Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 5 avril 2021 à 22h06min
Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

En ce jour de commémoration de Pâques, qui symbolise la victoire de la vie sur la mort, je voudrais attirer l’attention des responsables concernés par la situation du journaliste Adama OUEDRAOGO dit DAMISS, d’agir urgemment et avec humanisme et raison pour que le détenu politique qu’il est ne subisse pas le même triste sort qu’a connu son ancienne codétenue, Dame Minata GUELWARE.

Paix à son âme. Celle-ci est décédée le 03 octobre 2020 dans des conditions presque similaires que celles qu’endure Adama OUEDRAOGO DAMISS. Et aucune autopsie n’a été faite.
Nous voudrions rappeler avec fermeté qu’il est universellement reconnu que le premier des droits humains, le plus important de tous est le droit à la santé. Et Adama OUEDRAOGO DAMISS, même condamné, a droit à la vie, surtout s’il doit exécuter la totalité de sa peine.

Les nombreux visiteurs du prisonnier politique Adama OUEDRAOGO DAMISS, incarcéré le 02 septembre 2019 à la MACA immédiatement après le prononcé du verdict du jugement de la tentative de coup d’état du 15 septembre 2015, avant d’être transféré à la MACO le 16 décembre 2019, pour continuer l’exécution de sa peine d’emprisonnement de cinq (5) ans, expriment unanimement des inquiétudes sur son état de santé qui ne cesse de se dégrader actuellement avec l’aggravation de son asthme surtout en cette période de Coronavirus, de chaleur et d’harmattan.
Ce qui favorise, et ne cachons pas, l’apparition d’autres pathologies plus dangereuses, et qui nécessitent d’autres soins précis, spécialisés et appropriés que les conditions normales d’incarcération à la MACO ne pourraient garantir.

Etant dans une situation dans laquelle, le pire peut arriver ici, et maintenant à cette fine plume du journalisme d’investigation dans notre pays, Adama OUEDRAOGO DAMISS, nous voudrions mettre devant leurs responsabilités les autorités concernées par sa demande de liberté provisoire qu’il a introduite de nombreuses fois pour bénéficier des soins adéquats, et attirer leur attention sur l’urgence du dossier. L’accès aux soins de santé est un droit constitutionnel, et Adama OUEDRAOGO Damiss ne doit pas être privé de ce droit.

Nous prenons l’opinion publique nationale et internationale à témoin sur la situation sanitaire alarmante de Adama OUEDRAOGO DAMISS, et appelons tous les démocrates de tous les bords pour exiger des autorités compétentes concernées, qu’il obtienne la liberté provisoire pour pouvoir recevoir sans délai les traitements adéquats.

Son codétenu, le Général Djibrill BASSOLE, a pu être sauvé, agissons ensemble de la même façon pour sauver, le journaliste Adama OUEDRAOGO DAMISS.
Il n’est pas encore trop tard pour sauver DAMISS, mais il est clair que le temps presse parce qu’il se porte mal et voire très mal. Agissons maintenant et sauvons un être humain, avant de considérer son statut actuel de prisonnier politique.

Gardons à l’esprit que ça n’arrive pas qu’aux autres, et que demain c’est déjà aujourd’hui. En ces moments où le Burkina Faso est engagé sur la voie de non-retour de la réconciliation nationale et en ce jour de la fête pascale, plaise à Dieu d’ouvrir les cœurs des Burkinabè à l’amour et à la tolérance.

Ouagadougou, le 04 avril 2021

Vos commentaires

  • Le 5 avril à 22:27, par Bigbale En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    Finalement, j’ai comme l’impression que tous ces agitateurs sont bien contre le pauvre journaliste associé des Généraux qui ont conduit le coup d’Etat. À la place de Mr Damiss, j’allais leur demandé de me laisser tranquille. C’est une très mauvais médiatisation qui contribue à braqué l’opinion publique contre un éventuel élargissement de ce fameux journaliste que je trouve souvent fanfaron et gonflé ! Toutes les vies d’équivalent et c’est la principale leçon que les Burkinabe doivent retenir ! Bon rétablissement au journaliste Damiss.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 23:05, par Nabiiga En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    Je suis entièrement d’accord que ce monsieur reçoive le traitement qu’il lui faut. Pas une seconde de plus ne doit passer sans qu’il ait droit à ses traitements poussés dans un hôpital spécialisé à l’étranger. Problème, c’est seulement un imbécile qui se fait berné deux fois par la même personne pour ne rien se douter. Ce monsieur Damiss partira au pays de son choix pour se faire soigner, le jour où Djibril Bassolé mettra pied à Ouaga, car ce sont les mêmes organisations qui ont organisé des marches de soutient pour sauver, la-encore, la vie de notre Général. Depuis, de l’étranger, Djibril nous a tout proposés sauf l’état de sa santé, et le jour de son retour à la MACA ; souvenez-vous, son point de départ. Il jure être prêt, tout en étant très malade et hospitalisé, à accompagner le gouvernement dans sa quête de réconciliation nationale. Comment est-ce cela possible ? Ainsi, je tranche : le bal est dans la cour de ces mêmes organisations, NAFA, Faso de l’auparavant, et qui sais-je, de tout faire, à commencer par des marches dans les rues de Ouaga et ailleurs, pour réclamer le retour immédiate de Djibril à la MACA afin d’ouvrir en enfin, la voie pour que Damiss parte, sans quoi c’est peine perdue. Il doit se contenter de son traitement offert gratuitement par le contribuable burkinabè. Voilà
    Bande de partisans d’impunité, oui.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 02:46, par ANJ En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    Ce Mr est arrogant et croit qu’il est au dessus de la loi.
    Humanisme oui mais sachons restez humble .

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 06:57, par Nabayouga En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    Arrêtez de nous pomper lair concernant ce monsieur qui a participé a la tentative de coup d’état au cours duquel des burkinabè sont morts. La vie de ce monsieur nest pas mieux que celle des mort. Alors qu’il paye son forfait.
    Vous qui reclamez sa libération êtes les mêmes qui ont soutenu kouassi blaise compaoré dans sa dérive totalitaire avec des assassinats à la pelle. Tous doivent payer même au prix de leur vie.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 08:11, par Gwandba En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    J’ai parcouru cette lettre sans partie pris pour comprendre le fond. J’ai d’abord compati et je compati encore. Que monsieur Adama ou Damiss trouve la force face à la maladie.
    La question est combien sont ils à la MACO avec des maladie beaucoup plus grave que celle de Damiss ? Faut-il libéré une personne reconnue coupable par un tribunal parce qu’elle est politique ou parce qu’elle souffre de crises d’asthmes ??? soignons sérieux. L’évènement qui l’a conduit en prison à occasionné des pertes en vie humaines. Que dites-vous des parents des victimes ?? peut-être que leurs vies ne comptent pas parce qu’ils ne sont journalistes ou politiques.
    Je n’ai rien contre ce monsieur que je ne connais même pas mais, s’il est coupable, qu’il purge sa peine comme tout le monde. Asthmes ou pas.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 08:49, par GUIEL sibiri En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    Moi je ne comprend pas pourquoi Ablassé se prend comme avocat de Damiss ; A ce rythme la il faut libéré tout le monde et c’est tout. Ayez une pensée pour ce qui sont mort a cause de ces messieurs là. Voilà que Le Colonel se coule la douce en France. Et j’espère que ce n’ai pas sur le dos des contribuables Burkinabè

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 08:54, par Sacksida En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    Voyez vous, l’on doit compatir a la situation de ce jeune "Journaliste Politique", mais disons nous la verite. S’il a ete condamne avec les autres coupables cela prouve qu’il est implique dans le complot des putchistes des officiers et militaires felons. Donc, quand l’on est journaliste, il faut faire son boulot et en evitant de se meler de ce qui n’est pas de vos activites et de vos competences. En tout etat de cause, seule la justice apprecie les conditions de sante ou sanitaire des condamnes de ce Coup d’Etat le plus bete et bien sur irreflechi causant des morts et des blesses graves
    Que Dieu aide le Peuple Integre du Burkina Faso. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 12:46, par Ka En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    Aucune maladie n’est acceptable encore moins belle, surtout d’un être très cher, fusse-t-elle, mais Damiss est comme tous les prisonniers malades des prisons du Burkina. Et je demande à Mr. Ablassé Ouédraogo d’arrêter de nous pomper, car, Damiss n’est pas un prisonnier politique, mais un prisonnier de droit commun comme ses camarades a la MACO.

    Avec cette requête familiale, je dis pauvre Burkina !!! Je comprends pourquoi l’Afrique continue à être le continent de toutes les calamités quand le niveau de réflexions de ses politiciens est aussi fade et de base envolée. Un proverbe populaire dit : lorsque tu manges la main du singe tu dois te rappeler de tes propres mains qui pourraient être dévorées par d’autres. Ou encore : qui sème le vent récolte la tempête. Monsieur Ablassé Ouédraogo, vous étiez ministres des affaires étrangères sous Blaise Compaoré, quel hôpital avez-vous construit pour éviter que d’autres aillent se la couler en France dans des cliniques a 5 Etoiles même étant condamnés et repris de justice ?

    Et comme je ne cesse de le répéter dans ce forum, ‘’’’’Combien de fois on va dénoncer les carences de notre système sanitaire au Burkina sans que cela n’émeuve nos dirigeants de toutes les tendances depuis notre "indépendance" ? Et ça continue de plus belle : Regardez les états de nos hôpitaux à Ouagadougou et à Bobo ? Nos soucis de santé, ils n’ont aucune vision à long terme pour trouver des solutions durables. Car avec les moyens qu’ils ont, ils sont à l’abri des besoins pour se soigner correctement avec leurs familles dans les cliniques à 5 étoiles en France. L’argent sale des dancings permet d’autres de sortir avec des gros mots et de la pitié ; Tant dis que la grande majorité du peuple primaire se débrouille dans les hôpitaux sous équipés avec un personnel mal formé, souvent corrompu, inefficace et surtout inconscient de ses responsabilités sur la vie des malheureux patients dans leurs mains. Pour un dignitaire africain, se soigner à l’étranger est également une énorme injustice envers le reste de la nation.’’’

    Damis sait avant d’agir pour un coup d’état a la maternelle, que, la communication et le journalisme sont deux professions (ou activités) totalement antagonistes. Le journaliste a pour vocation d’informer, et ce, de manière la plus objective possible, en se mettant çà l’écart des pressions politiques et économiques (cf. code de déontologie). Le travail du journaliste, c’est d’informer, et ce, le plus objectivement possible. Les manipulations et autres trafics d’influence sont en-dehors de ses attributions, voire franchement contraire à la déontologie de la profession.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:27, par Koudeta Salopard En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    "Paix à son âme. Celle-ci est décédée le 03 octobre 2020 dans des conditions presque similaires que celles qu’endure Adama OUEDRAOGO DAMISS. Et aucune autopsie n’a été faite."
    Qelle chance pour elle d’ etre decedee en 2020 ? Des pauvres citoyens eux ont eu mpoins de chance. Ils ont ete troues par les balles que leur impot a permis d’ acheter pour equiper des hommes qui etaient censes les proteger. Arretez cette sensiblerie a la con. La justice poursuit son cours pour es malfrats qui ont endeuille la nation. Ou boien, eux, leur vie, la, c’ est plus de l’ or que la vie de ceux qui ont ete tues par le cpoup d’ etat le plus salopard du monde ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 14:00, par Leberger En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    A ce que l’on sache il ya bien des professionnels de santé assermentés à la MACO. Laissons les faire leur travail.Ne soyons pas plus royalistes que le roi.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 16:15, par ARMAND En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    Que tous ceux qui plaident pour l’élargissement de Damis soient répertoriés pour faire un tour de rôle à la MACO afin qu’il aille se soigner. Même Alain Alain le BOULVANKA national en a parlé aujourd’hui comme s’il ne sait pas que Damis a été condamné pour son implication au coup d’État du spécialiste du genre. Personne ne pouvait imaginer que Gilbert puisse rater ce genre de coup .Alain Alain des Burkinabés sont sont morts. Certainement que tu n’as aucun parent parmis les victimes. Du reste Damis se savait malade avant le putsch. Qu’il assume monsieur du BOULVANKA qui sait aussi que ce n’est pas le seul malade en prison.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 18:34, par warzat En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    Dans notre éducation, nous avons appris des paroles sages du genre ’’ quelqu’un peut être plus âgé qu’un autre du point de vue santé, mais pas du point de vue longévité’’. Que les ainés qui s’y connaissent mieux me traduisent mieux. Ceci pour dire qu’il est hasardeux de dire que la maladie va emporter le frère Damiss. Prompt rétablissement à lui. Pour le reste, il faut avouer que pour une fois qu’un civil est à la MACO pour été associé à un coup d’état, c’est tant mieux. Autrement on nous a habitué ici à ce que se soient nos frères militaires qui trinquent et les civils complices se la coulent douce.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 06:12, par Sacksida En réponse à : Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss

    En outre, parlant de nos Hopitaux dans des situations lamentables, en trente annees de Blaise compaore a Rock ils sont tous coupables de n’avoir pas rendu nos Hopitaux Nationaux et avec des plateaux techniques a un degre de bonne qualite ou meme exellente. Chaque jour, dans ces Hopitaux des morts a cause de manque de materiels techniques et vitaux pour sauver des malades ; sous les regards meduses et sans aucune possibilite des medecins et des agents de faire quelque chose. Durant ce temps Blaise et ses ouiailles se sont faits des matelas de milliards aux detriments de ce peuple courageux ; et ces politiciens leurs soucis est toujours de s’accaparer des positions ou postes politiques pour continuer a s’enrichir et sur l’exploitation de notre peuple burkinabe. S’il y’a une Revolution Democratique beaucoup de politiciens seraient traduits devant les Tribunaux Populaires afin de rendre compte ou rendre gorge de tout le mal qu’ils commis. Que Dieu aide le Peuple Burkinabe. Salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Parti pour le développement et le changement : Six membres quittent le navire
Crise au CDP : La sanction des trois militants maintenue, en attendant l’authentification de la lettre du président d’honneur
Crise au CDP : Le linge sale se lave en famille
Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes
Mise en place des démembrements de la CENI : Bien préparer le terrain pour éviter les violences électorales de 2016 !
Démissions au CDP : « Le MPP et ses partis satellites deviendront bientôt un albatros avec ses colonnes d’opportunistes, d’affairistes … » (Boubacar Sannou)
Fusion de partis sankaristes : "Avec le MPP, notre vision était de faire en sorte que tous ceux qui se réclament de la gauche puissent se mettre ensemble (député Halidou Sanfo)
Burkina / CDP : Les langues se délient pour expliquer les dessous de la crise qui déchire le parti
Congrès pour la démocratie et le Progrès : Six mois de suspension pour trois membres du bureau exécutif national
Commune de Banfora/CDP : Plus de 150 militants rendent leur démission, la gestion du parti décriée
Procès Sankara et compagnons : La jeunesse sankariste unie invite les "patriotes sincères" à s’y rendre en "Faso danfani" ou en blanc
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un pays, on le développe avec des idées »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés