Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce sont nos choix qui montrent qui nous sommes, bien plus que nos capacités.» Joanne K.Rowling

Trafic d’objets d’art : Des œuvres culturelles volées au Cameroun saisies par la douane burkinabè

Accueil > Actualités > Culture • • mardi 29 décembre 2020 à 23h05min
Trafic d’objets d’art : Des œuvres culturelles volées au Cameroun saisies par la douane burkinabè

Dans le cadre de ses missions régaliennes, la douane de l’aéroport international de Ouagadougou a saisi des œuvres culturelles en provenance du Cameroun en août 2019. Des investigations ont prouvé que ce sont des objets volés. Ce mardi 29 décembre 2020, la douane a remis symboliquement ces œuvres culturelles au ministère en charge de Culture et des Arts.

Selon le directeur du patrimoine culturel, Moctar Sanfo, le trafic de biens culturels est un phénomène qui détruit le patrimoine culturel national et c’est un trafic qui est en troisième position après ceux des armes et de la drogue, sur le plan mondial.
La saisie de la douane de l’aéroport international de Ouagadougou montre une fois de plus que le trafic d’objets d’art est une réalité.

Le nombre complet des œuvres n’a pas fuité mais pour la symbolique de la cérémonie, ce sont six objets d’art (bois sculpté) qui ont été présentés à la presse. Ces objets ont été saisis des mains d’Adama Ouédraogo. « L’intéressé avait en sa possession des documents à suspicion. Nous avons reçu ces documents et envoyés à nos collègues du Cameroun qui ont certifié qu’ils étaient tout simplement faux », a confié Moctar Sanfo.

A son tour, Lassina Simporé (à gauche) a transmis ces objets au directeur du patrimoine culturel, Moctar Sanfo.

Pour le secrétaire général du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, Lassina Simporé, cette saisie est « une preuve tangible » de l’engagement commun à la préservation et à la promotion de la culture. Il a précisé que le trafic de biens culturels, les vols et les fouilles clandestines sont des fléaux qui ont connu une évolution exponentielle aussi bien en Afrique qu’ailleurs.

Pourtant, à en croire le représentant de la direction générale des douanes, François Ouédraogo, « ce n’est pas évident de reconnaître un objet d’art protégé ». Ainsi, il a exprimé sa joie pour la formation reçue de la part du ministère en charge de la Culture.

Lassina Simporé (à gauche) a reçu symboliquement les objets saisis des mains de François Ouédraogo (au milieu).

Tout en saluant la collaboration entre les douanes, Lassina Simporé a invité les forces de l’ordre à insérer les modules d’art dans les formations, afin de préserver davantage les patrimoines. Actuellement, un livret sur le trafic illicite a été élaboré pour permettre aux agents qui travaillent aux différents postes frontaliers de « s’approprier des bonnes pratiques », a rappelé Moctar Sanfo. Au cours de la cérémonie de remise de ces objets, les agents des douanes ont reçu symboliquement leurs livrets.

Lassina Simporé a indiqué que les autorités camerounaises n’ont pas encore demandé la restitution de leurs œuvres culturelles. En attendant qu’elles le fassent, son département va continuer de les garder.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 décembre 2020 à 22:59, par Sacksida En réponse à : Trafic d’objets d’art : Des œuvres culturelles volées au Cameroun saisies par la douane burkinabè

    De toute facon, notre Continent l’Afrique a toujours depuis des siecles de l’Esclavage, en passant par la Colonisation et la Neocolonisation aujourd’hui a ete pillee. Les matieres premieres et naturelles ont ete egalement pilliees, nos hommes forces de travail ont ete exploites, les Colons ont voles des hommes, des femmes et des enfants Africains pendant des siecles pour servir de main-d’oeuvres et enrichir l’occident. C’est pourquoi des Patriotes Africains avant nous se sont battus corps et ames contre l’Imperialisme et la Colonisation et bien sur contre la Neocolonisation politique, economique, culturelle et sociale. Du reste, la liberation de notre Continent Africain doit passe par une prise de conscience et une guerre generale pour en finir avec toutes sortes d’exploitation et de pillage de nos richesses materielles economiques et bien sur culturelles. THOMAS SANKARA avait dit que l’Esclave qui n’est pas capable de se revolter ou de faire bien sur la revolution ne merite pas que l’on s’appitoie sur son sort. La jeunesse africaine consciente devra se battre pour la liberation economique et monetaire pour enfin creer des conditions de l’industrialisation et de developpement de l’Afrique. C’est bien sur a cette condition que nos richesses serviront l’Afrique et que le Chomage continu de masses prendra fin ; car seuls les exploiteurs et leurs valets locaux en profitent actuellement. La Patrie ou la Mort, Nous Vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2020 à 23:07, par KABORE En réponse à : Trafic d’objets d’art : Des œuvres culturelles volées au Cameroun saisies par la douane burkinabè

    On pourrait aussi dire que M. Adama Ouédraogo gardait ces objets en sa possession en attendant que les autorités camerounaise lui demande de les restituer. Mon œil oui !! En principe quelque chose qui ne t’appartient pas quand tu la ramasse, tu n’attends pas que le propriétaire vienne te la demander. et ça se dit des hommes intègres...revenons à la Haute Volta c’est vraiment mieux !!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2020 à 09:35, par DAKISSAGA En réponse à : Trafic d’objets d’art : Des œuvres culturelles volées au Cameroun saisies par la douane burkinabè

    Félicitations à la douane, alors que chacun fasse son travail de manière honnête

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2020 à 02:23, par jeunedame seret En réponse à : Trafic d’objets d’art : Des œuvres culturelles volées au Cameroun saisies par la douane burkinabè

    C’est qui le vrai voleur ? ? « Ces objets ont été saisis des mains d’Adama Ouédraogo.... » et encore ... « Lassina Simporé (à gauche) a reçu symboliquement les objets saisis des mains de François Ouédraogo (au milieu). ».

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Métiers des artisans : L’École Olilor internationale professionnalise les acteurs de cinq pays à Ouagadougou
Condition féminine des artistes : Des danseuses et comédiennes parlent des blocages qu’elles vivent
Festival Basga de Zorgho et organisateurs d’événement : Une convention pour mieux promouvoir la musique burkinabè
Musique : Toksa, le rappeur dont le flow va s’exporter en France
Poésie : L’enseignant Rassomane Savadogo dénonce l’exploitation minière avec des proses
Humour burkinabè : Il est temps d’arrêter la perversité et la mendicité
Watiti Watoma : L’artiste congolais qui veut conquérir le cœur des mélomanes burkinabè
Conte et éducation des enfants : « Le conte est incontournable pour la structuration de la vie de l’enfant », enseigne Kientéga P. Gérard dit KPG
Prix Goncourt des Lycéens et Prix Orange du Livre en Afrique : Critiques sur le sacre de Djaili Amadou Amal
Festival international de Danse de Ouagadougou (FIDO) : La 9e édition aura lieu du 23 au 30 janvier 2021
Culture du niébé au Burkina : Des chercheurs publient un livre sur sa progression des cinquante dernières années
Littérature : "Toute Chose est belle en son temps" une oeuvre de Ranipoma Bernard Zoungrana
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés