Boukary Sawadogo, un cerveau du Burkina enseignant dans une université aux USA.

jeudi 10 janvier 2013

Boukary Sawadogo est professeur d’études francophones et de cinéma à Marlboro College dans l’Etat du Vermont au Nord-Est des États-Unis d’Amérique. Seul enseignant noir dans cette prestigieuse université des États–Unis d’Amérique, Boukary Sawadogo fait la fierté du Burkina Faso, inconnu du grand public américain. À l’enseignement s’ajoute l’art : en effet, Boukary est aussi réalisateur.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Boukary Sawadogo, un cerveau du Burkina enseignant dans une université aux USA.

Monsieur Sawadogo vient de souffler ses 35 bougies. La petite histoire commence en 1999, l’année à laquelle Boukary Sawadogo a obtenu un Deug II en anglais à l’université de Ouagadougou. Il s’envole par la suite à Dakar où il obtient une maîtrise en langues étrangères appliquées au tourisme et aux affaires à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. De retour au bercail, Boukary Sawadogo est admis au concours des conseillers des affaires étrangères à l’Institut Diplomatique et des Relations Internationales ( IDRI) d’où il sort avec le Diplôme d’Études Supérieures en Diplomatie et Relations internationales en 2006.

Boukary Sawadogo a une autre ambition que la diplomatie et ne perdra pas le temps. Il a une bourse d’études dans la poche pour aller étudier aux États–Unis à University of Northen Iowa qui lui ouvre alors grandement ses portes où il a obtenu en 2008 un Master en French Language and Literature deux années plus tard. La vie est un combat dit – on. Eh bien, Monsieur Sawadogo continue le combat à l’Université de Louisiane à Lafayette toujours aux États–Unis. Il lui faut quatre autres années d’études qui seront sanctionnées cette fois – ci par un doctorat (Ph.D.) en Études Francophones en mai 2012. La thématique de sa Thèse défendue était : “Altérité dérangeante et innovante dans les cinémas francophones ouest africains de 1990 à 2005”. Ce travail intellectuel est déjà compilé dans un ouvrage qui paraîtra cette année aux éditions Harmattan.

Boukary Sawadogo est aussi auteur d’un film documentaire intitulé “ Salut Y’All” (en français “ salut à vous tous”) et sous – titré “African Teachers on the Bayou”( “ les enseignants Africains sur les rives du Bayou”). Ce court métrage de 15 minutes et 40 secondes dira, monsieur Sawadogo, “ est un clin d’oeil au contingent d’enseignants Africains qui travaillent en Louisiane et dont l’histoire est méconnue du grand public et des chercheurs”. Et d’ajouter : “ ce film documentaire met aussi en exergue l’expérience personnelle et professionnelle des enseignants africains du CODOFIL (Conseil pour le Développement du Français en Louisiane) ; il s’agit de voir comment ils s’intègrent et quel est leur regard sur l’enseignement du français aux USA à travers une approche comparative, à savoir quelle est la complémentarité/différence entre l’enseignement tel qu’ils l’ont connu en Afrique et l’enseignement tel qu’ils sont en train de le pratiquer présentement”. Par ailleurs, le film pose le problème non seulement de l’héritage francophone de la Louisiane, mais aussi de l’avenir du français dans un contexte de crise économique. Le micro est aussi tendu aux enseignants Africains pour savoir s’ils comptent repartir en Afrique pour créer leurs propres écoles.

“Salut Y’All” sera t- il en compétition pour la présente édition du Fespaco ? “ La sortie du film a accusé du retard, ce qui n’a pas permis de l’envoyer avant la date limite de soumission”, dira monsieur Sawadogo qui estime que ce n’est que partie remise car il compte être présent dans les prochaines éditions. “Pour le Fespaco 2015, je serai certainement présent avec un film sur la diaspora africaine aux USA”, a - t - il dévoilé. Toutefois “Salut Y’All” fait déjà son petit bonhomme de chemin dans les festivals comme le Festival du Film Francophone de Vienne, Africa World Documentary Film Festival à Missouri et le Festival du film francophone à Michigan aux USA. Le film sera bientôt également disponible sur DVD pour commercialisation.

Boukary Sawadogo est pétri d’expérience en matière de production de films. Avec l’Américain Kevin Senegal, ils ont tourné un film documentaire qui sortira en 2014 pour le centième anniversaire de Holy Rosary School, la première école catholique noire aux USA. Auparavant, Monsieur Sawadogo a travaillé comme cadreur lors des deux dernières éditions du Festival International de Louisiane.

Boukary Sawadogo est l’un des cerveaux du Burkina Faso monnayant ses talents hors du pays. À la question de savoir s’il compte rentrer au pays si une opportunité d’embauche lui était offerte, monsieur Sawadogo après un éclat de rires, répond : “Pour le moment je suis là, j’ai un poste d’enseignant, je fais des films documentaires et je vais continuer dans ce sens ; j’ai des projets de film pour le Burkina Faso”.

Barnabé Bazona Bado
Correspondant à New York
Lefaso.net

Imprimer l'article

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés