Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il ne peut y avoir d’aujourd’hui, sans d’hier ou de lendemain, sans aujourd’hui.» Kim Jong-un

Corruption dans l’administration des douanes au Burkina : Un programme anti-corruption mis en place pour inverser la tendance

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • jeudi 19 novembre 2020 à 21h00min
Corruption dans l’administration des douanes au Burkina : Un programme anti-corruption mis en place pour inverser la tendance

La direction générale des douanes veut lutter efficacement contre la corruption qui mine ses activités. En effet, elle occupait en 2019 le deuxième rang des institutions les plus corrompues au Burkina Faso selon le classement du REN-LAC. Pour changer la donne, l’administration des douanes a officiellement lancé ce 19 novembre 2020, son programme anti-corruption et de promotion de l’intégrité. Le programme bénéficie de l’appui technique de l’Organisation mondiale des douanes et de l’accompagnement de l’Agence norvégienne de coopération pour le développement.

Le programme anti-corruption et promotion de l’intégrité (A-CPI) s’inscrit dans le cadre de la promotion de la déclaration d’Arusha signée en 1993 et révisée en 2003. En effet, cette déclaration est une matérialisation de la volonté de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) à lutter contre la corruption. Une lutte qui ne saurait être efficace que dans le cadre d’efforts déployés globalement à l’échelon national selon l’OMD.

La déclaration d’Arusha stipule également qu’un programme national efficace en matière d’éthique douanière doit tenir compte de 10 facteurs principaux que sont entre autres la conduite et l’engagement des responsables, le cadre règlementaire, la transparence, l’autonomisation, les réformes de modernisation, les contrôles et enquêtes, etc.

Adama Nana, inspecteur technique principal représentant le directeur général des douanes.

Mis en œuvre depuis janvier 2019 et devant s’étendre jusqu’en 2024, le programme a déjà permis de réaliser plusieurs activités. Il s’agit notamment de l’élaboration du guide d’éthique douanière et de l’état des lieux de la lutte contre la corruption au niveau des administrations douanières. Le lancement du programme intervenu ce 19 novembre, coïncide avec celui de l’activité n°5 qui va consister à recueillir l’avis des contributeurs.

" Nous avons constitué des groupes de travail qui vont réfléchir sur les facteurs clés de la déclaration d’Arusha. Chaque groupe va travailler sur 2 des 10 facteurs. Un groupe va par exemple se pencher sur son ressenti, son avis sur l’engagement des premiers responsables de l’administration des douanes à lutter contre la corruption. Ces contributions seront ensuite traitées par le programme et un document sera produit pour donner l’avis à l’interne des agents de douanes en ce qui concerne la lutte contre la corruption", a laissé entendre Adama Nana, inspecteur technique principal représentant le directeur général des douanes.

Vue des participants

Un comité a été créé au niveau de la Direction générale des douanes pour assurer la mise en œuvre du programme A-CPI. Il est chargé de faire l’état des lieux en matière de lutte contre la corruption, d’identifier les actions réalisées, d’élaborer un plan d’actions, de proposer des pistes de coopération, de rédiger un document d’information et de faciliter la réalisation d’un sondage relatif à la perception de l’intégrité des douanes.

Le programme A-CPI concerne 17 pays dans le monde dont 12 en Afrique et 2 au niveau de l’UEMOA, tous identifiés par l’Organisation mondiale des douanes.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion du fret : L’Union des chauffeurs routiers du Burkina apporte son soutien au Conseil burkinabè des chargeurs
Loi des finances 2021 : La Maison de l’entreprise explique les nouvelles dispositions fiscales aux entreprises burkinabè
Région du Sahel : La Banque africaine de développement s’engage à mobiliser 6,5 milliards USD pour l’Initiative de la Grande muraille verte
Environnement : La BAD montre l’exemple et consacre plus de 36% de ses approbations aux financements climatiques
2020 au Burkina : Une économie beaucoup éprouvée
Rupture du réseau dans les services d’impôts : Tout est mis en œuvre pour résoudre le problème, assure le directeur général
Intégration africaine : La zone de libre-échange continentale en vigueur depuis le 1er janvier
Gouvernance économique et financière au Burkina : Le CIFOEB invite le chef de l’Etat à une gestion par l’exemplarité
Secteur privé burkinabè : La Maison de l’entreprise certifie 23 consultants
Partenariat entre la CARFO et le Trésor public : Des rencontres en vue d’améliorer les prestations de services
Autoroute transafricaine Tanger-Lagos revigorée : Le Burkina Faso se positionne en carrefour incontournable pour la libre circulation civile et commerciale de toute l’Afrique de l’Ouest
Burkina Faso : Le ministère du Commerce récompense les mérites de 233 acteurs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés