Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il ne peut y avoir d’aujourd’hui, sans d’hier ou de lendemain, sans aujourd’hui.» Kim Jong-un

Koudougou/ Centre Ouest : Les travaux de bitumage de la rocade enfin lancés

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 20 octobre 2020 à 22h25min
Koudougou/ Centre Ouest : Les travaux de bitumage de la rocade enfin lancés

Le coup d’envoi des travaux d’aménagement et de bitumage de la rocade Est de Koudougou a été donné ce lundi 20 Octobre 2020, par le Premier ministre Christophe Dabiré.

Dans le cadre du projet de transport et de développement des infrastructures urbaines, la ville de Koudougou a bénéficié ce lundi 20 octobre 2020, du lancement des travaux d’aménagement de 7 km de voiries urbaines et de 2,5 km de canaux de drainage des eaux pluviales.

Le Premier ministre Dabiré procédant à l’inauguration de l’avenue Philippe Zinda

Les travaux de cette Rocade ‘’Est’’ matérialisée depuis 1956 et reliant les quartiers Bourkina, Dapoya, Zaken, Sogpelecé, Goden et Palogo sont financés par la Banque mondiale et la Coopération suisse et vont coûter environ 3 milliards de FCFA. La réalisation de l’infrastructure va consister entre autres à l’aménagement et au bitumage de la rocade Est en 2x2 voies, de la bretelle menant à la gare routière et à l’éclairage public solaire pour un linéaire total de 7 km, plus deux ouvrages de franchissement dans la ville de Koudougou, le tout alimenté par un réseau d’assainissement et de canalisation.

Riverains et usagers n’ont pas voulu se faire raconter cet évènement

Désengorger la circulation

Pour le Premier ministre Dabiré, c’est un plaisir de constater que le développement avance. En effet selon ses propos, le développement est un processus dynamique et continu. Car précise-t-il : « Nous avons inauguré une voie tout à l’heure, nous lançons les travaux d’une voie de contournement maintenant. Cela veut dire que le développement est en marche au niveau de Koudougou. » Il ajoute que cette route servira de voie de contournement et permettra de désengorger la circulation au niveau du centre-ville.

Le ministre des Infrastructures Éric Bougouma

Le ministre des Infrastructures Éric Bougouma a pour sa part saisi l’occasion pour rappeler que ces travaux s’inscrivent dans la politique de fluidification du trafic urbain et d’amélioration de la mobilité urbaine et de la sécurité routière visée par le chef de l’État. Il a également précisé que ces travaux ont été inscrits dès les premiers instants au plan national de développement économique et social, d’où son extrême importance.

Les partenaires techniques et financiers, par la bouche de Daouda Diabaté, Secrétaire permanent du programme sectoriel de transport, ont rappelé que le lancement des travaux de la rocade Est s’inscrit dans le cadre du projet de transport et de développement des infrastructures urbaines cofinancé par la Banque mondiale et la Coopération suisse. À cet effet, le Secrétaire permanent a aussi précisé que la Banque mondiale à travers sa coordination du programme sectoriel des transports participe également à la modernisation des secteurs du transport et à la facilitation du commerce à hauteur d’environ 15 milliards de Fcfa.

La tribune officielle

Avec un délai de 6 mois, les travaux de construction de cette rocade sont confiés à plusieurs entreprises dont, l’entreprise EKF/KF pour les travaux de bitumage des 7km de voirie y compris le réseau d’assainissement et de signalisation, et l’entreprise GBS International/FORBAT Afrique pour les travaux de réalisation d’éclairage public solaire avec les feux tricolores aux différents carrefours. L’agence des travaux d’infrastructures du Burkina, AGETIB, sera chargée du contrôle.

« Bengazi » souhaite voir un travail bien fait !

Des riverains et usagers s’en réjouissent déjà. « Le fait qu’ils viennent le faire dans notre ville c’est bien parce que d’une part, ça développe la ville et ça rend la voie praticable. Aussi, ça va diminuer beaucoup la poussière et les maladies », confie Louise Kaboré, coiffeuse, tout en interpellant l’autorité à respecter ses engagements. Cependant, si certains riverains expriment leur soulagement, d’autres par contre semblent sceptiques quant à la suite du dit projet.

Mme Kabore Louise Coiffeuse

C’est le cas de Michel ZONGO commerçant au secteur 2 qui s’inquiète que cela ne soit juste un moyen de glaner des voix pour la campagne électorale. « Ils avaient dit que les travaux allaient commencer depuis Février et nous avons attendu en vain. Nous savons qu’en réalité les élections sont proches et c’est la raison pour laquelle ils ont lancé.

Miche Zongo commercant au sect 2

Nous ne voulons pas que ce soit une affaire politique où ils vont nous tromper pour bien commencer et après les élections on vient constater que rien ne se fait, que les machines ont juste occupé la voie. » juge-t-il. Même son de cloche chez Moussa NANA qui invite les autorités à s’y mettre pour que cela ne soit pas vaines paroles, car la promesse de bitumer la voie n’a pas commencé aujourd’hui. « Nous ne voulons pas que ce soit de vaines paroles parce qu’ils en ont parlé depuis, que la voie sera goudronnée mais le goudron ne se mettait pas et ce depuis environ un an »

Sa Majesté le Naaba Baongo de Bourkina de lancer son cri de cœur au Maire de la commune afin d’interpeler les différentes entreprises à s’y mettre pour un travail de qualité tout en respectant le délai. « Nous sollicitons Monsieur le Maire et son Conseil municipal de transmettre à l’entrepreneur que la population de Koudougou appelée autrefois « Bengazi » souhaite voir un travail bien fait. »
« Ce n’est pas de la politique, ce n’est pas la campagne,
mais c’est le développement »

Nana Moussa

Sur la question d’avoir mis assez de temps pour lancer le projet à la veille des élections, le maire de la commune de Koudougou, Maurice Moctar Yaméogo, ne passe pas par quatre chemins pour se justifier. « Mais vous pensez que c’est parce qu’une campagne est annoncée qu’on doit arrêter les activités de développement ? Même le jour des élections, si le gouvernement a un projet de développement pour la commune de Koudougou, nous sommes preneurs » nous lance-t-il avec ferveur.

Il ajoute que c’est un projet dont la validation est intervenue depuis 2017, dont le retard se justifie par les différentes procédures, ainsi que le dédommagement des personnes affectées. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Prince Omar
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Santé : « La résistance aux antimicrobiens, c’est l’une des principales menaces de notre temps », Dr Zakaria Gansané, médecin épidémiologiste
ASCE-LC : Une procédure de mise en demeure lancée à l’encontre de deux ministres et huit députés pour non déclaration de biens
Burkina : 243 condamnés à la perpétuité de 2010 à 2019 (VIDÉO)
Kaya : SOS village d’enfants redonne le sourire aux enfants en situation de déplacement
Processus de réconciliation nationale : Zéphirin Diabré à la Fédération des associations islamiques du Burkina
Violences basées sur le genre : Stop au fléau dans les sites des déplacés internes (VIDÉO)
Yirgou, deux ans après : Le MBDHP Seno interpelle les autorités et les acteurs judiciaires
Eglise du Burkina Faso : La vie et la formation des futurs prêtres au cœur de l’Assemblée plénière ordinaire de la Conférence épiscopale Burkina-Niger
Réconciliation nationale : « Au Burkina, personne ne semble prêt à confesser quoi que ce soit », regrette Moriba Traoré (SG du SBM)
Histoire du Burkina : Le CREDD apporte sa contribution à travers une conférence publique sur le passé sociopolitique et culturel du pays
Lotissement : Des populations de la commune de Liptougou s’insurgent contre les attributions anarchiques de parcelles
Fada N’Gourma : Le réseau pour la communication sur le pastoralisme (RECOPA) vole au secours des déplacés internes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés