Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mardi 19 janvier 2021 à 23h30min
Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

Nommé en Conseil des ministres le 10 janvier 2021, Pr Charlemagne Ouédraogo a officiellement pris fonction le 14 janvier. Il remplace au poste de ministre de la Santé, Pr Claudine Lougué. Il devra bien évidemment poursuivre la lutte contre la pandémie du Covid-19 mais aussi relever les autres défis de son département.

C’est l’un des gynécologues-obstétriciens les plus cotés de la capitale burkinabè. Pr Charlemagne Ouédraogo arrive à la tête du ministère de la Santé, alors que la pandémie du Covid-19 atteint de nouveaux sommets au Burkina Faso. Un défi qu’il devra relever.

Devant les voix qui s’élèvent de plus en plus pour dénoncer le manque de réactifs pour les examens, mais aussi la lenteur dans la prise en charge des personnes déclarées positives au Covid-19, le ministre Ouédraogo devra travailler à améliorer les choses.

Pr Charlemagne Ouédraogo était avant sa nomination, le président du Conseil national de l’Ordre des médecins du Burkina Faso depuis novembre 2018. Sous sa houlette, le 28 octobre 2020, l’Ordre a porté plainte contre toutes les personnes physiques et morales impliquées dans « l’essai clinique illégal utilisant la substance Apivirine portant sur des personnes humaines au Burkina Faso » dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Maintenant qu’il est ministre de la Santé, devrait-on s’attendre à un changement dans le protocole de prise en charge des patients du Covid-19 ? Que se passera-t-il ? En tous les cas, ce qui est prioritaire, c’est d’œuvrer à une prise en charge adéquate des malades, alors même que la pandémie gagne du terrain. C’est d’ailleurs en homme averti, qu’il prend les commandes du ministère. « (…) Les défis sont énormes. Notre système de santé qu’on pensait bien maitriser, s’est révélé assez fragile avec l’avènement du Covid-19 » a-t-il indiqué lors de sa prise de fonction.

Outre la présidence de l’Ordre national des médecins, Pr Charlemagne Ouédraogo cumulait également jusqu’à sa nomination, les fonctions de chef de service de gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction au CHU de Bogodogo depuis 2017 ; chef de service de planification familiale du département de gynécologie obstétrique du centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo depuis août 2013, et directeur des services médicaux et techniques du CHU de Bogodogo.

Bien avant, Pr Charlemagne Ouédraogo a débuté sa carrière en tant qu’externe des hôpitaux de 1990 à 1994, puis interne des hôpitaux au CHU Yalgado Ouédraogo de 1995-2000 ; chef de service de gynécologie obstétrique au Centre médical avec antenne chirurgicale du district sanitaire du secteur 30 (Bogodogo) de Ouagadougou depuis 2002 ; assistant chef de clinique, de janvier 2007 à octobre 2012, et chef de clinique au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo, depuis le 1er mars 2012.

En plus de ses fonctions hospitalières, Pr Charlemagne Ouédraogo est enseignant-chercheur à l’UFR/SDS de l’université Joseph Ki-Zerbo, mais également à l’université Saint Thomas d’Aquin, à l’Ecole nationale de santé publique et à l’Institut africain de santé publique. Il a publié seul ou avec d’autres auteurs plus de 80 articles dans des revues de renom.

Il est aussi consultant et a apporté son appui à plusieurs pays pour la mise en œuvre de diverses activités en santé maternelle et néonatale. Il est membre de plusieurs sociétés savantes dont la SOGOB (Société de gynécologie-obstétrique du Burkina). C’est donc un professionnel du secteur qui prend les rênes du ministère de la Santé.

La cohésion du groupe

Il devra surtout composer avec les syndicats de son département qui donnent régulièrement de la voix pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. A ce niveau, il préfère agir selon « la solidarité agissante et de la cohésion sociale » au sein de son département. Le ton, en tout cas, est donné. « Je ne suis pas venu faire une chasse aux sorcières, parce que je n’en connais même pas. Je ne suis pas venu entretenir un clan ou lutter contre un clan. S’il existait des clans, je voudrais que dès ce soir, ça s’arrête. S’il y en avait dans la tête de quelques-uns, il faudrait faire table rase. Depuis le brancardier jusqu’au plus gradé, chacun a un rôle à jouer dans cet orchestre » a-t-il déclaré lors de son installation officielle, le 14 janvier 2021. La cohésion du groupe passe aussi par la satisfaction des besoins exprimés. C’est en cela qu’il compte bien accélérer les réformes pour la mise en œuvre de la fonction publique hospitalière, dont la satisfaction est l’une des principales préoccupations des agents de la Santé.

Du cas des faux diplômes

Le gouvernement burkinabè, à travers le ministère en charge de la Fonction publique, a lancé une opération de vérification des diplômes des agents publics courant mai 2019. C’est un phénomène qui n’est étranger au ministre Charlemagne Ouédraogo. Lui qui déclarait dans une interview accordée à Lefaso.net en 2016 que « derrière la blouse blanche se cachent des faussaires ».

Des gens qui intègrent le domaine de la médecine sur la base de faux diplômes. Des exemples, il en a donné pour étayer son affirmation. Mais les moyens pour lutter contre le fléau faisait défaut. Comment comptez-vous assainir le milieu ? Voilà une question simple qui a été posée au Pr Charlemagne Ouédraogo.

Sa réponse, « (…) Nous avons développé un plan de communication envers la population, mais ça coûte cher. Nous n’avons pas de moyens. » Là, c’était le président du Conseil régional de l’ordre des médecins de Ouagadougou qui s’exprimait. Ministre, le langage pourrait bien évoluer. Sachant que ces faux médecins causent aux populations les mêmes effets que les maladies dont elles souffrent.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 janvier à 14:38, par sheikhy En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    En tout cas, son parcours joue en sa faveur en e qui concerne la compétence et l’expérience professionnelle. On l’attend maintenant sur le terrain immense de la santé publique nationale.
    Bon vent à lui...

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 14:43, par sala En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    l’homme qui veut "mater" ses collègues !!!! bon vent à lui.Allons seulement

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 15:51, par ladji En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

      Apaisons nous et cherchons à construire, notre bonheur et celui des générations futures en dépendent. Acceptons que nous pouvons tous changer positivement. Ecoutons nous au moins, il peut il y avoir des bonnes nouvelles. Quand on est Chef avec un leadership mature, l’on change de fait sinon bonjour l’échec. Il est heureux de constater que beaucoup de nos promus ont compris cette dimension qui n’est pas technique mais fait la différence. Prévenons à tout pris le développement de la haine, elle n’épargne pas celui qui la porte ni ceux sur qui elle s’abat. Je ne te critique pas mon Frère bien aimé mais plutôt ce que tu as fais, fais ou veut faire. Le nouvel esprit d’ensemble n’est pas mal, pourvu que ca dure. Seule l’action positive devrait compter. Y’Allah

      Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 19:06, par Aaabah ! En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

      S’il mate seulement on pourra s’en sortir sans trop de dégâts, mais s’il Boxe, alors là on risque de s’en sortir avec un traumatisme crânien. A moins qu’il prenne le soin de porter des gans de ferrailleurs et surtout pas de gans de chirurgiens. Rires....

      Mais sérieux comprenez le, il n’est pas politique et c’est aussi un avantage de traiter les choses gbè gbè. On a souvent besoin de ça ici. A force de ne vouloir égratigner personne, on s’engouffre dans la même merde.
      Et puis, même si il ya bagarre, Koro Zeph est là......... Lol

      Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 15:51, par Monsieur le mateur En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    C’est lui qui veut mater les clans autres que le sien. Il doit avoir la nostalgie de la revolution au Faso. C’est en ces moments qu’on parlait plus de mater. Il oublie que nous sommes en democratie et il faut faire molo molo. Il oublie qu’il s’adresse à des adultes. S’il y a des clans, il faut travailler à unir ces clans afin qu’il n y ait plus de clans. C’est cela la capacité manageriale d’un rassembleur et non d’un mateur. Même dans l’armée, on ne mate plus comme avant. Il aurait pu dire tout simplement que les clans qui ne veulent pas travailler avec lui pour l’atteinte des objectifs fixés, de se mettre hors de son chemin. On n’a pas besoin d’utiliser le mot mater en public. Ce n’est pas tout qu’on doit dire en public pour toucher la sensibilité des adultes. Même les enfants, on ne les mate plus. Bonne chance, Mr le mateur de la santé.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:56, par Sacksida En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    Entre outre, son entree dans la scene politique etant comme du catch et est bien inoportune, car meme pendant bien sur la Revolution d’Aout l’on sanctionait les mauvaises pratiques et comportements nuisibles a la bonne marche de pays. Mais pas mater des gens. Il aurait mieux fait de renconter toutes composantes du departement de la sante afin de rechercher bien sur des solutions idoines aux problemes qui se posent dans ce corps. Tenez vous bien car s’il existe des clans c’est parce que des interets de groupes existent et c’est dans le management des hommes, la mise en commun des interets et leurs defense que des clans vont disparaitre. En tout cas, bonne suite et sur le plan des services aux patiens et aux usagers que l’on sente un veritable changement de mentalite. Car tous autant que nous sommes ; seuls les interets generaux bien sur de ce peuple doivent prevaloir en tout temps et en tout lieu. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 17:07, par Tomsank En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    Bon vent au Pr Charlemagne OUEDRAOGO , il faut vois entourer de bon techniciens et pas les vuvuezelas. Et ne jamais perdre de vue cette triade.
    Efficacité # moyens *compétences*motivation

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 05:16, par K-LIFA En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    Bon courage et surtout entourez vous de bon conseiller surtout.Il ya des structures de santé qui n’ont pas de PCA car nommé à d’autre fonction mais qui sont toujours à la manœuvre dans leur ancienne structure.Le cas des DRH aussi à voir de très près ceux qui ont fait plusieurs années ils faut du sang neuf.Le cas des DG faire passer un test pour les tenir car les nominations politique dans le domaine des structures de santé nuit.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 23:17, par missirri En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    félicitations , Monsieur le Ministre
    - en fait le parcours n’est pas exceptionnel pour un Pr
    — l’expérience professionnelle n’est pas non plus unique au M.S
    - la connaissance du terrain reste limitée dans le domaine hospitalo-universitaire et non dans le vaste système de santé
    - c’est l’environnement qui détermine la réputation d’un homme
    Alors je vous conseillerai de rester humble et à l’écoute des vos collaborateurs comme vous avez su démarrer en utilisant surtout les bonnes cartouches au bon moment pour faire évoluer les choses .
    Votre force réside dans la conviction que vous avez à faire changer les choses dans le bon sens. Je vous encourage Monsieur le ministre de la santé

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 03:51, par Yamyélé En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    Le CV du Pr est très éloquent, ça va faire le quel ieme technicien clinicien éminent à la tête du ministère ? On a plus besoin de lui pour soulager nos malades. Il vient en méconnaissance de notre système de santé, il nous faut depolitisé le ministère. Je n’ai rien contre la personne mais le parachutage n’est pas un atout de réussite surtout dans le contexte actuel et au ministère de la santé. Bonne chance nous tous.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 10:11, par warba En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    la santé est un ministère difficile a gérer car les agents sont très indépendants dans leurs têtes et difficiles a manipuler.L’arrogance ne fera pas bouger la machine

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 13:38, par Burkimbila En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    Félicitations et bon vent au nouveau Ministre de la Santé.
    J’ose croire que pour commencer, il fera la paix avec tout le corps et demandera le retrait de la plainte de l’ordre des médecins contre une partie de ces membres. Cela donnera plus de synergie au groupe.

    En avant contre COVID-19, Paludisme, calculs rénaux et tous ces maux qui nuisent à notre santé.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 17:32, par razougou En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    Ce long CV va sans doute constituer un handicap à sa réussite s’il n’est pas bien entouré. Ce n’est pas les diplômes qui gouvernent. Alain YODA fut l’un des ministres de la santé que le pays aie connu. Il était perçu au début comme un intrus. Par fini, même ses ennemis étaient obligés de applaudir.
    Le ministère de la santé a besoin quelqu’un qui n’est pas un professionnel de la santé. Il ya tellement de clans rivaux dans ce secteur qui sont nuisibles au système. Ce monsieur b’est pas l’homme de la situation. Il ne pourra pas tenir plus de deux à la tête de ce ministère.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 07:32, par KingBaabu En réponse à : Pr Charlemagne Ouédraogo, le « chef d’orchestre » qui veut faire jouer chaque membre de son équipe

    ’’Outre la présidence de l’Ordre national des médecins, Pr Charlemagne Ouédraogo cumulait également jusqu’à sa nomination, les fonctions de chef de service de gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction au CHU de Bogodogo depuis 2017 ; chef de service de planification familiale du département de gynécologie obstétrique du centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo depuis août 2013, et directeur des services médicaux et techniques du CHU de Bogodogo.’’
    Il y a probleme. Un seul individu, quelle que soient ses competences, ne peut pas cumuler tous ces postes. C’est a croire qu’il n’y a pas de personne autre que le Pr Ouedraogo qui soit qualifiee pour occuper ces fonctions ? Cela revele que le nouveau minisre devra defaire un systeme toxique dans lequel lui-meme a grandement participe. Cette gangrene qui exise au Ministere de la Sante et qui consiste a cumuler des postes doit s’arreter.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le président du Faso rencontre le Conseil supérieur de la magistrature
Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »
Politique : L’UNIR/PS déclare son appartenance à la majorité présidentielle
Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré
Burkina : « Chacun est porteur d’une responsabilité pour cette réconciliation nationale », encourage l’émir Ousmane Amirou Dicko
Vie politique : Un ancien ‘’élément’’ de sécurité de Roch Kaboré lance son parti politique dénommé « Sidwaya »
Burkina : La CENI offre 400 ordinateurs à l’Office national d’identification
Burkina : Le MPP appelle la classe politique et la société civile à plus de solidarité et de dialogue
Burkina : Zéphirin Diabré échange avec la commission chargée de la réconciliation nationale sous la transition
Burkina : Le MPP "accompagne" certains de ses cadres à sortir du navire
Incarcération de maires : « Le parti ne défendra pas quelqu’un qui a trempé les moustaches », prévient Simon Compaoré
Simon Compaoré rétorque au rapport du REN-LAC : « C’est une victoire acquise honnêtement et nous en sommes fiers »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés