Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Région du Centre-Sud : Le PNUD outille des acteurs clés sur les traités de l’Union africaine

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 21 octobre 2020 à 23h20min
Région du Centre-Sud : Le PNUD outille des acteurs clés sur les traités de l’Union africaine

La cité de l’épervier (Manga) abrite du 21 au 23 octobre 2020, un atelier de formation des conseillers et assistants en droits humains, des magistrats et des administrateurs civils sur six traités de l’Union africaine. L’ouverture des travaux a été présidée, ce mercredi 21 août 2020, par le secrétaire général de la région du Centre-Sud, Abdoulaye Basinga.

Le présent atelier s’inscrit dans le cadre du projet conjoint Union africaine (UA)-PNUD intitulé « accélérer la ratification et la domestication des traités de l’UA », financé par le Royaume de Suède. La première phase de ce projet est mise en œuvre dans 6 pays que sont le Burkina Faso, Sénégal, Sao Tomé et Principe, Mozambique, Tunisie et le Kenya.

Le présiduim

Il s’agira pour ces pays d’œuvrer à la ratification et à l’internalisation des six traités ciblés par l’UA, à savoir : La Charte africaine des droits de l’homme et des peuples ; le protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique ; la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant ; la charte africaine de la jeunesse ; la Charte de la démocratie, des élections et de la gouvernance, et la convention de l’UA sur la prévention et la lutte contre la corruption.

Les participants s’engagent à atteindre les résultats escomptés

Pour ce qui concerne le Burkina Faso, l’expert en droits humains auprès du PNUD, Daouda Balé, a indiqué que ces six traités ont déjà été ratifiés. Le défi de l’heure, c’est comment procéder à leur mise en œuvre, leur diffusion et leur appropriation par les populations mais aussi, en termes de suivi et de monitoring de l’effectivité de ces instruments par les acteurs de la société civile. Parce qu’une chose est de ratifier les traités, une autre aussi est de les mettre en œuvre. « Notre rôle ici, c’est de travailler à accompagner l’État dans leur mise en œuvre », poursuit M. Balé.

Le Burkina Faso a ratifié 42 traités sur 59

Dans ce processus, le PNUD organise une session de formation au profit des conseillers et assistants en droits humains, des magistrats et des administrateurs civils. Durant trois jours, ces derniers vont s’approprier les six traités concernés par le projet. Revenant sur le choix du public cible pour la présente activité, l’expert en droits humains a laissé entendre qu’ils jouent un rôle important dans la mise en œuvre de ces traités au niveau du Burkina Faso.

Cependant, il convient de signaler que cette formation était initialement prévue à l’intention des élèves administrateurs civils, les élèves magistrats, et les élèves conseillers et assistants en droits humains. C’est partant du constat que ces derniers temps, l’État n’a pas recruté au niveau de ces corps que le PNUD a orienté cette formation vers ceux qui sont déjà sur le terrain. Le représentant de la gouverneur de la région du Centre-Sud empêchée, Abdoulaye Basinga, a fortement apprécié l’initiative.

Le SG de la région du Centre-Sud invite les particpants à être assidus aux travaux

« On dit généralement que les textes ne valent que ce que valent les hommes en charge de leur application. On peut avoir de beaux textes et si les acteurs ne sont pas formés sur le contenu de ces textes, l’application devient très difficile. C’est pour cela que nous sommes très contents de pouvoir regrouper ces acteurs pour renforcer leurs capacités autour de ces textes très fondamentaux au niveau de l’UA », a déclaré le secrétaire général.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Collège "Notre-Dame de l’espérance" (Ouagadougou) : Les mérites de 110 élèves reconnus
Burkina : Le projet « Faso Jege » lancé à Ouahigouya
Gendarmerie nationale : La 48e promotion des élèves sous-officiers présentée au drapeau
Site minier de Sanbrado (Ganzourgou) : Une quarantaine de femmes formées au métier de tissage
Contrôle des surcharges des véhicules : La presse s’imprègne du processus de pesage
Journée de la chaire UNESCO : Les enjeux de développement et les crises sécuritaires en Afrique scrutés
Gestion des menstrues en milieu scolaire : Un besoin de plus de 300 milliards de FCFA
Lutte contre la résistance aux antimicrobiens : Les chercheurs en santé en conclave à Ouagadougou
Journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision : La 21e édition interpelle les jeunes à plus de dynamisme et de synergie d’actions
Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation
Affaire Lionel Kaboui : Un an après, la famille réclame toujours justice
Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés