Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il ne peut y avoir d’aujourd’hui, sans d’hier ou de lendemain, sans aujourd’hui.» Kim Jong-un

Législatives 2020 au Burkina : A Banfora, une plainte en justice contre le Nouveau Temps pour la Démocratie accusé de fraudes

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Élections 2020 • LEFASO.NET • samedi 28 novembre 2020 à 15h07min
Législatives 2020 au Burkina : A Banfora, une plainte en justice contre le Nouveau Temps pour la Démocratie accusé de fraudes

Des candidats de la mouvance présidentielle et de l’opposition ont affirmé, vendredi 27 novembre 2020 au cours d’une conférence de presse à Banfora, avoir porté une plainte en justice contre le Nouveau Temps pour la Démocratie. Le parti est accusé de fraudes électorales dans la Comoé, selon les plaignants.

Les candidats à l’origine de la plainte contre le NTD ont relevé des dysfonctionnements qui ont émaillé le scrutin. Pour preuve, ils évoquent le cas de la commune de Soukagniédougou où des bureaux de vote, à l’ouverture, ne disposaient pas de bulletins de vote aux législatives. Et pendant que les bulletins de vote manquaient, des spécimens de bulletins circulaient et étaient utilisés pour voter par les militants de certains partis politiques notamment le Nouveau Temps pour la Démocratie.

Pour eux, le véritable instigateur de cette pratique frauduleuse n’est personne d’autre que l’actuel 1er adjoint au maire de la commune de Soukagniédougou, Bamassi Soulama. Dans cette dynamique, ce dernier avait été arrêté puis mis en détention dans la nuit du 22 au 23 novembre 2020 avant d’être libéré par la police de Soukagniédougou, selon leur dire. Des dires réconfortés par un enregistrement vocal qu’ils disent détenir et qui incrimine directement l’actuel maire de Banfora, tête de liste du NTD aux législatives dans la province.

Dans la commune de Banfora, ils avancent que le scrutin a été caractérisé par l’inexistence de bureaux de vote dans plusieurs secteurs de la ville. Des citoyens détenteurs de cartes d’électeur n’ont pas retrouvé leur nom dans leur bureau de vote. Ce qui a amené des centaines d’électeurs à ne pas pouvoir accomplir leur devoir citoyen.

Par ailleurs, ils ont déclaré que des bulletins nuls non conformes constatés dans les urnes ont été comptabilisés pour le compte du NTD et même que des bulletins de vote ont été brulés après comptage dans certains bureaux de vote pour éviter toute contestation.

Des militants venus écouter la déclaration lors de la conférence de presse

Des cas d’intimidations et de corruptions électorales ont également été signalés. Il s’agit de la distribution d’argent, des pressions exercées sur les leaders et les populations de certains villages, la distribution de vivres, les promesses d’octroi de parcelles par le NTD.

Pour toutes ces raisons et ayant en leur dispositions suffisamment de preuves, les différents signataires de la déclaration, lue par Issouf Tou candidat aux législatives de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), ont décidé de porter plainte près le tribunal de grande instance de Banfora contre des responsables du nouveau temps pour la démocratie (NTD) et leurs complices pour infractions aux dispositions pénales du code électoral.

Ils ont promis de saisir également le REN-LAC pour une enquête plus approfondie sur le niveau de gravité de la corruption électorale qui a entachée le scrutin dans la comoé aux fins de poursuite judiciaire.
Les plaignants exigent également la reprise des élections dans la Comoé, à défaut, leur annulation dans les communes de Banfora et Soukagniédougou.

Les partis des candidats signataires :
Pour les partis de la mouvance présidentielle
• L’alliance travailliste pour le développement (ATD),
• Le parti pour le développement et le changement (PDC),
• Le mouvement pour le Burkina du futur (MBF)
Pour les partis de l’opposition :
• Le congrès pour la démocratie et le progrès (CDP),
• La nouvelle alliance pour le Faso (NAFA),
• L’union pour le progrès et le changement (UPC),
• L’alliance pour la démocratie et la fédération/rassemblement démocratique africain (ADF/RDA),
• Le mouvement agir pour le Burkina.

K G M
Lefaso.net





Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Elections municipales de 2021 : Le parti HAWRE recommande des concertations inclusives pour éviter les crises
Législatives du 22 novembre 2020 : Le Conseil constitutionnel valide le scrutin
Processus électoral au Burkina : Une enquête révèle la place prédominante de l’argent pendant la campagne
Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)
Scrutin du 22 novembre 2020 : Le Président chinois félicite Roch Kaboré pour sa réélection
Élections couplées 2020 au Burkina : Les désagréments « n’ont pas été faits à dessein », notent deux OSC
Elections couplées 2020 au Burkina : Le CISAG appelle à une réforme urgente de la CENI
Législatives de novembre 2020 : En dépit du score réalisé, le Mouvement « SENS » place sa confiance aux « graines semées »
Elections 2020 au Burkina : L’Organisation FASO NEEMA salue la maturité démocratique des acteurs
Elections législatives du 22 novembre 2020 : Liste provisoire des élu(e)s
Réélection de Roch Kaboré : La lutte contre la corruption aura-t-elle une oreille attentive ?
Elections présidentielle et législatives : Voici les grands perdants du scrutin du 22 novembre 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés