Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Élections couplées 2020 au Burkina : Le Chef de file de l’opposition fait part de ses réserves au Président de la CENI

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Élections 2020 • Déclaration • mercredi 18 novembre 2020 à 15h35min
Élections couplées 2020 au Burkina : Le Chef de file de l’opposition fait part de ses réserves au Président de la CENI

Suite à des informations de la presse relayant des propos des responsables de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sur la possibilité de proclamer dès le 23 novembre, des résultats des élections couplées du 22 novembre, le Chef de file de l’Opposition a tenu à faire part de ses réserves au Président de la CENI.

Pour l’Opposition, il est important que toutes les précautions soient prises pour une confirmation des différents résultats avant toute proclamation. Or, en tenant compte des délais de dépouillement dans les bureaux de vote, des délais de transmission de ces différents résultats au niveau des centres de compilation, et du travail de vérification, de sommation et de confirmation qui doit s’y dérouler, il parait irréaliste d’avoir des résultats fiables et acceptés par tous pour une proclamation des résultats dès le 23 novembre 2020.

Pour l’Opposition politique, le Burkina n’est pas tenu de battre des records de vitesse en matière de proclamation des résultats. La loi donne des délais qui vont largement au-delà du 23 novembre, et qui doivent être mis à profit pour une confirmation des résultats par l’ensemble des acteurs. Vouloir faire autrement, c’est courir le risque de faire des erreurs et de semer les graines d’une crise postélectorale.

Les inquiétudes de l’Opposition sont renforcées par le fait que cette fois-ci, contrairement aux fois passées, le système traditionnel de VSAT qui transmet les résultats est défaillant et sera remplacé par un opérateur privé.

Hormis les grands partis qui ont des représentations locales sur l’ensemble du territoire, la vérification et la confirmation par la majorité des partis sur les scores obtenus ici et là peuvent prendre plus d’une journée. A cela s’ajoute le fait que des contestations des résultats des centres de compilation peuvent survenir, entrainant des vérifications supplémentaires avant la confirmation définitive.

Pour toutes ces raisons, nous devons prendre le temps de bien faire les choses.
L’Opposition politique burkinabè est attachée à la plus grande transparence de ce scrutin. Comme tous les Burkinabè, elle souhaite des élections apaisées. Mais elle n’acceptera pas que les résultats du 22 novembre soient traités dans la précipitation.

L’Opposition politique espère avoir l’occasion d’exprimer de vive voix ces inquiétudes aux responsables de la CENI.

Banfora, le 18 novembre 2020

Le Chef de file de l’Opposition

Zéphirin DIABRE

Vos commentaires

  • Le 18 novembre 2020 à 18:17, par Vérité En réponse à : Élections couplées 2020 au Burkina : Le Chef de file de l’opposition fait part de ses réserves au Président de la CENI

    Rien ne sert de se précipiter. Le décompte de fera bureau par bureau commune par commune dans un délais constitutionnel . Ceux qui entendent frauder détrompez vous car tout se decantera à la loupe de la transparence. Au stop de la CENI ne passe aucun microbe frauduleux

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2020 à 20:47, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Élections couplées 2020 au Burkina : Le Chef de file de l’opposition fait part de ses réserves au Président de la CENI

    Tiens donc... On dirait que Donald Trump a inspiré les gens bien loin de chez lui sur ce que doit être la "vérité". Cette sortie ressemble franchement à une tentative d’intimidation de la CENI, car on ne saurait imager que son auteur ne connait pas le code électoral.

    Visiblement, le chef de file de l’opposition croit que selon les lois de ce pays, LUI doit accepter les comptes de la CENI avant qu’elle ait le droit de les proclamer. En effet, il dit :
    "il parait irréaliste d’avoir des résultats fiables et acceptés par tous pour une proclamation des résultats."
    Plus loin encore, il dit : "Hormis les grands partis qui ont des représentations locales sur l’ensemble du territoire, la vérification et la confirmation par la majorité des partis sur les scores obtenus ici et là peuvent prendre plus d’une journée."

    Quelqu’un devrait lui dire et lui faire lire dans la constitution et le code électoral que si les partis ont le droit de compiler leurs propres résultats pour accepter ou contester les chiffres de la CENI, ce n’est pas à eux de dire à cet organisme INDEPENDANT ce qu’il doit faire. Les résultats proclamés dans un premier temps par la CENI (dont l’opposition est membre !) sont toujours provisoires, et seuls ceux proclamés par le conseil d’état (ou conseil constitutionnel selon le cas) deviennent définitifs. C’est d’ailleurs pourquoi c’est le conseil qui reçoit les réclamations et non la CENI, et que le code donne plusieurs jours pour cela aux partis.

    Cet écrit n’est donc rien d’autre qu’une tentative d’imposer un "nouveau" code électoral de l’invention de son auteur, qui a pourtant l’expérience des élections. Ou bien ce sont d’autres personnes qui ne sont plus là qui s’occupaient des choses pour lui ? Les dérapages incontrôlés de M. Zéphirin Diabré s’accumulent ces derniers jours, que se passe-t-il ?

    PS : J’attends avec l’eau à la bouche la réponse de Newton Hamed Barry !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2020 à 22:06, par Nabiiga En réponse à : Élections couplées 2020 au Burkina : Le Chef de file de l’opposition fait part de ses réserves au Président de la CENI

    Qui est ce chef de famille qui ne connaît pas chez lui ? Voilà. Si le chef de la CENI déclare que son organisation sera en mesure de proclamer les résultats, c’est parce qu’il n’est pas sans maîtriser ce qui s’y passe et, selon ce qu’il voit, il lui sera possible de proclamer les résultats. Où est le problème encore moins le souci ? Attendons de voir. Si tu jures pouvoir doter notre pays des tunnels à partir de la mer, nous, on te regarde et n’y peut rien car tu sais, et tu connais les préparatifs qui sont en cours dans ton parti pour lancer la construction de tes tunnels, lesquels préparatifs t’ont poussé a juré ce que tu promets, non ? Voilà ! Toi, comme nous, attendons de voir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2020 à 00:26, par David En réponse à : Élections couplées 2020 au Burkina : Le Chef de file de l’opposition fait part de ses réserves au Président de la CENI

    PANIQUE GÉNÉRALISÉE AU SEIN DE L’OPPOSITION QUI VOIT VENIR A VIVE ALLURE LE UN COUP KO PROPRE SUR EUX.
    Depuis quand, un candidat à l’examen du BAC va exiger de son jury d’examen de retarder la proclamation des résultat, sous prétexte qu’il peut avoir des erreurs ? Non, le candidat prend sin relevé, s’il n’est pas satisfait, il fait ses recours au même jury. Le président du jury, les autres membres et les professeurs correcteurs, ne savent-ils pas ce qu’ils font ? Ont-ils usurpés leurs titres et les prérogatives qui sied ?
    Mr. Zephirin Diabré, la CENI en toute liberté et indépendance proclame les résultats, selon son agenda qui lui est propre. Si vous avez des recours, libre à vous de saisir la Cour Constitutionnel ou le Tribunal Administratif selon mes cas. Zephitin Diabré a t-il perdu le nord ou qu’est-ce qui l’arrive ?
    La CENI est composé de un tiers pour l’opposition, un tiers pour les OSC et un tiers pour la majorité. Cet équilibre en terme de représentativité est appliquée au niveau de tous les démembrements de la CENI ? Quel est alors le problème de Mr. Zephirin Diabré ? Le fichier électoral a été audité et il est bien propre. Sur quoi alors Zephirin Diabré peut-il se fonder pour avoir peur ?
    En vérité, Zephirin Diabré a très peur du un coup KO qui l’attend au soir du 22 novembre. Cette éventualité qui est maintenant certaine, le traumatise. Il est en train de dire à la CENI de ne pas donner les résultats dès le 23 novembre. Il croit pouvoir retarder le coup de gong qui va matérialiser sa défaite par un coup KO.
    Chez Mr. Zephirin Diabré, c’est la panique généralisée et avec lui, c’est toute l’opposition qui est aux abois. Ils sont tous conscients de leur double défaited au soir du 22 novembre. Ce qui les traumatise plus, c’est leur défaite collective propre, par un coup KO. Ils en sont tous conscients et ils savent que c’est inévitable. Parce que le MPP et ses alliés sont sur le terrain et ont de très bons relais partout au BF. En plus le bilan du Président Rock, en terme de réalisations pour les populations crèvent les yeux. Aucun mensonge ne peut noircir ces faits.
    Sous l’effet irrésistible du puissant rouleau compresseur de l’équipe de campagne du MPP et de ses allies, c’est HAKUNA MATATA !!! KOUMA BANA !!!
    GOMA SÊME !!!
    Plus que 3 petits jours, nous allons sabrer le bon champagne pétillant, pour célébrer la double victoires bien méritées du MPP et de ses alliés
    HAKOUNA MATATA !!!
    KOUMA BANA !!!
    GOMA SÊME !!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2020 à 10:42, par Bikpieb En réponse à : Élections couplées 2020 au Burkina : Le Chef de file de l’opposition fait part de ses réserves au Président de la CENI

    C’est tout de même une institution indépendante d’Etat, portons lui confiance tout en gardant un œil vérificateur.
    bon vent aux candidats

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2020 à 14:51, par Séraphin Pierre En réponse à : Élections couplées 2020 au Burkina : Le Chef de file de l’opposition fait part de ses réserves au Président de la CENI

    Le Chef de File de l’Opposition a parfaitement raison.

    La précipitation sera source d’erreurs et favorisera la fraude qui ne passera jamais en 2020. Il vaut mieux prendre le temps et valider les résultats au lieu de se précipiter.

    Nous avons appris ce soir que le Logo d’un Parti politique (ODT) a été ôté du bulletin des législatives à Ouagadougou et remplacé par celui d’un parti qui n’est pas en compétition. Nous espérons que cela sera corrigé avant les élections et que les responsables, s’il s’agit d’une modification préméditée seront punis conformément à la loi. Sinon, vous allez reprendre les élections à Ouagadougou.

    Aussi, nous osons croire que c’est seulement à Ouagadougou que le problème existe. Nous vous invitons à faire les vérifications nécessaires dès demain et à faire les corrections nécessaires afin de ne pas semer les graines d’une crise postélectorale.

    Les fraudes ne seront pas tolérées en 2020 car, nous n’avons pas besoin d’un fraudeur comme Président ou Député. Que ceux qui s’y préparent le comprennent bien.

    Nous restons vigilants et aucune fraude ne sera tolérée.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2020 à 16:22, par Mkouka En réponse à : Élections couplées 2020 au Burkina : Le Chef de file de l’opposition fait part de ses réserves au Président de la CENI

    Toujours medisant, toujours a suspecter ce Diabre. Pourtant la CENI a repondu a ses demands afin que ca se passe transparent, credible et paisible. Mais pour Zeph tout sera faut tant que ca ne sera pas lui. Un glissement menancant pour la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2020 à 18:03, par EBENEER En réponse à : Élections couplées 2020 au Burkina : Le Chef de file de l’opposition fait part de ses réserves au Président de la CENI

    A mon humble avis, je pense que c’est le décompte des voix par bureau de vote, la publication des résultats par bureau de vote, la transmission des résultats aux CECI, CEPI, CERI (s’il y a CERI) et CENI qui posent éventuellement un problème ; sans oublier que chaque structure surtout les CEPI doivent vérifier la compilation des CECI car il n’est évident qu’à ce niveau, l’on dispose d’un logiciel adapté.
    En principe avec les logiciels existants modernes de nos jours la compilation aux niveaux provincial, régional et national est très facile car une fois que les données sont saisies les résultats globaux sont générés automatiquement..
    Toutefois la CENI doit assurer les uns et les autres (gouvernants et opposants) que le logiciel est au top afin d’éviter les querelles inutiles.
    Il va s’en dire que les représentants des uns et des autres à la CENI ainsi que dans ses démembrements (surtout CEPI et CERI) doivent maîtriser l’outil informatique (Excell en l’occurrence) pour dissuader ceux qu’ils représentent.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Elections couplées de novembre 2020 : Le PNUD et le NDI capitalisent l’accompagnement apporté aux candidates
Elections municipales de 2021 : Le parti HAWRE recommande des concertations inclusives pour éviter les crises
Législatives du 22 novembre 2020 : Le Conseil constitutionnel valide le scrutin
Processus électoral au Burkina : Une enquête révèle la place prédominante de l’argent pendant la campagne
Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)
Scrutin du 22 novembre 2020 : Le Président chinois félicite Roch Kaboré pour sa réélection
Élections couplées 2020 au Burkina : Les désagréments « n’ont pas été faits à dessein », notent deux OSC
Elections couplées 2020 au Burkina : Le CISAG appelle à une réforme urgente de la CENI
Législatives de novembre 2020 : En dépit du score réalisé, le Mouvement « SENS » place sa confiance aux « graines semées »
Elections 2020 au Burkina : L’Organisation FASO NEEMA salue la maturité démocratique des acteurs
Elections législatives du 22 novembre 2020 : Liste provisoire des élu(e)s
Réélection de Roch Kaboré : La lutte contre la corruption aura-t-elle une oreille attentive ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés