Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à la « Transition » de l’opposition

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET • jeudi 10 décembre 2020 à 18h30min
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à la « Transition » de l’opposition

L’ancien président ivoirien, Henri Konan Bédié, a mis fin au « Conseil national de transition » proclamé par les partis d’opposition au lendemain des résultats provisoire de la présidentielle du 31 octobre 2020. Ce geste s’inscrit dans le cadre de l’organisation d’un dialogue national.

C’est sans doute « la transition » la plus courte de l’histoire politique africaine. Le 2 novembre 2020, 48 heures après la présidentielle, l’opposition ivoirienne avait annoncé la création d’un Conseil national de transition (CNT), qui devrait être présidé par l’ex-président Henri Konan Bédié (HKB). Un mois plus tard, le même HKB met fin à cette éphémère transition et ouvre la porte au dialogue, le mercredi 9 décembre 2020. « Je propose dès maintenant et urgemment, en accord avec toute l’opposition, l’organisation d’un dialogue national » (...) qui « remplace évidemment le CNT (Conseil national de transition) que l’opposition ivoirienne avait initialement proposé », a-t-il transmis aux médias.

En ce qui concerne le dialogue national, il appelle à une mobilisation de la population : « J’invite chaque Ivoirien dans chaque village, dans chaque ville à une grande marche pour le dialogue et la paix dont la date sera fixée dans les jours prochains. À cet effet, j’appelle les forces républicaines à encadrer pacifiquement cette grande marche. » HKB va encore plus loin pour demander « la libération immédiate des personnes arrêtées ces derniers mois », comme condition au dialogue national.

Cette sortie médiatique de Henri Konan Bédié intervient en moins d’un mois après sa rencontre avec le président réélu Alassane Ouattara pour ouvrir la page du dialogue. « C’était une première rencontre pour briser la glace et rétablir la confiance", a déclaré Alassane Ouattara. Et HKB d’ajouter : « Nous avons pu briser le mur de glace et le mur de silence ».
Le scrutin du 31 octobre 2020 avait occasionné des affrontements intercommunautaires. Selon le ministre de la Communication Sidi Touré, le bilan global s’établit à 85 morts et 484 blessés. Une crise avant le vote a provoqué la mort de 34 personnes.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 décembre 2020 à 19:19, par Nabiiga En réponse à : Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à la « Transition » de l’opposition

    C fut l’initiative insensé de Soro Guillaume qui, par la voie de cette transition mort-née, souhaitait s’extirper de tout ce dont il est accusé à commencer par les nombreuses malversations financières effectuées un par partout dans les organisations dont il était responsable. Ils ont vu la lumière. Tant mieux !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2020 à 21:14, par Moise En réponse à : Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à la « Transition » de l’opposition

    Comme disent les fille ; Garçon !!
    Je dirais:Hé Ivoirien !!
    Ils on baissé le froc et on va le payer cher avec le maintien du CFA rebaptisé ECO. On est pas sorti de l’auberge.

    Répondre à ce message

  • Le 11 décembre 2020 à 08:56, par SOME En réponse à : Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à la « Transition » de l’opposition

    je savais bien que cette classe politique ivorienne n’etait pas a la hauteur de la situation. On voyait bien qu’elle etait complice de ouattara et de tout le systeme de la francafrique et traitre a la cause des populations. Tout les problemes de la cote d’ivoire sont venus de ce monsieur bedie ; Malheureusement de faux conseillers ont induits Gbagbo en erreur qui l’aura compris trop tard. Soro pour sa part a compris depuis longtemps apres la victoire, d’ou ses deboires. Il a compris que l’avenir reviendrait a Gbagbo ou a lui meme. cette opposition ivoirienne a demontré la pourriture des classes politiques en afrique. En cela il faut savoir saluer la conscience politique des OSC et syndicats au burkina faso, au mali ou au niger.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 11 décembre 2020 à 12:08, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à la « Transition » de l’opposition

    Ah... On se plaint au Faso mais y a vraiment pire ailleurs. Ce monsieur en chiffres :

    * 87 ans, mais il prétend encore diriger un pays où plus de la moitié de la population a moins de 20 ans ;

    * Zéro popularité. La seule élection qu’il a "gagnée" est celle de 1995 où il avait écarté grâce à son "ivoirité" tous les candidats sauf Francis Wodié. Son choix de ne pas concourir en 2020 est l’aveu qu’il sait qu’il ne peut pas gagner. La fidélité "ethnique" dont il bénéficie, si elle demeure, ne suffit pas pour une majorité électorale face à un autre candidat valable.

    * Centaines : Ce sont les morts causés directement ou indirectement depuis son "héritage" du pouvoir en 1993. Entre les tueries xénophobes, les répressions sauvages de manifestations et les "blocages" comme ce qui vient de faire 85 morts en 2020, il a tué et fait tuer sans jamais se salir lui même les mains.

    * Milliards  : Ce sont les sommes détournées sur tout son parcours, depuis le poste d’ambassadeur aux USA jusqu’à la présidence, en passant pas les ministères qu’il a occupés. Le dernier "fait d’armes" en date est le détournement de 18 milliards donnés par l’Union européenne en 1999 pour les hôpitaux ivoiriens, avec son ministre de la santé d’alors, un certain Guikahué devenu secrétaire général du PDCI et dont il réclame aujourd’hui la libération.

    * 2 : C’est le nombre de fois où il a fait un bon choix en 60 ans de vie politique, en 2010 en s’alignant derrière Allasanne Dramane Ouattara pour le second tour de la présidentielle, et en 2015 dès le premier tour. Choix dont il a tiré tous les bénéfices politiques, personnels et financiers pendant 10 ans. Le reste du temps, soit il s’est noyé dans des bêtises du genre "ivoirité", soit il s’est laissé rouler dans la farine par ses "partenaires" du moment : Gbagbo Laurent et maintenant Soro Guillaume.

    * Zéro : C’est sa capacité à tirer les leçons du passé, faire preuve de sagesse et à quitter les choses avant qu’elles le quittent. A 87 ans et au soir de sa vie, il dispose pourtant d’un vivier important de jeunes cadres dynamiques capables dont il peut promouvoir la candidature en gardant la "tutelle". Mais il n’en veut pas, LUI ou rien !

    * 5  : C’est le nombre d’années qu’il lui reste (la durée du mandat présidentiel) pour :
    - S’agiter, réclamer qu’on recommence TOUT (la constitution qu’il a co-écrite et fait voter (!), la commission électorale, la présidentielle, etc...),
    - Réclamer qu’on libère ceux qui voulaient prendre le pouvoir avec lui par la force et par la rue, pour faire encore des morts en affrontements ethniques inutiles. En supposant, bien sûr que par égard pour son âge et son statut, on ne le fasse pas arrêter.

    Et dans son aveuglément, il croit que des pays Africains, Européens, voire l’ONU vont le soutenir ! Sans doute les restes des mensonges de Soro sur des "soutiens extérieurs" auxquels il croit encore.
    Et si Dieu lui prête vie, nul doute qu’en 2025, à 92 ans, il se portera encore candidat pour diriger la Cote d’Ivoire, son "royaume" dont il a fait la quasi-faillite entre 1993 et 1999.

    C’est vrai qu’on se plaint (avec raison) de nos hommes politiques au Burkina, mais franchement, il y a pire ailleurs...

    Répondre à ce message

  • Le 11 décembre 2020 à 18:23, par Ka En réponse à : Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à la « Transition » de l’opposition

    Bonjour mon ami SOME : Comment vas-tu avec ta famille là-bas ? Tu as raison de dire ‘’’’’je savais bien que cette classe politique ivoirienne n’était pas à la hauteur de la situation’’’’’

    L’opposition Ivoirienne qui est légitime, surtout a le droit de rectifier ce qui ne va pas, ne devait pas compter sur un politicien comme Bédié qui n’a plus toute sa tête, en oubliant toute ses bêtises qui a paralysées la Côte d’Ivoire a un certain moment : ’’A ne cité son Ivoirité qui était une doctrine aussi haïssable que celle du "rattrapage", surtout quand celle-ci se mue en une "Ivoirité à l’envers". En la matière, Ouattara n’est pas mieux que Bédié, qui lui-même n’est pas mieux que Gbagbo tous des étrangers en Côte d’Ivoire, ‘’’tous venaient des pays voisins Ghana Burkina et le Liberia.’’’’

    Quand on pense que Bédié haïssait Ouattara en oubliant dans sa triste mémoire, qu’il était le premier a délivré un mandat d’arrêt international contre un ex-premier ministre du nom ADO dans son pays ! Ou il a fait faire arrêter toute la direction du RDR et les envoyé à la prison centrale d’Abidjan, de nos jours on peut considérer monsieur Bédié un vrai rebelle, et on devait le mettre en prison pour rébellion et meurtre des ivoiriens en bandes organisées, qui a tué des innocents à cause de leur CNT ou la demande de la désobéissance civile et ses conséquences malheureuses de destruction de biens privés et publics, des blessés et des morts gratuits, comme d’autres opposants au Burkina voulait copier.

    Bédié oublie que ce qui caractérise le véritable homme d’état, c’est sa vision à long terme. Malheureusement, il n’y a plus de vrais hommes d’état en ce bas monde, tous les hommes politiques actuels qui se considèrent comme tels ne sont en fait que des combinards et leur horizon est très borné, limité à l’échéance électorale la plus proche. Bédié n’en a pas conscience de ce qu’il fait en ce moment, et cherche à prolonger sa misérable existence politique jusqu’au dernier jour.

    Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2020 à 06:51, par Passakziri En réponse à : Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié met fin à la « Transition » de l’opposition

    Tant mieux si le CNT disparaît comme il naquit . Mon vieux aller mettre Yombo et lavez les mains après, et le reste ira bien pour les ivoiriens. Surtout ne vous laissez plus jamais embarquer dans les aventures tordues du plus grand Mounafikum de la politique ivoirienne à savoir le Rakwega en fuite.

    Passakziri

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Afrique de l’ouest : Le Togo, 1er en matière de promotion de leadership féminin dans les instances de décisions (Banque Mondiale)
Nigéria : Des hommes armés kidnappent des lycéennes, plus de 300 filles portées disparues
Niger : Deux morts et près de 470 arrestations
Niger : La maison du correspondant de RFI, Moussa Kaka, incendiée
Mali : Reprise du procès du général Sanogo
Niger : Mohamed Bazoum remporte la présidentielle, l’opposition dénonce un hold-up électoral
Niger : Mohamed Bazoum élu président
Second tour présidentielle au Niger : Mohamed Bazoum prend de l’avance sur son rival
France : Bientôt la restitution des « biens mal acquis » aux populations spoliées en Afrique ?
RDC : L’ambassadeur d’Italie meurt suite à une attaque armée
Grippe aviaire : Le premier cas de transmission à l’humain détecté, selon la Russie
Second tour du scrutin présidentiel au Niger : Les électeurs choisissent leur président ce dimanche 21 février 2021
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés