Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Journée mondiale des zones humides 2021 : Déclaration du ministre de l’environnement de l’économie verte et du changement climatique

Accueil > Actualités > Environnement • Déclaration • lundi 1er février 2021 à 20h30min
Journée mondiale des zones humides 2021 : Déclaration du ministre de l’environnement de l’économie verte et du changement climatique

Le 02 février de chaque année est célébrée la journée mondiale des zones humides pour marquer la date d’adoption de la Convention relative aux zones humides d’importance internationale, particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau.

En effet, c’est le 02 février 1971 dans la ville iranienne de Ramsar, sur les rives de la mer Caspienne que cette convention dite Convention de Ramsar a été adoptée. Le Burkina Faso l’a ratifiée le 27 Octobre 1990.

L’année 2021 célèbre le cinquantième anniversaire de cet accord intergouvernemental qui sert de cadre à l’action pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

Le thème retenu pour ce cinquantenaire est : « Zones humides et eau ». Il s’inscrit dans la Décennie d’action pour l’eau proclamée en 2018 par les Nations Unies dans la perspective d’atteindre le 6ème Objectif du Développement Durable : Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau.

Le secrétariat de la Convention de Ramsar veut par ce thème mettre en évidence la contribution des zones humides à l’accès et à la qualité de l’eau douce sur notre planète. L’eau et les zones humides sont liées dans une coexistence inséparable. Les écosystèmes des zones humides sont les ressources premières d’où sont issus l’eau et tous ses avantages pour les êtres humains. Ils sont un élément vital du cycle de l’eau. Aussi, leur protection devient-elle un impératif pour la survie de l’humanité.

La Convention de Ramsar reconnaît les liens fondamentaux entre le bien-être humain, les fonctions des écosystèmes de zones humides et l’eau. C’est la raison pour laquelle elle prône la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE).

Le principe de la GIRE est de rechercher un équilibre entre la protection de la ressource et l’utilisation des avantages et services fournis par cette ressource, afin de satisfaire les impératifs de développement économique et social à moyen et à court terme. Dans ce sens, la Convention de Ramsar propose toute une gamme de mécanismes et d’orientations techniques pour renforcer le volet écologique de la GIRE.

La prise en compte de ces orientations permet d’éviter la dégradation et la disparition des zones humides qui constituent des ressources de grande valeur économique, culturelle, scientifique, écologique et récréative.

Le Burkina Faso s’est engagé dans la prise en compte de ces orientations en ratifiant la Convention de Ramsar et a procédé à ce jour à l’inscription de 25 sites Ramsar. Notre pays s’est doté en février 2014 d’une Politique Nationale sur les Zones Humides (PNZH) assortie d’un Plan d’Action National pour la gestion durable des Zones Humides (PAZH) avec pour vision que « A l’horizon 2025, les écosystèmes des zones humides et leurs périphéries sont des espaces conservés, viables et durablement gérés afin de fournir des biens et services nécessaires à la lutte contre la pauvreté aux niveaux local et national, et de contribuer à la conservation de la diversité biologique mondiale ».

Le Burkina Faso a également opté pour la Gestion Intégrée des Ressources en eau (GIRE) comme mode privilégié de gestion durable des ressources en eau. A cet effet, pour la période 2016-2030, le gouvernement a adopté un Programme National de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PN-GIRE) dont l’objectif stratégique est de contribuer durablement à la satisfaction des besoins en eau douce des usagers et des écosystèmes aquatiques.

En ce cinquantième anniversaire, l’urgence recommande de mettre en place ou d’appliquer des stratégies et des législations plus efficaces pour inverser la tendance à la dégradation des zones humides à tous les niveaux. Au niveau local notamment, cette dégradation a un impact immédiat et plus sévère sur la ressource eau et la résilience des populations riveraines.

C’est pourquoi, j’exhorte les acteurs à tous les niveaux à une prise de conscience plus accrue sur l’urgence à sauvegarder les zones humides et à des actions plus concertées pour renforcer leur préservation. Le Burkina Faso attend également des partenaires au développement accompagnement plus accru pour la conservation et l’utilisation durable de ces infrastructures vertes qui sont hautement vitales pour nos populations.

Pour la protection des ressources en eau, protégeons nos Zones Humides !

Je vous remercie.

Vos commentaires

  • Le 3 février à 21:35, par mytibketa En réponse à : Journée mondiale des zones humides 2021 : Déclaration du ministre de l’environnement de l’économie verte et du changement climatique

    les zones humides méritent plus d’attention à un moment ou elles constituent le nid des terroristes du moment. Les zones humides portent la signatures de l’eau des nappes phréatiques comme l’atteste l’abondance du couvert végétal fusse t-il être des peuplement s d’arbustes. Localisées dans la partie Nord du pays le contexte géologique et hydrogéologique indiquent la présence d’importantes nappes d’eau fossiles à même d’alimenter et des villes et permettre une agriculture irriguée sur de grands espaces.
    Les zones humides sont en partie abimées par l’exploitation aurifère de par la destruction des végétaux De même la pollution des nappes avec des produits tel le mercure sont un réel danger pour le règne animal dont l’homme.
    Dans un tel environnement d’insécurité, devant l’inconscience d’hommes dont les motivations riment avec l’ignorance, l’avidité du gain, la bêtise humaine, l’interprétation fallacieuses de doctrines vidées de leur science, comment alors protéger ces zones si les plans à mettre en oeuvre ne tiennent pas compte de ces données là. On peut alors dire sans risque de se tromper qu’on va droit à l’échec.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Environnement : Le projet EBA-FEM fait le point de sa mise en œuvre à l’Observatoire national de développement durable (ONDD)
Promotion de la filière apicole : Des spécialistes renforcent leurs capacités techniques sur la santé des abeilles
Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) : Une visite au Centre-ouest pour apprécier les réalisations
Transparence climatique au Burkina Faso : Le comité d’orientation et de suivi scrute les activités
Programme d’investissement forestier : Siméon Sawadogo et les acteurs de mise en œuvre examinent les différentes réalisations
Gestion intégrée des ressources en eau : Le comité technique conjoint Burkina-Mali tient sa quatrième session
Projet EBA-FEM : Plus de 800 hectares d’écosystèmes réhabilités dans le Sahel
Wash et changements climatiques : WaterAid et ses partenaires mutualisent leurs efforts pour un plaidoyer
Assainissement total piloté par les communautés : Les acteurs du secteur en conclave pour formuler des orientations
Gestion des risques de catastrophes : Le Réseau MARP plaide pour l’institutionnalisation de l’approche GBCRC
Environnement : Le ministre Siméon Sawadogo visite l’Ecole nationale des Eaux et Forêts dans les Hauts-Bassins
Projet adaptation basée sur les écosystèmes : Les capacités des transformatrices des produits forestiers non ligneux de Dassa renforcées
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés