Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont ces choses que vous apercevez lorsque vous détournez les yeux de vos objectifs.» Henry Ford

Restitution de l’audit international du fichier électoral : Des forces et des faiblesses décelées

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Élections 2020 • LEFASO.NET • mercredi 21 octobre 2020 à 23h32min
Restitution de l’audit international du fichier électoral : Des forces et des faiblesses décelées

L’audit indépendant du fichier électoral burkinabè a présenté ses résultats ce mercredi 21 octobre 2020 à Ouagadougou. Ce que l’on peut retenir, c’est que le fichier contient des forces et des faiblesses. Même si cela n’entache pas la sincérité du scrutin, les experts électoraux ont fait des recommandations dans le but de l’améliorer pour les prochaines échéances.

La classe politique burkinabè voulait un audit international du fichier électoral. C’est désormais chose faite. Après 29 heures de travaux en six séances, les experts électoraux ont présenté les résultats de leurs investigations. Ils ont pu noter des forces et des faiblesses dans le fichier électoral. Au niveau des forces, l’audit note que la révision exceptionnelle organisée par la CENI a permis à 2 377 601 personnes de s’enrôler. La CENI a également garanti l’unicité de chaque électeur, en procédant à un important dédoublonnage des enrôlements multiples, avec 1 425 725 enregistrements identifiés et supprimés.

Cela a permis de garantir le caractère inclusif du fichier électoral burkinabè, qui atteint aujourd’hui 6 490 926 électeurs. Les experts ont souligné que bien que la CENI ait été confrontée à un grand nombre de défis, elle a su s’adapter pour permettre aux électeurs de 329 des 351 communes (94%) et de 7 694 des 9 299 villages (83%) du Burkina Faso de participer à l’enrôlement. La CENI a également fait preuve de transparence et de professionnalisme tout au long des opérations de révision et d’audit du fichier électoral, renforçant ainsi la confiance des parties prenantes.

Le président de la CODEL, Alidou Ouedraogo, entouré du président de la majorité présidentielle et du chef de fil de l’opposition

Au niveau des faiblesses, il y a le fait que le cadre juridique burkinabè ne permet pas à la CENI de constituer son fichier électoral au travers de révisions annuelles et exceptionnelles, sans pouvoir à ce jour travailler sur des listes permanentes, notamment en s’appuyant sur un état civil efficient et sur un système d’identification unique. Ensuite, structurellement dépendante de la publication de décrets qui n’abordent pas l’entièreté d’un cycle électoral, la CENI doit organiser in fine l’enrôlement dans un délai très court, engendrant des chevauchements d’activités.

En outre, la nature du système de révision entraîne deux faiblesses majeures : l’accumulation non maîtrisée des électeurs décédés, estimés dans le fichier électoral entre 280 000 et 320 000 personnes, et l’empilement de données désuètes issues des révisions de 2012, 2014 et 2015. Enfin le taux d’enrôlement, situé autour de 63,2% de la population cible, est particulièrement marqué par une sous-représentativité chronique des jeunes et des femmes, depuis 2014.

Le fichier, selon Antoine Michon de l’OIF, est une contribution importante en vue d’élections apaisées.

Malgré tout, ces remarques n’entachent pas la qualité du fichier électoral a conclu les experts internationaux. Au titre des recommandations, ils suggèrent entre autre le recours à la carte nationale d’identité comme pièce valant carte d’électeur ; la vérification dans le fichier de l’ONI, les 222 cartes d’électeurs enregistrées avec des numéros par défaut pour leur affecter leur numéro unique. Le président de la CENI, Newton Ahmed Barry, dit avoir pris acte des recommandations. Il est d’avis qu’on utilise la carte d’identité comme carte d’électeur. Il a confessé également que le service informatique a besoin de renforcement.

Simon Compaoré de la majorité présidentielle se dit satisfait des résultats. C’est le même son de cloche au niveau de l’opposition politique. Victorien Tougouma a souligné qu’en dépit des forces et des faiblesses, cela n’entache pas la sincérité du fichier électoral. L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a salué un travail de fond et de qualité. Le fichier selon Antoine Michon de l’OIF est une contribution importante en vue d’élections apaisées. Le ministère de l’Administration territoriale ainsi que l’Union africaine se sont réjouis également des résultats.

Dimitri Ouédraogo
Cryspin Masneang Laoundiki (direct Facebook)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
EN DIRECT - Elections 2020 au Burkina : Proclamation des résultats provisoires
Élections 2020 au Burkina : La diaspora burkinabè de France a voté pour le scrutin présidentiel
Élections couplées au Burkina : Affrontement entre des militants des partis politiques à Bobo-Dioulasso
Élections couplées du 22 novembre 2020 : L’ambassadrice des États-Unis observe le bon déroulement des votes
Elections du 22 novembre 2020 : « Si notre pays est dans cette phase d’accalmie, c’est grâce à la presse », Mathias Tankoano, président du CSC
Scrutin au Burkina : La mission de la CEDEAO encourage les organisations d’observation
Élections 2020 au Burkina : A Dori, les autorités appellent la population à une compréhension mutuelle
Elections 2020 au Burkina : 74 371 électeurs pour 215 bureaux de vote dans la commune de Koudougou
Élections 2020 au Burkina : Débuts de vote difficiles dans certains bureaux de Bobo-Dioulasso
Élections 2020 au Burkina : 113 201 électeurs inscrits votent dans le Sanguié
Élections couplées 2020 au Burkina : 101 133 personnes attendues dans 346 bureaux de vote dans l’Oubritenga
Présidentielle 2020 au Burkina : Ambroise Farama a voté à Loropéni, la cité de Massako
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés