Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En élection, il faut à la fois espoir et audace.» François Hollande

Campagne "rentrée scolaire en toute sécurité routière" : Focus sur les jeunes et le risque routier

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 27 octobre 2020 à 16h30min
Campagne

Le ministre en charge de la mobilité urbaine, Vincent Dabilgou, a procédé, ce mardi 27 octobre 2020 au lancement de la deuxième édition de la campagne « rentrée scolaire en toute sécurité routière » au CENASA à Ouagadougou. Cette campagne est une initiative de l’Office national de la sécurité routière (ONASER). Le thème retenu pour cette année académique 2020-2021 est « jeune et risque routier ». Elle a été coparrainée par le ministre de l’Education nationale, Stanislas Ouaro.

La route endeuille chaque année des familles au Burkina Faso. La route tue et fragilise ceux qui continuent de prendre des risques majoritairement les jeunes. Il est donc temps que cela cesse dans nos villes et cela doit passer par le ferme engagement de toutes et tous dans la lutte quotidienne contre l’insécurité routière.
C’est fort de ce constat macabre qu’en cette année scolaire l’Office national de la sécurité routière (ONASER) interpelle tout un chacun à prendre des mesures idoines afin de contribuer à réduire le nombre des accidents. C’est ce qui explique l’intérêt de la présente campagne de la promotion de la sécurité routière dans la ville de Ouagadougou.

présidium, Moussa Belem, premier adjoint au maire (gauche), Vincent Dabilgou, ministre des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière (milieu) et Adama Kouraogo, DG ONASER

Rachid Paré, élève en classe de 1re A4 au lycée Philippe Zinda de Ouagadougou et porte- parole des élèves, a salué cette opération de l’ONASER au profit des principales cibles que sont les élèves et étudiants. Pour lui, la visée de cette campagne est d’amener le public cible à prendre conscience des conséquences des accidents de la circulation routière et à adopter des bonnes attitudes. « La voie fait des handicapés, diminue les ressources humaines de la nation » a-t-il relevé.
Selon Vincent Dabilgou, des dépenses sont faites chaque année pour lutter contre l’insécurité routière au Burkina.

Mais pour venir à bout il était donc nécessaire d’impliquer tout le monde, surtout les élèves et les étudiants qui sont la frange la plus vulnérable. « La question de l’insécurité routière est une question de changement de comportement. Chacun doit assumer sa sécurité routière. Si on ne sait pas ce que c’est que le code de la route, c’est difficile de circuler. Il faut éduquer et sensibiliser les acteurs de la voie sur le respect des normes routières » a indiqué le président de la cérémonie, Vincent Dabilgou.

participants

En plus, des engagements ont été pris de part et d’autres pour vaincre l’insécurité routière. Les élèves et étudiants, se sont engagés à ne plus conduire sous l’effet de l’alcool, de toujours porter leur casque avant d’emprunter la voie et à participer à la promotion de la sécurité routière qui est déjà organisée au profit des élèves par la voix de leur représentant, Rachid Paré . Les parents quant à eux s’engagent à enseigner le code de la route à leurs enfants en les inscrivant à l’auto-école.

En 2019 les statistiques de la police nationale ont fait état de 6.123 accidents avec 2.529 blessés et 89 tués. Selon l’Organisation mondiale de la santé, les accidents de la circulation constituent la première cause de mortalité dans la tranche d’âge de 15 à 29 ans. Du matériel routier a été donné au bureau du club de sécurité routière installé au lycée Philippe Zinda.

Dofinitta Augustin Khan (Stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Recrutement frauduleux à la CNSS : La CGT-B/CNSS s’interroge sur la responsabilité du directeur général de la Caisse
Eau et assainissement : Implantation de six forages dans le village de Kolan, commune de Toma
Campagne agricole de saison sèche au Burkina : Plus de 130 000 tonnes de céréales sont attendues d’ici à 2021
Lutte contre le Covid-19 et le paludisme : Les démographes du Burkina initient un don de sang
Gestion des ressources pastorales : Le projet SOM présente les résultats de ses recherches
Enseignement à distance au Burkina : L’Université virtuelle reçoit un studio d’enregistrement mobile
Santé : Bilan satisfaisant de la mise en œuvre du Système intégré de transport des échantillons biologiques
Transfert de compétences aux communes : Le ministère de l’éducation et les collectivités font le point des acquis
Lutte contre les hépatites virales : L’ONG REVS+ organise une campagne de dépistage et de plaidoyer du 23 au 29 novembre
Changement climatique : Les acteurs du Centre-Est outillés pour une Contribution déterminée au niveau national plus pertinente
Santé mentale : L’ONG Christoffel Blinden Mission poursuit le renforcement de capacités des acteurs du Nord
Election couplée 2020 : Les blessés de l’insurrection populaire et du coup d’Etat invitent la population à la non-violence
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés