, que de fois, la fermer a une "valeur théurgique.’’ La provocation conduise a la destruction totale. Surtout, tant que les pros Blaise Compaoré n’auront pas compris qu’ils doivent faire profil bas surtout avec ce qui se passe actuellement pour que leur mentor payent ses actes et avoir son honneur au prés de son peuple, toutes leurs gesticulations sont parfaitement contre- productives pour qu’il trouve quoi que ça soit chez des personnes normales. S’appeler ’’bâtisseur’’ d’une nation, c’est d’être entouré des bons conseillers, des bons architectes et aussi savoir attirer les bons investisseurs (banques et autres) avec des bons projets. Houphouët Boigny le père de l‘indépendance de la Cote d’Ivoire disait a qui veut l’attendre qu’il n’est pas un bâtisseur, mais c’est le peuple Ivoirien qui l’est. Il a su avec des Architectes, proposé à la France des bons projets pour ses ponts, la Suisse et d’autres pays pour ses routes et les exploitation du bois au départ, c’est pourquoi, tous les ponts à Abidjan ont un nom d’un président Français. Même les renommés architectes CORBUSIER - Architecte français d’origine suisse, ou Gustave Eiffel, ne se disaient pas des ’’bâtisseurs,’’ car, ils avaient les idées et aussi des conseillers et des investisseurs.

        Si au Burkina un introverti n’avait pas eu des conseillers pour arrêter sa folie, aucun investisseur ne sera d’accord pour un lac artificiel de deux à trois kilomètres avec des plages autour de Ouaga 2000 pour que ce coin soit la riviera Ouagalais comme celle d’Abidjan ! Car, le Burkina fait partie des pays les plus pauvres au monde, et 98% de sa population n’a pas un bon repas par jour. En éliminant ces projets, nous avons des échangeurs qui n’ont pas pour nom ‘’’’Macron, Hollande, Blaise Compaoré, surtout un nouveau aéroport, qui étaient des bons projets pour le peuple et non pour un seul bâtisseur qui pensait a son confort. Alors les vrais bâtisseurs ne le crient pas sur les toits, car, pour bâtir, il faut des moyens et des bons conseillers, et surtout son peuple. De nos jours, ou est-ce bâtisseur ? Il se la coule avec l’argent soutiré a des peuples par les ventes d’armes pour tuer, et non pour bâtir.

        Répondre à ce message

    • Le 8 avril à 15:16, par Lepeul En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

      @ka, tout d’abord je tenais à vous dire que j’ai beaucoup de respect pour vous , vos écrits sont très très instructifs, on apprend beaucoup, notamment sur l’histoire politique du Burkina.
      Mais je crois que vous m’avez trop compris concernant mon poste "Il y’ a des ministres qui ont des fortunes (MR Barry) vous croyez qu’ils crachent sur leur salaire ?"
      Je veux dire par là, ils sont riches (richesse gagnée légitiment sans doute), donc ils devraient renoncer à leur salaires, car ils ne sont pas dans le besoins.
      Vous voyez qu’ils reçoivent leur salaires de ministre, ce qui est normal car c’est leur droit.
      je voulais juste extrapoler ça au cas des étudiants avec l’histoire des ordinateurs.
      Pour mon adresse IP ne vous inquiétez pas pour moi.
      Bonne journée

      Répondre à ce message

      • Le 8 avril à 21:02, par Ka En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

        Lepeul : Comme je t’ai déjà répondu sur l’autre analyse, ‘’quand un responsable ou ministre prenne racine dans un poste, sa seule difficulté à suivre se caractérise par l’absence de culture de gestion, et cela le conduit à se prendre pour dieu sur terre, c’est-à-dire de nommer parents et amis autour de soi pour mieux piller le maximum dans l’impunité.

        On peut aussi dire que nos présidents quand ils arrivent au pouvoir, oublient de nommer les hommes qu’il faut à la place qu’il faut et au moment qu’il faut. C’est pourquoi la plupart des ministres, certains ne sont pas ou n’étaient pas des militants politiques engagées, mais des cadres universitaires recrutés pour occuper des responsabilités dans les instances du parti au pouvoir et deviennent un jour au lendemain un ministre d’état avec un pouvoir absolu : Et pour moi, ces personnes durant leur pouvoir, oublient que le militantisme n’est pas spontané, mais un engagement, surtout qu’il n’existe pas de générations spontanées.

        Lepeul : Ceux qui pillent les biens de l’état derrière le dos des contribuables n’ont jamais autre nom, que de porter fièrement aux yeux de toutes et de tous, le titre de Fraudeurs.

        Et ce qui ne regarde que Ka, pour éviter cette fâcheuse tendance à la négation de la démocratie, il faut instituer des mécanismes indestructibles pour empêcher toute corruption, tout népotisme et toute dérive dynastique durant le "règne" d’un président, et ce, dès le tout début du premier mandat à ne pas renouveler les mandats ministériels a certains pour qu’ils pillent encore plus dans l’impunité. En d’autres termes, le Burkina a besoin d’institutions fortes pour cela.

        Conclusion : Lepeul, ici on n’est hors sujet, mais la réussite de la lutte contre la corruption est uniquement une question de volonté politique. Malheureusement, dans la plupart des cas, on n’assiste qu’à quelques timides gesticulations pour se donner bonne conscience ou améliorer quelque peu son image vis-à-vis de la communauté internationale, ou, pire encore, à une instrumentalisation minutieuse aux fins de neutralisation de l’opposition. Sans rancune et merci de lire.

        Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 22:22, par Lom-Lom En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Je suis sidéré par certains commentaires qui on tient tendance à rejeter la faute aux gouvernants ! C’est honteux ! Qu’est-ce que chacun d’entre nous fait pour bien entretenir les infrastructures publiques ? Faut-il que le gouvernement mette un bataillon d’hommes armés sur chaque infrastructure pour la surveillance 24h/24, 30 jours/30 et 12 mois/12 ?. Je crois que c’est que nous allons dicter à nous mêmes et à nos enfants qui peut constituer la parade sûre à ces problèmes de société. Ce n’est pas une surveillance policière quelconque qui réglera le problème. Reveillons-nous pendant qu’il est encore temps !

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 08:53, par Le baobab En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Yako pour les habitants du nord de la capital de ouaga qui voient leur échangeur partir en lambeau.
    Une autre infrastructure en construction (boulevard échangeur du Nord-Kamboinsé) dont les travaux de reprise du goudron semble être terminés, crée actuellement une situation d’insécurité totale pour la circulation.
    Une telle voie aussi large devrait être munie d’un système de terre plein centrale ou autre moyen permettant de séparer les deux sens de circulation.
    Nous attendons avec impatience une mise en conformité de cette voie pour éviter les accidents de la circulation.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 13:21, par Citoyen En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    C’est dommage ! Si Simon pouvait revenir ! Voyez tout ce bordel dans la ville, dans l’insouciance totale des autorités municipales. Des garages, des ateliers de soudure, des maquis en pleine zones d’habitation. Face à la démission de ces maires centrale et d’arrondissement, il faut que les citoyens eux-mêmes s’organisent. Comme à Paspanga où les jeunes ont fermé Manu militari des maquis nuisibles aux bonnes mœurs (prostitution, drogue, vacarme,, etc.) et des maisons de passe qui travaillent en tandem avec ces sales maquis qui inondent la ville de Ouaga. Ça ne peut pas continuer comme ça !

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 14:25, par Ka En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Qu’ils construisent et détruisent, je persiste et signe : ’’’’’Le Burkina et ses réalisations n’appartiennent pas a aucun individu, mais au peuple Burkinabé. Simplement, prenons soins de ce que nous construisons a la sueur de nos fronts.’’’’’

    ’’’’’A’’’’ relire pour ceux qui ont des mémoires courtes : Nos internautes ont du talent : Polémique sur la paternité de l’échangeur du nord
    Accueil > Actualités > Opinions • • jeudi 8 novembre 2018 à 18h19min.

    Après la publication de l’article « Ouagadougou : L’échangeur du Nord sera inauguré le 15 novembre », plusieurs fasonautes sont intervenus dans le forum pour s’en féliciter, attribuer la paternité de l’ouvrage à tel ou tel dirigeant. L’un de nos plus fidèles forumistes, Ka, appelle les uns et les autres à « cesser dire que tout ce qui se réalise au Burkina est dû à telle personnalité ». « Toutes ces réalisations sont la volonté du peuple burkinabè à travers ses décideurs et non à un seul homme nommé Blaise Compaoré, Zida, ou Roch Kaboré », soutient-il. Nous partageons avec vous l’intégralité de son commentaire.

    A tous les intervenants sur l’annonce de l’inauguration de l’échangeur du Nord de la capitale, sachez qu’un grand projet comme l’infrastructure d’un pays n’est pas né d’un régime ou son représentant comme des ignorants veulent nous faire avaler. Alors cessez de dire que tout ce qui se réalise au Burkina est dû à telle personnalité. Même dans les pays plus développés que le nôtre, les réalisations sont attribués à l’effort du pays qui veut avancer : Je donnerai un seul exemple, ’’’la France ou le métro parisien, ou le périphérique étaient des projets imaginés dans les années 1800 et réalisés en 1900.

    ’’’ En tant que conseiller technique qui a connu des suggestions des projets par des techniciens de développement qui dormaient dans les tiroirs et repris petits a petits par des régimes arrivant dans notre pays, de Maurice Yaméogo à Roch Kaboré, je demande aux internautes bornés d’arrêter de berner le monde. Disons seulement que ce qui se développe de nos jours est l’effort du peuple Burkinabè et ses décideurs.

    Des projets du régime S. Lamizana ont été repris par S. Zerbo, J.B Ouédraogo et révisés par le CNR de l’idéologue Thomas Sankara. Que ça soit le nouvel aéroport, le Périphérique dont la pierre a été posée par Roch Kaboré et le président Libérien, les échangeurs, des ingénieurs et techniciens de développement burkinabè et assistés par des coopérants ont travaillé sur ces projets pendant la révolution et qui dormaient dans des tiroirs.

    Beaucoup de ces projets ont été repris par le front populaire et améliorés par l’équipe du CDP dont je faisais partie, avec le programme des 6 engagements promis pour les élections présidentiels de 1998.

    Toutes les réalisations que nous voyons depuis 1998 ont été faits avec une bonne équipe composée de Simon Compaoré, Roch Kaboré, Salif Diallo, Bognessan Arsène YE, Pierre Tapsoba, Naboho Kanidoua, et autres, plus nous les conseillers techniques au développement autour d’un représentant de Blaise Compaoré appelé ’’une équipe de bâtisseurs’’. Des projets d’autres régimes et surtout de la de la révolution qui moisissaient dans les tiroirs ont été repris par chaque équipe arrivant au pouvoir.

    Je me rappelle que le projet d’Ouaga 2000, un projet qui tenait beaucoup au représentant Blaise Compaoré, nous a donné nous les conseillers techniques au développement des insomnies, mais voilà un Ouaga 2000 réalisé, comme ces échangeurs, et le périphérique de la capitale en gestation.

    Toutes ces réalisations sont la volonté du peuple burkinabè à travers ses décideurs et non à un seul homme nommé Blaise Compaoré, Zida, ou Roch Kaboré. Ces réalisations viennent de vous et moi et de nos décideurs depuis notre indépendance.
    Dénoncer les choses qui ne vont pas n’est ni une offense ni une atteinte à la sécurité nationale. Bien au contraire, c’est une aide vers la perfection. Ni Blaise Compaoré, ni Zida, ni Roch Kaboré n’a travaillé plus que les techniciens et le peuple burkinabè pour cette réalisation. Alors Bravo au Burkina et son peuple pour ce qui se réalise.
    Ka

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 19:05, par Vérité Indiscutable En réponse à : Burkina : De l’incivisme à outrance dans nos rues et sur l’échangeur du Nord

    Tels responsables, tel pays.
    Tel maire, telle ville.

    On ne peut pas construire un pays avec de l’à-peu-près. Tampis pour ceux qui pleurent. Même la relève n’augure aucun changement. Donc nous pleurerons encore abondamment.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Ramadan : La commission lune se réunira ce lundi 12 avril 2021
Jeûne musulman/Burkina : Ramadan market, une opportunité pour faire ses provisions à moindre coût
Agriculture : Un projet d’aménagement de la plaine de la Léraba pour améliorer la sécurité alimentaire dans les Cascades
Enfants en situation de rue : Une exposition-photo pour dire qu’une autre vie est possible
Lutte contre le cancer : Le Burkina Faso inaugure son premier centre de radiothérapie
Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba
Burkina : La commission épiscopale « Justice et paix » organise un forum national sur la problématique du foncier
Féminisme au Burkina : « Nous ne voulons pas d’un courant qui cautionne le fait que des femmes transforment leur physionomie pour devenir des hommes », clame Dr Nestorine Sangaré
Prévention et gestion des conflits : L’association IQRA outille les responsables de ses cadres de dialogue
Evénement : Un panel pour un soutien aux initiatives et pour un ajustement des stratégies et des pratiques éducatives parentales
Burkina Faso : Un colloque sur la vie et l’œuvre du Cardinal Paul Zoungrana
Utilisation du gaz butane dans les taxis : « L’essence est plus dangereuse que le gaz », se défend le président des jeunes taximen du Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés