Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. » Michelle Obama

Réconciliation nationale : « Un jour, on se rencontrera pour fêter cette victoire-là », espère Simon Compaoré

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mardi 19 janvier 2021 à 19h38min
Réconciliation nationale : « Un jour, on se rencontrera pour fêter cette victoire-là », espère Simon Compaoré

Les responsables du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) ont animé, mardi 19 janvier 2021, une conférence de presse à Ouagadougou, afin de donner leur vision de la situation nationale. Une activité qui se tient une dizaine de jours après la mise en place du premier gouvernement du deuxième mandat du président Roch Kaboré.

Dans cette approche de la vie nationale à la cadence de bilan et perspectives des élections du 22 novembre 2020, Simon Compaoré, président du parti, et ses proches à la conférence de presse, se sont également, par le jeu des questions des journalistes, attardés sur la question de la réconciliation nationale. C’est une priorité pour le président réélu, Roch Kaboré, qui a, à diverses occasions, affiché sa volonté d’œuvrer à davantage unir les Burkinabè et à consolider la cohésion sociale.

Cette conférence, la première de l’après-élection du 22 novembre 2020, a donc été propice pour les responsables du MPP de se réjouir que la stratégie électorale du parti ait payé sur toute la ligne (le candidat du parti, Roch Kaboré, s’est adjugé 57, 74% des voix contre 53, 46% en 2015 et a également maintenu son assise à l’Assemblée nationale, ndlr).

Le parti loue les conditions apaisées dans lesquelles les deux scrutins se sont déroulés et l’acceptation des résultats « avec beaucoup de dignité et de fair-play politique » par tous les protagonistes de la scène politique nationale. Une « victoire incontestable de notre démocratie naissante », clame Simon Compaoré.
Ouvrant le chapitre des défis, le MPP exhorte le président Roch Kaboré à poursuivre l’œuvre de réconciliation nationale « entamée depuis quelques mois ». Pour Simon Compaoré, la réconciliation a d’ailleurs bien démarré avec le calumet de la paix entre lui et Zéphirin Diabré au sujet de l’affaire dite « tranquilos » (Affaire "tranquilos" : Zéphirin Diabré "retire" sa plainte contre Simon Compaoré - leFaso.net).

« A ce jour, Zéphirin Diabré et Simon Compaoré, nous nous sommes réconciliés et Zéphirin m’a dit qu’il retirait sa plainte. Donc, c’est un bon début ; puisque celui-là qui a en charge de faire en sorte que la réconciliation progresse, a donné le ton, en signant la paix avec moi et on ne peut qu’applaudir. En tout cas, si vous n’applaudissez pas, moi j’applaudis », plaisante l’ancien maire de Ouagadougou, Simon Compaoré, qui dit d’ailleurs accueillir à bras ouverts Zéphirin Diabré et l’UPC ainsi que tous les autres à la majorité.

L’ancien ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité réitère et souligne que la réconciliation doit être l’aboutissement d’un processus de vérité et de justice. « Ensemble, nous savons où nous voulons aller : c’est la réconciliation, l’apaisement des cœurs, retrouver le vivre-ensemble. Alors, nous, au MPP, souhaitons à tous les Burkinabè, d’où qu’ils viennent et quelle que soit leur appartenance politique, idéologique, religieuse, bon vent ; parce que Dieu est du côté de ceux-là qui cherchent à faire avancer les choses. Nous sommes dans cet axe là. C’est pourquoi, nous sommes sûrs qu’avec le peu de volonté que nous avons, d’arriver à la réconciliation, Dieu va nous donner le coup de pouce nécessaire et un jour, on se rencontrera pour fêter cette victoire-là », espère Simon Compaoré.

Les conférenciers ont aussi salué les efforts des Forces de défense et de sécurité dans la lutte contre l’insécurité et les efforts consentis pour un retour de populations dans leur localité d’origine..

Soutien à tous les membres du gouvernement

« Cette démarche pressentie se traduit aujourd’hui dans la formation du nouveau gouvernement par la création d’un ministère en charge de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale confié à un ténor de la classe politique burkinabè en l’occurrence M. Zéphirin Diabré, président de l’Union pour progrès et le changement (UPC). Nous pensons au MPP que l’ouverture de l’exécutif à plusieurs chapelles politiques de notre pays traduit la vision du président du Faso de faire participer au gouvernement l’ensemble des énergies et des capacités dont dispose notre pays pour la mise en œuvre du programme présidentiel », commente Simon Compaoré.

De l’avis du premier responsable du parti « Le soleil levant », tout cela est un « gage tangible » de la volonté du chef de l’Etat à respecter ses engagements à aller résolument à la réconciliation nationale. La composition du premier gouvernement du deuxième quinquennat reflète imparablement la vision du président Roch Kaboré, appuie-t-il.

« L’appui du MPP ne fera pas défaut à cette équipe gouvernementale », promet Simon Compaoré, pour qui, les militants du parti sont déterminés à accompagner le président du Faso dans la mise en œuvre de son programme quinquennal.
Face aux grands défis nationaux du quinquennat 2021-2025, les responsables du MPP convient à la mobilisation de toutes les structures, de tous les militants du MPP et de l’ensemble des populations du Burkina autour du programme du président Kaboré.

Mobilisation générale contre le COVID-19 !

La conférence a également abordé l’actualité liée à la maladie à coronavirus qui connaît un regain ces dernières semaines au Burkina également. « Elle est venue s’ajouter à la menace sécuritaire à laquelle nous faisons face depuis 2016. Grâce à la résilience du président du Faso et du gouvernement, notre pays a su donner les réponses aux préoccupations précitées. Mais depuis quelque temps, la pandémie a repris du poil de la bête », expose le président du MPP, appelant les Burkinabè à la prudence et au respect des consignes sanitaires. « On a tous intérêt à être en vie », dit-il, révélant que des réflexions sont en cours sur les mesures à prendre pour renforcer la lutte.

« Le nouveau ministre de la Santé s’active, et très bientôt vous allez l’entendre, parce qu’il y a bien quelque chose qui se prépare pour faire en sorte que nous puissions contenir la maladie », annonce Simon Compaoré, convaincu que dans la conjugaison des efforts, le pays parviendra à l’objectif poursuivi.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 janvier à 19:57, par A qui la faute ? En réponse à : Réconciliation nationale : « Un jour, on se rencontrera pour fêter cette victoire-là », espère Simon Compaoré

    Aïe aïe, vous n’avez pas trouvé mieux que Simon Compaoré pour donner des leçons de morale ? La reconciliation nationale ça veut dire aussi que Chacun multiplie son salaire légale par le nombre d’années de travail et remette au peuple à reconcilier le trop perçu, peut-être sans faire exprès qui peut rendre multi-milliardaire pendant que des vielles femmes croupissent dans les carrefours pour mendier. On reconcilie quelqu’un avec son semblable du point de vue du rapport des forces, sinon la reconciliation est dictée par le plus fort et l’autre ferme sa bouche.
    Ou si c’est pour nous dire que tous les assassinats, les tortures et les humiliations depuis la révolution on pardonne, chaque famille et chaque citoyen ira à son rythme et pas selon un calendrier politique.
    Les burkinabé ne sont pas rancunier mais il faut être sincère et pour cela il faut nous envoyer des gens qui ont un minimum de sincérité dans leur façon de gérer l’argent publique et leur façon d’utiliser la force. Commencez par trouver la perle rare !!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 08:26, par le révolutionnaire En réponse à : Réconciliation nationale : « Un jour, on se rencontrera pour fêter cette victoire-là », espère Simon Compaoré

    La vérité et la justice pour les vaincus et juste la réconcialiation pour ceux qui se retrouvent autour de Roch pour voler et piller le peuple. il faut la vérité et la justice pour l’affaire Tranquilos autrement pas de réconciliation. Soyons sérieux

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 11:16, par Passaziri En réponse à : Réconciliation nationale : « Un jour, on se rencontrera pour fêter cette victoire-là », espère Simon Compaoré

    Personellement je n’ai aucun problème avec l’entrée de Dr. Zephirin Diabré dans le gouvernement , si c’est sa contribution pour la paix et le developpement au Burkina ;
    Ce qui arrive peu à me convaincre c’est cette chanson de la reconcilation qu’on nous entonne depuis longtemps.
    Néanmoins j’attends que le ministre de la reconciliation nationale nous définisse qui il veut reconcilier avec qui , pourquoi et comment. Ce que je peux dire c’est qu’aucune reconciliation ne saurait se faire au dépens de la justice. La justice si elle fonctionne aussi bien pour les faibles que pour les forts ser même le fondement d’une reconciliation durable.Sinon en continuant sur ces permanentes solutions à l’amiable, on risque de nous retrouver avec une reconciliation de facade comme fut cette journée du pardon sous Blaise compaoré. Si nous voulons d’une base solide d’apaisement des coeurs et durablement, nous devrions suivre l’exemple des pays comme le Benin et l Afrique du Sud avec une commission justice et vérité publique ou tous les maux du pays seront mis sur la table et les solutions trouvées ensembe sans entraver le fonctionement de la justice. Mais ces reconciliations privées qui sentent le prix d’une participation gouvernementale ( même si je ne pense pas que Zeph soit à ce prix) ne sauront être des répères pour tout le peuple. La justice qui sous le procureur Yoda fait des efforts devrait encore jouer pleinement son rôle pour qu’on avance. elle aura aussi eu assez de temps pour trancher sur le cas Zeph/Simon qui depasse selon moi le cadre d’un problème entre individus.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 11:19, par saam En réponse à : Réconciliation nationale : « Un jour, on se rencontrera pour fêter cette victoire-là », espère Simon Compaoré

    Alors en retirant sa plainte, cela signifie que l’acte de port illégal d’armes est annulé ?? Je pense pas. A mon sens, Zeph prône la justice puis la réconciliation alors que dans cette affaire je n’ai pas vu de dénouement par rapport à la justice. J’ai dû rater un épisode, éclairez-moi svp !
    Donc tous ceux qui ont des dossiers en justice vont se pardonner et c’est fini quoi ??? Ou est l’exemple d’intégrité ??? Ooooh aayye !!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 14:24, par jeunedame seret En réponse à : Réconciliation nationale : « Un jour, on se rencontrera pour fêter cette victoire-là », espère Simon Compaoré

    Réconciliation veut dire impunité diplomatique ? Attention SIMON ; tu n’es pas sage ; mais il ne faut pas crier victoire avant la fin de la guerre. Car, on regarde en direct. Et reconcilier = concilier de nouveau. On va voir.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Eddie Komboïgo, nouveau Chef de file de l‘opposition : « Ce qui est important, c’est l’intérêt supérieur de la nation »
Réconciliation nationale : Zéphirin Diabré a échangé avec les anciens présidents Jean-Baptiste Ouédraogo et Michel Kafando
Adhésion du MPS à la majorité présidentielle : Le bonheur se trouve dans la manière de gravir la montagne, enseigne Yacouba Isaac Zida
Burkina : Le nouveau chef de file de l’opposition politique, Eddie Komboïgo, prend officiellement fonction
Burkina : La majorité présidentielle appelle à l’engagement de chacun pour accompagner le président Roch Kaboré
Réconciliation nationale : Zéphirin Diabré explique les schémas d’application de sa mission
Suspension du stade du 4-Août : "Nous n’avons pas de culture d’entretien, de maintenance", regrette l’ingénieur en génie civil, le ministre Vincent Dabilgou
Majorité présidentielle : « Nous n’acceptons pas n’importe qui », précise le coordonnateur, Clément Sawadogo
Burkina : Le MPS de Yacouba Isaac Zida et du Pr Augustin Loada rejoint la majorité présidentielle au nom de la réconciliation nationale
Vie politique : Les Forces nouvelles du Burkina ( FNB) adhère à l’opposition politique
Burkina : L’OPA-BF de Me Ambroise Farama déclare son appartenance à l’opposition politique
Politique : Le Parti indépendant du Burkina (PIB) déclare son appartenance à la majorité politique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés