Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

Promotion de la filière tomate : Les acteurs se professionnalisent avec la mise en place d’un bureau national

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 11 novembre 2020 à 11h30min
Promotion de la filière tomate : Les acteurs se professionnalisent avec la mise en place d’un bureau national

Les 9 et 10 novembre 2020 s’est tenue à Koudougou, l’Assemblée générale constitutive de l’interprofession de la filière tomate du Burkina (INTERTOMATE-BF). Deux points étaient à l’ordre du jour : l’adoption des statuts et du règlement intérieur et la mise en place des organes de l’interprofession de la filière tomate du Burkina Faso.

C’est par une Assemblée générale constitutive que l’organisation interprofessionnelle de la filière tomate a mis en place son nouveau bureau composé de 12 membres. Cette nouvelle structure dénommée ‘’intertomate-BF’’ a été mise en place dans le souci de travailler pour le développement de la filière tomate qui rencontre de nombreuses difficultés. Elle regroupe tous les acteurs de la filière tomate des 11 régions du Burkina Faso.

Samuel Bouda, le tout nouveau président de cette structure, entend œuvrer avec son équipe pour la promotion de la filière tomate et travailler pour l’intérêt général de tous les acteurs. « Nous allons travailler pour que tous les acteurs de la filière tomate puissent bénéficier, à travers les formations, des sensibilisations pour la bonne marche de la filière. » dit-il. Il invite par ailleurs tous les acteurs à s’impliquer dans toutes les actions que l’interprofession va entreprendre afin d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixée. Aussi, dans le souci de prôner la recherche de la transparence et le devoir de redevabilité auprès de tous les acteurs de la filière tomate, l’Assemblée générale constitutive a également établit une commission de contrôle composée de 3 membres afin de suivre et contrôler les différentes actions du nouveau bureau.

Chistophe Kiemtoré, directeur de l’organisation des producteurs et de l’appui aux institutions rurales

L’Etat burkinabè s’attache à la promotion de l’interprofession dans les filières prometteuses

L’organisation des acteurs est un point important pour promouvoir les filières et les emmener à prendre en main la destinée de leur filière. Une raison valable qui justifie l’accompagnement du ministère de l’Agriculture qui s’attache à promouvoir l’interprofession dans les filières prometteuses. Pour Chistophe Kiemtoré, directeur de l’organisation des producteurs et de l’appui aux institutions rurales, au-delà de l’accompagnement de son ministère, c’est le souhait de voir un élargissement de la base de cette filière et comme rappel, il déclare : « Il faut que chaque maillon se mette en marche pour élargir sa base au maximum, parce qu’une interprofession est une organisation nationale et chaque profession doit représenter au moins 50% des acteurs et du produit au niveau national. »

Photo de famille des participants

Il précise également que sa structure joue le rôle d’appui-conseil afin de suivre et corriger les erreurs de cette nouvelle structure. « Vous devez beaucoup communiquer, la transparence et la délégation de pouvoir doivent être prises en compte. Vous représentez les acteurs de la tomate au niveau national. Et sachez qu’une organisation ne vit que par ses membres. » a-t-il conclu

Un nouveau souffle pour la filière tomate

Notons que la mise en place de cette structure a été le fruit d’un dur labeur. En effet selon Harouna Ilboudo, secrétaire général de la nouvelle structure intertomate-BF, c’est une lueur d’espoir pour eux de voir la création de cet organe de gestion de la filière tomate. Il précise ensuite qu’au vu des difficultés que rencontre ladite filière, cela pourra apporter un nouveau souffle à la structure. Des difficultés existent à chaque maillon de la chaine : le problème de semence au niveau de la production, celui de la tracasserie routière et le choix de l’outil d’achat au niveau de la commercialisation. Quant au maillon de la transformation, elle est juste embryonnaire. Une réalité qui conduit les nouveaux élus à interpeler l’Etat à se pencher sur leur situation afin de les aider à mieux promouvoir la filière tomate au Burkina Faso.

Photo des membres du bureau et la commission de contrôle

P.O
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 novembre 2020 à 13:54, par TANGA En réponse à : Promotion de la filière tomate : Les acteurs se professionnalisent avec la mise en place d’un bureau national

    C’est bien de s’organiser oui.
    Mais voyez, tu te lèves un matin et après avoir travaillé dur tu regarde l’actualité et tu vois filière X organisée à ; c’est bien.
    Ma peur est que nous ne finissons comme des cotonculteurs. C’est à dire que l’on travaille mais que l’on ne gagne pas ; que ce soient des cols blancs qui ne savent pas tenir la daba qui soient payés par ce que il y a des producteurs mais que les producteurs ne gagnent rien. En effet, quand un producteur dit avoir gagner, ce n’est que de la fumée dans les yeux car si il devait payer sa main d’oeuvre, il n’aura rien.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Programme de certification au métier de consultant et de conseiller d’entreprise : 38 auditeurs mis sur le marché
Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un enfant parce qu’il est handicapé, c’est fermer la porte de toutes les opportunités à cet enfant », selon Abdoulaye Traoré président de la CORAH/HBS
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a beaucoup d’argent à prendre dans la circulation !
Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le Burkina a enregistré 238 nouveaux cas de lèpre en 2022 dont huit enfants », Dr Ilboudo, dermatologue-vénérologue
Incendie à « Sankar-Yaaré » de Ouagadougou : Environ 70% des boutiques sont parties en fumée, selon le ministre du commerce Serge Poda
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés suite à l’attribution d’une réserve administrative à un particulier
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Le syndicat national des commerçants soutient les sinistrés et les encourage à se ressaisir
Femmes et pratique des arts martiaux : Philippe Sawadogo explique des raisons des réticences
BCB golf challenge 2023 : Salif Samaké et Justine Sanou sacrés meilleurs joueurs de la 2e édition
Construction de la Cour d’appel de Ouagadougou : Plus de six milliards de francs CFA mobilisés pour les travaux
Autosuffisance alimentaire au Burkina : La question de la maîtrise d’eau au centre d’une réflexion à Ouagadougou
Ouagadougou : Le marché Sankar-Yaaré ravagé par le feu, "des centaines de boutiques" parties en fumée
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés