Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité. » Alfred De Musset

Immobilier : Les résidents de la cité Abdoul Service Ouaga 2000 (quartier Kamsongtenga) en appellent au ministre de l’urbanisme

Accueil > Actualités > Société • Déclaration • lundi 1er mars 2021 à 14h05min
Immobilier : Les résidents de la cité Abdoul Service Ouaga 2000 (quartier Kamsongtenga) en appellent au ministre de l’urbanisme

Dans cette lettre ouverte, les résidents de la cité cité Abdoul Service de Ouaga 2000 (quartier Kamsongtenga) en appellent au ministre en charge de l’Urbanisme face aux difficultés en matière de viabilisation qu’ils rencontrent sur le site.

Monsieur le Ministre ;

Nous venons par cette lettre ouverte dépeindre la situation que nous, clients ayant acquis des parcelles et logements auprès de la Société immobilière Abdoul Service Internationale, vivons actuellement.

Avant tout, il faudrait que nous rappelions que la présente lettre fait suite à plusieurs démarches entreprises auprès de ladite société. En effet, des correspondances lui ont été adressées à plusieurs reprise. Nous avons été reçus à maintes reprises au sein des locaux de la société. Il faut dire même qu’un dialogue permanent avait été initié entre Abdoul Service et nous, et on se rencontrait une fois par mois pour discuter des préoccupations des résidents. Malheureusement, ce dialogue a été interrompu par la société qui n’a pas donné suite à notre dernière lettre.

Faudra-t-il également rappeler que l’Administrateur Général, en la personne de Monsieur Abdoul OUEDRAOGO lui-même, ne se donne pas la peine d’assister aux rencontres pourtant organisées dans ses locaux. Il est permanemment excusé, même s’il est dans son bureau. Le cas le plus flagrant fut une audience qu’il nous a accordée le samedi 20 février 2021. Pour ce n nième acte de mépris à notre endroit, nous avons jugé nécessaire de prendre désormais pour témoins l’opinion nationale et internationale et aussi informer et interpeler qui de droit afin que nous rentrons dans nos droits, c’est dire la remise des documents légaux de nos parcelles et habitations à savoir, les titres fonciers et la viabilisation du site à savoir l’électrification totale du site et la voirie.

Pour ce qui concerne les papiers des parcelles, il est important de rappeler ici que ce qui nous avait motivés et convaincus à acheter les parcelles avec la société Abdoul Service et non avec d’autres sociétés de la place, c’est qu’elle promettait des sites viabilisés avec titre foncier dans les six (06) mois après payement ou tout au plus dans un délai d’un an. Mais le constat aujourd’hui est amer et même très inquiétant. Car la majorité des acquéreurs n’ont qu’une simple décharge en leur possession comme preuve d’achat. Lors d’une rencontre avec la société, elle nous faisait savoir que le dossier est bloqué au Ministère en charge de l’Urbanisme et qu’on leur exigeait un papier « approbation immobilière ». L’inquiétude est encore plus grande car cela n’augure d’une issue heureuse si la société venait à ne pas avoir cette approbation immobilière.

La véritable inquiétude des acquéreurs est qu’aucun document officiel reconnu comme un document d’habitation n’est à la possession de la quasi-totalité d’entre eux ; surtout pas un seul titre foncier pour ceux se trouvant dans la section 994. Ils n’ont jusqu’à ce jour, plus de 4 ans après payement au comptant de leur parcelle et logement, qu’une simple décharge comme papier de leur parcelle en lieu et place du titre foncier promis. Ce qui s’apparente fort à l’achat d’un « non loti » alors que le mètre carré a couté dix-neuf mille cinq cent (19 500) francs CFA pour les parcelles ordinaires. Aussi, sur la base d’une confiance nourrie par le fait que la société faisait ses publicités sur la télévision nationale en promettant les titres fonciers et la viabilisation du site, beaucoup d’acquéreurs ont investi des dizaines de millions et y vivent actuellement avec leurs familles dans l’inconfort et l’inquiétude. Ils ont en réalité le sentiment de vivre dans des zones non loties. Ce qui constitue une insécurité foncière.

Concernant la viabilisation du site, il est vrai qu’il y a eu une tentative donnant lieu au branchement au réseau de l’ONEA, quelques tracées de routes essentiellement dans les constructions faites par la société elle-même qui malheureusement ont été emporté par les eaux de pluie, faute de réseau de canalisation. Quelques poteaux d’électricité ont été sélectivement implantés sur une infime partie du site et aucune suite de travaux en cours sur ce sujet laissant croire à une volonté de régler la question.

Ce qui s’apparente à des travaux de canalisation d’eau s’est arrêté il y a plus d’un an et le ravin occasionné par ces travaux est en train de menacer les parcelles riveraines qui risque de devenir des cours d’eau dès la tombée des prochaines pluies. Le sentiment général est que la société fait semblant de travailler, laissant croire qu’elle est de bonne fois alors qu’il n’en est rien. Aussitôt un chantier commencé, aussitôt abandonné.

Sur la question spécifique de l’électrification du site, nous avions eu plusieurs promesses non tenues. En rappel il nous avait été promis que l’électricité sera sur le site avant fin 2019. Ce qui n’a pas été respecté. La promesse a été renouvelée pour fin 2020. Lors d’une réunion tenue en 2020, le délai de fin juillet 2020 nous avait été donné. Un procès-verbal de cette réunion avait été fait. Par la suite, un agent de la société « responsable des questions d’électrification et de branchement au réseau de l’ONEA » est venu sur le site discuter avec les résidents et négocier pour que le délai de l’électrification soit ramené à fin décembre 2020. Nous sommes actuellement en fin février 2021 et les travaux n’ont pas avancé sur ce point.

Par ailleurs, les quartiers périphériques (Garghin, Sabtoana et zone SONATUR) ont reçu l’électricité. Le site Abdoul Service Ouaga 2000 risque d’être un ilot d’obscurité qui pourrait être le point de refuge ou d’opération des bandits.

Monsieur le Ministre,

Ce qui s’apparente à une offre immobilière n’est ni plus ni moins qu’une arnaque savamment orchestrée par le promoteur Abdoul Service International au vu et au su de l’autorité publique. De la publicité mensongère faisant état d’un site viabilisé, à la mise à disposition des acquéreurs de la documentation de leur terrain, il n’en est rien. Pire cette œuvre maléfique est en train de s’étendre à toute l’Afrique de l’Ouest ; on n’ose pas imaginer la liste des prochaines victimes représentées essentiellement par la diaspora soucieuse de s’offrir un toit respectable dans leur pays d’origine.

Nonobstant tout cela, on ne désespère pas ; conscients que votre concours sera très contributif pour l’amélioration de la situation précédemment décrite.
Ce promoteur, soit disant meilleur promoteur de la sous-région mérite que l’autorité jette un œil dans ses réalisations pour éviter des dérives. Le site de Ouaga 2000 dont la situation vous est ci-dessus décrite pourrait devenir, si rien n’est fait, une zone inondable par manque de canalisation ; ce qui constitue un sabotage aux efforts du gouvernement d’amélioration du cadre de vie de la population.

Monsieur le Ministre,

Tout en vous félicitant pour les actions déjà entreprises pour améliorer le cadre urbain, nous vous rassurons de notre engagement de poursuivre notre action de veille pour interpeler l’autorité et dénoncer toute dérive du promoteur Abdoul Service International sur le site de Ouaga 2000.

Les acquéreurs de parcelles et de logements de la cité Abdoul Service Ouaga 2000.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Ramadan 2021 : Le jeûne musulman débute ce 13 avril
Ramadan 2021 : « C’est l’heure de la solidarité et de la générosité », dixit El Hadj Aminou Ouédraogo, président du CERFI
Contribution de l’unité d’action syndicale (UAS) sur la question de la réconciliation nationale
Burkina Faso : L’Initiative Pananetugri mène la réflexion sur l’origine du féminisme
Région du Sahel : Des éducateurs et communicateurs renforcent leurs capacités sur les mécanismes endogènes de gestion des conflits
Région des Cascades : Le canton de Karaborola célèbre la fête des nouvelles récoltes Difan-Gbar
Ramadan : La commission lune se réunira ce lundi 12 avril 2021
Jeûne musulman/Burkina : Ramadan market, une opportunité pour faire ses provisions à moindre coût
Agriculture : Un projet d’aménagement de la plaine de la Léraba pour améliorer la sécurité alimentaire dans les Cascades
Enfants en situation de rue : Une exposition-photo pour dire qu’une autre vie est possible
Lutte contre le cancer : Le Burkina Faso inaugure son premier centre de radiothérapie
Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés