Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Insistons sur le développement de l’amour, la gentillesse, la compréhension, la paix. Le reste nous sera offert.» Mère Teresa, Religieuse (1910 - 1997)

Burkina Faso : Message de Mariam Sankara à l’occasion du 33e anniversaire de l’assassinat du Président Thomas SANKARA

Accueil > Actualités > Société • Communiqué • lundi 19 octobre 2020 à 13h30min
Burkina Faso : Message de Mariam Sankara à l’occasion du 33e anniversaire de l’assassinat du Président Thomas SANKARA

Nous commémorons cette année le 33e anniversaire de l’assassinat du Président Thomas SANKARA et de ses compagnons. La date du 15 octobre 1987 réveille toujours des souvenirs douloureux à savoir l’assassinat du Président Thomas SANKARA et ses 12 compagnons et par la même occasion l’arrêt de la Révolution Démocratique et Populaire.

Au regard des faits de mémoire que nous observons au Burkina, en Afrique et ailleurs, on se rend compte encore 33 ans après, de la pertinence de la pensée du Président Thomas SANKARA et actions posées par la Révolution Démocratique et Populaire. Par exemple, la prise en compte de ses idées par les Nations-unies à travers les OMD (Objectifs du millénaire pour le développement) puis les ODD (objectifs de développement durable) ; l’exigence grandissante de la prise en compte des valeurs humaines dans les problématiques de gouvernance et de développement, valeurs qui étaient le fondement de sa politique et l’intérêt de se prendre en charge individuellement et collectivement.

A travers ses idées et les actions posées par la Révolution Démocratique et Populaire, Thomas SANKARA est devenu une référence pour beaucoup. C’est l’occasion de saluer l’hommage qui lui est rendu par le Burkina en donnant son nom à une importante Université. Université OUAGA 2, désormais dénommée Université Thomas SANKARA.

La commémoration du 15 octobre, cette année se fait dans un contexte caractérisé par la pandémie Covid-19 qui tend se prolonger. Nous devons toujours observer les mesures barrières et respecter les consignes données par les autorités. Outre la pandémie Covid-19, cette période est marquée par le terrorisme qui ne cesse de se répandre dans notre pays et en Afrique de l’Ouest en général.

Je déplore les attaques incessantes, manifeste ma compassion aux familles éplorées et adresse mes encouragements et mon soutien aux forces de défense et de sécurité qui ne ménagent aucun effort pour faire face à cette guerre asymétrique qui nous est imposée et assurer la solidarité au peuple burkinabè.

Il s’agit de retrouver la paix, la sécurité et la sérénité dont nous avons plus que jamais besoin en cette veille des échéances électorales présidentielle et législatives, pour exprimer nos choix et nos attentes à ceux qui veulent dignement nous représenter. La démocratie et le développement ne peuvent véritablement se déployer dans un climat de terreur. Ces élections me donnent l’occasion de féliciter les femmes qui se sont portées candidates à l’élection présidentielle. Cela témoigne de la volonté de nos sœurs de jouer un rôle de premier plan dans l’échiquier politique de notre pays.

Cela dit, comme vous avez, la justice concernant l’assassinat du Président Thomas SANKARA est réclamée depuis plus de vingt ans par sa famille avec le soutien de la société civile que nous tenons à remercier ici. A la suite de l’insurrection populaire du 31 Octobre 2014 qui a chassé du pouvoir Blaise Compaoré, les autorités de la transition ont remis à jour le dossier de justice sur l’assassinat du Président Thomas SANKARA. Depuis quelques temps l’opinion publique s’interroge sur l’état d’avancement de ce dossier. Je puis dire qu’à l’heure qu’il est, la procédure judiciaire suit son cours. Des inculpés sont aux arrêts. Des enquêtes ont été menées sur l’identification des corps. Apres la levée du secret défense sur ce dossier par le gouvernement français, nombre d’informations ont été traitées. Nous souhaitons maintenant que la justice, tant attendue depuis des années, soit enfin rendue au Président Thomas SANKARA ses compagnons et à tous les dossiers emblématiques afin que les Burkinabè puissent se réconcilier pour contribuer à la cohésion sociale.

J’émets encore une fois le vœu que le procès proprement dit intervienne dans les meilleurs délais même si les procédures judiciaires requièrent un certain temps.
Pour terminer, nous avons toujours besoin de votre soutien et de votre détermination afin que justice soit rendus au Président Thomas SANKARA et à ses compagnons.

La patrie ou la mort nous vaincrons
Je vous remercie

Fait à Montpellier le 15 Octobre 2020

Madame Mariam Sankara

Vos commentaires

  • Le 19 octobre à 16:22, par koh En réponse à : Burkina Faso : Message de Mariam Sankara à l’occasion du 33e anniversaire de l’assassinat du Président Thomas SANKARA

    très beau message.
    Mais ni elle ni personne ne parle de ses enfants Philippe et Augustin que sont t’ils devenus ?
    Un des deux pouvait continuer l’œuvre se son père et il aura du soutien. il pourra même réunifier les parties politiques qui se réclame sankariste pourquoi pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre à 16:41, par Yirmegna En réponse à : Burkina Faso : Message de Mariam Sankara à l’occasion du 33e anniversaire de l’assassinat du Président Thomas SANKARA

    Merci à Mme Sankara ! Votre mari et notre président nous inspire tous ! Il a jeté les bases du développement.

    Certainement que cela relève du privé familial ou un vœu testamentaire, mais ce serait bon que les enfants puissent un jour fouler le Sol Burkinabé ! Dans la mesure du possible l’un d’eux pourrait incarner l’idéal politique de leur Père ! Rien ne leur arriverait sur le sold de leurs ancêtres !

    Qu’au moins un de ces 15 Octobre le message soit co-signe par les enfants ! ”L’âne met bas pour que son dos se repose et je pense que les enfants peuvent bien prendre la relève”.

    _

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre à 20:08, par Danton En réponse à : Burkina Faso : Message de Mariam Sankara à l’occasion du 33e anniversaire de l’assassinat du Président Thomas SANKARA

    Bonjour Madame Mariam Sankara. Vous ne pourrez pas continuer à porter haut le combat pour la réhabilitation de votre époux en étant installée en France ; avez-vous jamais pensé à revenir au pays un jour ? L’insurrection populaire d’octobre était l’occasion à vous offerte en or pour revenir dans la gloire. Mais enfin ce n’est que partie remise... Sauf que celui-là même qui est à la base de l’assassinat de Sankara, Blaise Compaoré, chassé par le Peuple en plein 14h, est capable de revenir vivre encore au Burkina, pendant que vous vous restez dehors ? Mariam Sankara, j’ai de plus en plus de mal à vous suivre. Qu’une université soit baptisée Thom Sank mérite d’être cité par vous, mais c’est très peu, c’est même un pis-aller. La vraie question devrait être ’’Quand ?’’ .Quand est_ce que des personnes iront en prison pour avoir commis le forfait du 15 Octobre ? On les connait. Certains sont morts, d’autres se la coulent douce ici ou ailleurs après avoir pillé en règle le pays pendant 27 ans. Certains enfin du cercle rapproché de Blaise qui ont participé au complot (planification, exécution) sont actuellement en prison pour leur implication dans le foireux coup de Septembre 2016. Je pense aussi que le temps est quand même venu pour que les enfants biologiques prennent la relève. Je dis bien ’biologiques’ car me réclamant moi_même enfant ’idéologique’ de Sankara. Nous les enfants idéologiques avons été du combat depuis le début avec vous. Mais il faut passer à une autre étape.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre à 09:48, par lapatriote En réponse à : Burkina Faso : Message de Mariam Sankara à l’occasion du 33e anniversaire de l’assassinat du Président Thomas SANKARA

    Je suis d’accord avec les commentaires precedents sur votre retour au Burkina Faso. Vous risquez de passer aux oubliettes et ce serait dommage. Aussi nous avons besoin de voir les enfants de notre Cher President et Camarade Thomas SANKARA. Jusqu’a quand devrions-nous attendre ? Portez-vous bien

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Protection sociale sensible aux enfants : L’ONG Save the Children rend visite aux bénéficiaires du projet PEPSSE dans le Mouhoun
Burkina : L’Institut des Sciences des Sociétés tient ses quatrièmes journées scientifiques
Sécurité sociale : La CNSS échange avec ses partenaires sociaux à Nouna afin d’améliorer le service rendu
11 décembre 2020 à Banfora : Le ministre Siméon Sawadogo inaugure des infrastructures nouvelles
11 décembre 2020 à Banfora : « Tout est fin prêt pour la célébration », rassure le ministre Siméon Sawadogo
Froid et climatisation : Rendre professionnels les techniciens du domaine à travers la Validation des acquis de l’expérience
Filière miel au Burkina : Les acteurs de transformation outillés sur les caractéristiques physico-chimiques des produits mielleux
PMU’B : Cinq parieurs remportent 326 746 000 F CFA
Journée mondiale du SIDA : Plus de 300 personnes dépistées en une journée au CHU Yalgado Ouédraogo
Syndicalisme : Le Collectif syndical CGT-B appelle à la « vigilance, mobilisation et fermeté face aux menaces récurrentes de mort »
11-Décembre dans les Cascades : « Banfora se métamorphose pour le bonheur des populations », dixit le ministre Eric Bougouma
Filière miel et produits dérivés : Les acteurs de Bobo-Dioulasso outillés sur la traçabilité pour une maîtrise des difficultés du secteur
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés