Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus il y a de candidatures pour une élection présidentielle, moins on préservera l’environnement.» Édith Boukeu Journaliste-fact Checker, Cameroun

Culture et démocratie : Comment concilier les deux dans le cadre de la cohésion nationale ?

Accueil > Actualités > Opinions • LEFASO.NET • mercredi 21 octobre 2020 à 20h30min
Culture et démocratie : Comment concilier les deux dans le cadre de la cohésion nationale ?

De nos jours, l’évolution dans plusieurs domaines de la vie, les activités professionnelles amènent parfois les individus à s’éloigner les uns des autres. Nous constatons cet isolement également chez les plus jeunes car, ils ont pour la plupart tout ce qu’il faut pour se divertir à la maison.

Ainsi, il est rare de voir aujourd’hui des jeux d’enfants dans la ville. Lorsque vous arrivez dans plusieurs arrondissements, les portes des maisons sont toujours fermées et les enfants à l’intérieur. Cet individualisme peut être un obstacle à la cohésion nationale car, les individus préfèrent rester dans leur « zone de confort » au lieu de s’ouvrir aux autres, s’ouvrir à d’autres perspectives.

Pourtant en s’ouvrant aux autres et à d’autres possibilités, on apprend toujours quelque chose de nouveau dans la culture de l’autre qui nous permettra de mieux le comprendre, de mieux accueillir ses dires et d’accepter qu’il donne son point de vue sur quelques sujets qui concerne la société et qu’il ait des idées différentes des nôtres. Mais, pour arriver à ce stade, il est nécessaire de savoir ce qu’est la culture et la démocratie.

Selon le sociologue québécois Guy Rocher, la culture est « un ensemble lié de manières de penser, de sentir et d’agir plus ou moins formalisées qui, étant apprises et partagées par une pluralité de personnes, servent, d’une manière à la fois objective et symbolique, à constituer ces personnes en une collectivité particulière et distincte » (Guy Rocher, 1969, 88).

Quant à la démocratie du grec demos qui signifie peuple et de kratos qui signifie pouvoir, c’est un système dans lequel l’élaboration des règles de la société est instituée par le peuple qui doit les respecter. Dans cette notion, nul ne doit imposer des règles aux autres et chacun doit avoir la même possibilité de participer au fonctionnement de la société.

Ainsi, comment peut-on concilier ces deux notions de culture et de démocratie pour une bonne cohésion nationale ?
Étant dans un contexte d’identité culturelle, la cohésion nationale devient une aspiration, un idéal à poursuivre. Par conséquent c’est un travail quotidien à faire. Ainsi, pour une bonne cohésion nationale qui concilie culture et démocratie, il serait important de :

Faire de l’éducation à la citoyenneté responsable et à la cohésion sociale

Cette éducation commence dès la famille. Les parents doivent bien s’imprégner de cette notion afin de l’apprendre à leur tour aux enfants. Cet apprentissage devrait se faire par des mots mais plus par la pratique. Cela signifie que les parents doivent donner le bon exemple afin que les enfants puissent suivre leurs pas. Après la sphère familiale, les écoles, lycées et collèges doivent prendre la relève.

Lutter efficacement contre les inégalités dans la société

L’inégalité dans la société se fait ressentir presqu’à tous les niveaux. Cette inégalité qui peut prendre plusieurs formes est parfois à la base des disputes dans la société, dans nos différentes communautés. Cela est sans doute lié au fait que les riches veulent être de plus en plus riches et se donnent tous les moyens pour y arriver. Pendant ce temps, les pauvres deviennent de plus en plus pauvres. Cette situation créée des frustrations qui pourrait si on n’y prend garde porter atteinte à la cohésion sociale.

Accroître les actions permettant de briser le repli identitaire

Le repli identitaire empêche les uns et les autres d’être toujours ensemble. En effet, dans ce contexte identitaire, les individus se regroupent en fonction de leur appartenance ethnique, ou sociale. Pour permettre à tous les individus de se retrouver sans s’identifier à un groupe précis, il serait intéressant d’organiser des activités qui intéressent la communauté et qui rapprochent les membres de la communauté. La cohésion nationale se ressent plus par exemple pendant les matchs de football du Burkina Faso. Ainsi, il n’y a plus d’identité culturelle mais, une nation à défendre, à suivre, à encourager.

Retour à nos valeurs

Il n’y a rien de telle que d’avoir des valeurs et de travailler dans le sens de ses valeurs. Selon monsieur CISSE, nous avons plusieurs types de valeurs. Il s’agit des valeurs sûres, des sous-valeurs, des valeurs en général et des valeurs personnelles.
Lorsque nous étudions ces valeurs, nous nous rendons compte qu’elles ne contredisent ni la notion de démocratie ni la notion de culture. Ainsi, revenir à nos valeurs pourrait favoriser une meilleure cohésion sociale.

Enseigner la Charte du Kurukan Fuga :

Le Kurukan Fuga ou Charte du mandé est selon moi un bon exemple de conciliation de la notion de culture et de démocratie dans la recherche de la cohésion nationale. En effet, ce document prend en compte les deux notions et il a fait ses preuves. Il est plein de valeur et serait à la base des droits humains.

Pour bien concilier ces deux notions pour une meilleure cohésion nationale, elles ne doivent pas être prises isolement. La cohésion nationale est un travail quotidien qui nécessite la collaboration de tous et de toutes.

PHA
(https://familleetcnv.family.blog/)

Vos commentaires

  • Le 22 octobre à 10:00, par Le citoyen En réponse à : Culture et démocratie : Comment concilier les deux dans le cadre de la cohésion nationale ?

    Belle analyse, merci beaucoup pour votre proposition. L’individualisme du Burkinabè s’accentue grave et très grave même, ce qui n’est pas du tout une bonne chose. Il faut revoir notre style de vie.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 10:05, par kwiliga En réponse à : Culture et démocratie : Comment concilier les deux dans le cadre de la cohésion nationale ?

    Si les constats me paraissent indiscutables, l’analyse passe à mon sens, à coté du véritable problème.
    L’intitulé de l’article, ne devrait-il pas plutôt opposer "culture et néo-capitalisme" ?
    Des cours fermées, des enfants qui jouent seuls, la perte de nos valeurs (familiales, culturelles,...), tout cela n’est-il pas davantage représentatif d’un repli individuel, que d’un repli identitaire ?
    Le système capitaliste à rongé l’occident en un siècle, il mangera nos valeurs en moitié moins de temps.
    Enfin, d’après Warren Buffet, c’est déjà fait. Il a peut-être bien raison.
    J’en profite pour signaler, au-delà de tout le respect que l’on doit à JFK, que le métaphorique proverbe du jour, me parait néanmoins peu adapté au torride soleil du Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Vers un monde d’égalité entre les sexes : Une mission pour tous
Présidentielle 2020 au Burkina : De la noblesse du rêve et de la vision
Mali : CMA - CMAS, même combat pour un Etat islamique !
Dr Poussi Sawadogo : Si j’incarnais une opinion, si je représentais une sensibilité, voici ma consigne de vote pour la présidentielle...
Négociations avec les terroristes : Attention aux raccourcis dangereux
Burkina Faso : Rendre notre nation forte et prospère
Futur président du Faso : Me Paul Kéré analyse les chances de Roch Kaboré, Eddie Komboïgo et Zéphirin Diabré
Le Mali n’est l’esclave de personne !
Élections 2020 : Un consortium d’organisations invite les Burkinabè à voter pour la réduction des inégalités
Jeunesse et élection présidentielle : Le terreau des Fake-News sur le pays des Hommes libres
Présidentielle 2020 au Burkina Faso : Le cas ubuesque du candidat ZIDA
Lettre ouverte du philosophe Didier Ouédraogo à tout Burkinabè : Pour un engagement citoyen et démocratique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés